Actualités

29/10/2014

Un mois d'octobre exceptionnellement chaud

Un mois d'octobre exceptionnellement chaud

Un mois d'octobre exceptionnellement chaud

29/10/2014

Bilan provisoire établi le 29 octobre 2014

En octobre, la prédominance de flux de sud a favorisé des températures élevées sur la France. Ces conditions ont aussi occasionné deux épisodes de précipitations intenses sur les régions méditerranéennes en début de mois.

Les températures ont été très chaudes durant la quasi-totalité du mois sur l'ensemble du pays, avec des maximales généralement supérieures à 20 °C sur une large moitié sud. Du Nord-Est au Sud-Ouest ainsi que dans le Sud-Est, les maximales ont été 2 à 4 °C au-dessus des normales*. Moyennée sur la France et sur le mois, la température devrait être supérieure de 2.4 °C à la normale. Ce mois d'octobre devrait être l'un des plus chauds depuis 1900, derrière 2001, 2006 et proche de 1995.

Les pluies ont été très abondantes avec des cumuls atteignant une fois et demi à deux fois la normale* du nord de l'Hérault à l'ouest de Rhône-Alpes ainsi que du nord du Massif central à la Champagne-Ardenne. En revanche, sur un large quart sud-ouest ainsi que sur les régions méditerranéennes, les cumuls de précipitations sont restés très faibles et le déficit devrait dépasser 50 %. Des Pays de la Loire au Nord - Pas-de-Calais, la pluviométrie devrait afficher des valeurs légèrement déficitaires. En moyenne sur la France, les précipitations devraient être proches des normales.

Le soleil a été très généreux sur un très large quart sud-ouest du pays, ainsi qu'en Corse. En revanche, l'ensoleillement présente un déficit par rapport à la moyenne** sur les régions situées au nord de la Seine.


* moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010
1 mm de précipitations = 1 litre d'eau par m2

 

ITN-ITX_291014

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Écart à la moyenne mensuelle de référence 1981-2010 de la température moyenne Rapport à la moyenne mensuelle de référence 1991-2010 de la durée d'ensoleillement

 

Cumul des précipitations octobre 2014 Rapport à la moyenne mensuelle de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations

Cliquer sur les cartes pour les agrandir

 

29/10/2014

Fraîcheur au Nord, douceur bretonne et chaleur dans le Sud-Ouest

Fraîcheur au Nord, douceur bretonne et chaleur dans le Sud-Ouest

Fraîcheur au Nord, douceur bretonne et chaleur dans le Sud-Ouest

29/10/2014

La France a connu mardi 28 octobre une situation météorologique très contrastée. Sous la grisaille, le nord de l'hexagone a enregistré des températures fraîches en journée, souvent inédites pour cet automne. À l'inverse, et comme les jours précédents, le thermomètre a grimpé souvent au-dessus de 25 °C des Landes au Béarn, à la faveur d'un soleil généreux.

 

Image METEOSAT10 28oct2014 actu

Image satellitaire METEOSAT10, le 28/10/2014 à 12h00 UTC © Météo-France (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 

En région parisienne, les températures maximales ont plafonné autour des 10 °C. On a ainsi relevé 10,8°C au meilleur de la journée dans la station de Paris-Montsouris et 10,5 °C à Lille. Du bassin parisien aux frontières belges, on n'avait pas observé une telle fraîcheur depuis mars dernier.

En Bretagne en revanche, les températures relevées ont été plutôt douces, avec par exemple 19,4 ° C mesurés à Brest, soit 5 degrés au-dessus des normales* d'un mois d'octobre. Depuis le début de l'automne, la cité du Finistère bénéficie de conditions particulièrement clémentes : le seuil des 20 °C y a été franchi à 29 reprises depuis le 1er septembre 2014, soit un jour sur deux. Sur l'Île de Bréhat, dans les Côtes-d'Armor, un nouveau record de douceur pour la décade a été enregistré le 28 octobre, avec 23,6 °C.

Mais c'est dans le sud-ouest de la France que le mercure a atteint les valeurs les plus élevées. À Biarritz, par exemple, on a relevé le 28 octobre une température maximale de 26 °C, soit 7 degrés au dessus des normales d'une dernière décade d'octobre. Même constat à Pau (25,7 °C), Dax (26,5 °C) ou encore Orthez (26,5 °C). Cette tendance devrait se maintenir au cours des prochains jours sur le Sud-Ouest.

 

* normale 1981-2010

 

28/10/2014

Journée scientifique sur la pollution atmosphérique et impacts sanitaires

Journée scientifique sur la pollution atmosphérique et impacts sanitaires

Journée scientifique sur la pollution atmosphérique et impacts sanitaires

28/10/2014

Journée scientifique SMF Météo et Climat 2014La Société météorologique de France-Météo et Climat organise à Paris le lundi 24 novembre 2014 une journée scientifique sur le thème de « La pollution atmosphérique et les impacts
sanitaires ».

Chaque année, ces journées scientifiques proposent aux acteurs de la société civile de faire le point avec des experts sur les avancées de la météorologie et du climat. Elles s'adressent aussi bien aux chercheurs et aux enseignants qu'aux élus et aux professionnels de l'énergie, du transport ou de l'environnement…

La journée 2014 est dédiée à la pollution atmosphérique et à ses impacts sanitaires.
En mars dernier, Paris, ainsi que plusieurs villes du nord de la France, ont été au cœur d'un épisode important de pollution de l'air. Du fait des conditions météorologiques, les polluants émis se sont retrouvés piégés à basse altitude et se sont accumulés jusqu'à dépasser les seuils d'alerte réglementaires.
Bien que les impacts sanitaires et environnementaux de ces polluants (maladies respiratoires, allergies, dégradation des bâtiments, de la faune et de la flore…) soient encore difficiles à quantifier, ils représentent des enjeux économiques et sociétaux importants. À plus long terme, la mise en œuvre de politiques locales et internationales visant à limiter les émissions de polluants, les évolutions technologiques et les augmentations prévisibles de températures liées au réchauffement atmosphérique, sont autant de facteurs qui vont induire des modifications dans les concentrations et les distributions futures de polluants.

Pendant cette journée, plusieurs scientifiques feront le point sur la pollution de l'air, ses impacts sur l'homme et son environnement, sur les coûts en termes de santé publique, ainsi que sur les politiques publiques et les perspectives futures au cours d'une série d'exposés de 30 minutes.
 

La pollution atmosphérique : programme détaillé, inscription et informations pratiques
http://meteoetclimat.fr/journees-scientifiques/
Lundi 24 novembre 2014 de 9h30 à 16h30
École normale supérieure (45 rue d'Ulm, Paris)
Accès payant, inscription en ligne obligatoire


 

27/10/2014

Dossier : en savoir plus sur le brouillard

Dossier : en savoir plus sur le brouillard

Dossier : en savoir plus sur le brouillard

27/10/2014

brouillard de rayonnement


Le brouillard désigne la suspension dans l'atmosphère de très petites gouttelettes d'eau réduisant la visibilité au sol à moins d'un kilomètre.
La saison la plus favorable à la formation de brouillard est l'automne avec les premiers refroidissements importants, souvent associés à des passages perturbés alternant avec des périodes anticycloniques.


Pour en savoir plus sur la formation et la prévision du brouillard et dangers qui y sont associés, consultez notre dossier.

 

27/10/2014

Retour sur un début d’automne chaud et ensoleillé

Retour sur un début d’automne chaud et ensoleillé

Retour sur un début d’automne chaud et ensoleillé

27/10/2014

Depuis une semaine, la France a connu un temps globalement plus automnal, après avoir bénéficié, du 1er septembre au 20 octobre, de conditions météorologiques quasi-estivales. Durant cette période, la prédominance de flux de sud en altitude a généré des températures élevées. Cet air chaud a par ailleurs occasionné plusieurs épisodes de pluies torrentielles sur le sud-est de la France.

Après un été faiblement ensoleillé, le soleil a été généreux sur l'ensemble du pays. Entre le 1er septembre et le 20 octobre, l'ensoleillement a même atteint des valeurs exceptionnelles sur la moitié ouest. Ainsi, sur la période, le soleil a brillé plus de 360 heures à Nantes (Loire-Atlantique), près de 340 heures à Nîmes (Gard) et plus de 310 heures à Paris.

Cumul de la durée d insolation du 1er septembre au 20 octobre sur la France
Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

 

Les températures ont été généralement supérieures aux normales de plus de 2 °C (voire plus de 3 °C par endroit) sur la moitié est du pays, et notamment sur la Corse. La chaleur a perduré tout au long de la période à l'exception de deux légers refroidissements de courte durée (vers le 23 septembre et le 5 octobre). Un pic notable de chaleur a été enregistré les 18 et 19 octobre, avec plus de 25 °C sur la moitié nord et parfois plus de 30 °C sur la moitié sud du pays. Lors de cet épisode, le thermomètre a grimpé  jusqu'à 34,7 °C à Sartène, en Corse. Il s'agit là de valeurs dignes d'une fin août.

Evolution des températures moyennes minimales et maximales quotidiennes en France du 1er septembre au 20 octobre 2014
Cliquer sur le graphe pour l'agrandir.

 

D'autres débuts d'automne très chauds ont déjà été observés dans le passé notamment en 1949 et 1961, et plus récemment en 2006 ou 2011. Mais, sur les trois premières semaines d'octobre, l'année 2014 se classe au 1er rang des années les plus chaudes, à égalité avec l'année 2001. (sur la période 1947-2014).