Janvier 2014 : le mois de janvier le plus chaud ex-æquo avec 1988 et 1936 depuis 1900


03/02/2014

Bilan climatique de janvier 2014

Durant le mois de janvier, la France a connu des flux d'ouest à sud-ouest perturbés, apportant pluies et douceur maritimes. Ainsi, les températures ont été très clémentes pour la saison malgré un ensoleillement déficitaire. Les passages pluvieux abondants et successifs ont provoqué des inondations en Bretagne en début de mois, dans le Sud-Est les 18-19, puis dans le Sud-Ouest en fin de mois.

Les températures ont été supérieures à la normale pendant tout le mois sur l'ensemble du pays. Le nombre de jours de gel a été très faible. Les températures moyennées sur la France ont été supérieures aux normales de +2,7 °C. Ce mois de janvier est le mois de janvier le plus chaud depuis 1900 ex-aequo avec 1988 et 1936.

Les pluies ont été très excédentaires dans le sud-est du pays ainsi que du Sud-Ouest à la Bretagne et au Cotentin. Les précipitations ont été proches de la normale de la Picardie au Bassin parisien et au Berry, et légèrement déficitaires localement dans un petit quart nord-est. En revanche, le déficit dépasse 50 % dans le Roussillon. En moyenne sur la France, les précipitations ont été supérieures à la normale* de plus de 40 %.

L'ensoleillement a été faible sur la majeure partie du pays, avec un déficit plus marqué sur le Nord et le Sud-Ouest.

* moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010

 

Graphe des évolutions de températures moyennes minimales et maximales quotidiennes en France

 

   

 



Cliquer sur les cartes pour les afficher en grand


Évènements marquants de janvier 2014

Pluies et inondations en Bretagne du 1er au 8 janvier 2014


Ce début de mois de janvier fait suite à une fin décembre perturbée, avec des inondations en Bretagne. Le 1er janvier, une nouvelle onde active touche le Nord-Ouest, donnant des cumuls de précipitations souvent supérieurs à 30 mm en Bretagne. Jusqu'au 7, des perturbations continuent à arroser cette région. Du fait des sols sursaturés et des rivières gardant un haut débit, des inondations durables se produisent à nouveau jusqu'au 8, aggravées par la concomitance de grandes marées.

On relève durant les 5 premiers jours du mois : 46 mm à Rennes (Ille-et-Vilaine), 79 mm à Louargat (Côtes-d'Armor), 101 mm à Pontivy (Morbihan), 102 mm à Sizun (Finistère) et 132 mm à Guiscriff (Morbihan), soit 60 à 85 % de la normale d'un mois de janvier.

Du 2 au 8, plusieurs cours d'eau connaissent des fortes crues, notamment la Laïta à Quimperlé (Finistère). Durant cette période, la Laïta dépasse les 3 mètres 50, soit plus que la 3e crue de référence du 08/12/2006. Avec plus de 4 mètres 50 le 2 janvier, le niveau des hauteurs d'eau dépasse celui du 25/12/1999, mais reste inférieur à la crue historique du 13/12/2000 qui avait atteint 5 mètres 50.
 

Cliquer sur la carte pour l'agrandir

 

Fortes pluies et inondations dans le Sud-Est du 16 au 19 janvier 2014

Un corps pluvieux s'organise le 16 janvier sur les régions méditerranéennes et perdure jusqu'au 19. Les départements les plus touchés par ces pluies durables, parfois intenses et orageuses sont le Var et les Alpes-Maritimes. Les cumuls de pluie durant ces 4 jours représentent souvent l'équivalent d'un à deux mois de précipitations.

On recueille ainsi en 4 jours :
- dans le Var : 220 mm à Méounes-lès-Montrieux, 250 mm à Collobrières (dont 108 mm en 6 heures le 19, 2 fois et demie la normale d'un mois de janvier) et 254 mm à Bormes-les-Mimosas,
- dans les Alpes-Maritimes : 166 mm à Antibes (2 fois la normale), 204 mm à Menton (3 fois la normale) et 253 mm à La Trinité.

Ces fortes précipitations instables provoquent la crue de plusieurs cours d'eau notamment de l'Argens, du Réal-Collobrier et du Gapeau. Cet épisode s'inscrit dans un contexte de sols déjà saturés. Le secteur de La Londe-des-Maures/Hyères est le plus touché par les inondations. Dans les Alpes-Maritimes, les intempéries engendrent des glissements de terrain et des éboulements de falaise.


Cliquer sur la carte pour l'agrandir

 

Pluies soutenues et inondations dans le Sud-Ouest du 22 janvier jusqu'à la fin du mois

À partir du 22 janvier, dans un régime oscillant entre ouest et nord-ouest, les perturbations se font plus actives et s'enchaînent rapidement. L'intensité des précipitations atteint son paroxysme au cours de la journée du 24 janvier avec des cumuls très abondants sur le Sud-Ouest, et tout particulièrement sur le relief des Pyrénées et de la Montagne Noire. Les passages perturbés se poursuivent ensuite jusqu'à la fin du mois avec des intensités passagèrement importantes.

Par blocage orographique, les précipitations sont soutenues du 23 au 26 sur les contreforts pyrénéens, hormis les Pyrénées-Orientales. Les cumuls de pluie durant ces 4 jours représentent souvent l'équivalent d'un mois de précipitations et localement plus. On relève notamment 105 mm à Tarbes (Hautes-Pyrénées), 131 mm à Ger (Pyrénées-Atlantiques) et 224 mm à Aulus-les-Bains (Ariège).
Ces fortes pluies ont pour conséquence le débordement de nombreux cours d'eau notamment le 25 : la Garonne à Toulouse (31) et à Marmande (47), la Baïse à Nérac (47) et à Condom (32), les Gaves réunis à Peyrehorade (40), l'Arros à Plaisance-du-Gers (32), la Gimone à Gimont (32) et la Save à l'Isle-Jourdain (32). Des inondations affectent aussi le Tarn-et-Garonne et les Hautes-Pyrénées.

Les crues et inondations concernent ensuite plus particulièrement le sud de l'Aquitaine avec des pluies qui perdurent jusqu'à la fin du mois sur les Landes, l'ouest du Gers et les Pyrénées-Atlantiques. Ainsi, l'Adour et ses affluents conservent un niveau anormalement élevé jusqu'au 31, avec la conjonction défavorable d'un phénomène de submersion marine.
Les inondations concernent également le nord de l'Aquitaine en toute fin de mois.  En Gironde, la Garonne et la Dordogne débordent à partir du 30.
 

Carte du cumul de précipitations du 22 au 31 janvier 2014