Actualités

21/11/2014

22, 29 novembre et 13 décembre : Météo-France partenaire des journées Sécurité ...

22, 29 novembre et 13 décembre : Météo-France partenaire des journées Sécurité neige et avalanche

22, 29 novembre et 13 décembre : Météo-France partenaire des journées Sécurité neige et avalanche

21/11/2014
© Météo-France / Gilles Brunot


L'ANENA (Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches) et  la FFCAM (Fédération française des clubs alpins) organisent, en partenariat avec Météo-France, des journées « Sécurité neige et avalanche » le samedi 22 novembre à Nice, le samedi 29 novembre à Pau et le samedi 13 décembre à Paris. Ces journées s'adressent à tous les pratiquants de la montagne.
 

Une journée pour faire le point sur les avalanches et la sécurité en montagne

Comment et pourquoi se déclenche une avalanche ? Quels sont les gestes qui peuvent sauver ou secourir ? Quelles sont les dernières nouveautés en matière de détecteur de victime d'avalanche ? Autant de thèmes qui seront abordés lors de ces journées, animées par l'ANENA (Association Nationale pour l'Etude de la Neige et des Avalanches). Guide de haute-montagne, instructeur ski-alpinisme, secouriste du peloton de gendarmerie de haute-montagne et spécialiste des avalanches à Météo-France interviendront sur ces différents sujets.
 

Comprendre et s'informer sur les avalanches

Au cours de la matinée, un spécialiste des avalanches du Centre d'Etude de la Neige de Météo-France, à Nice, animera des sessions sur les sujets suivants :
- Des préalables sur la neige et les avalanches
- Les situations avalancheuses caractéristiques
- Lecture du Bulletin d'estimation du Risque d'Avalanche (BRA)
 

Journées « Sécurité neige et avalanches » : programme, inscription et informations pratiques

à Nice :
Samedi 22 novembre de 9h à 16h
Salle Laure Ecard - 50 Bd Saint Roch - 06300 Nice
Entrée gratuite sur pré-inscription préalable obligatoire sur cd06ffme.fr


à Pau :
Samedi 29 novembre de 8h30 à 17h30
Université de pau et du Pays de l'Adour - UFR de droit - Amphi 300 - avenue du doyen Poplawski - 64000 Pau
Accès payant, inscription préalable conseillé - Télécharger le bulletin d'inscription


à Paris :
Samedi 13 décembre de 9h à 16 h
Le Chantier - 24 rue A-J Hénart - 75012 Paris
Accès payant et pré-inscription préalable obligatoire sur Vertical 12
Nouveauté sur cette conférence :
- études de cas et mise en situation en petits groupes
- animations issues du nouveau DVD de l'Anena "Neige - Avalanches 2014"

 

20/11/2014

Alpes : des pistes de ski déjà bien enneigées

Alpes : des pistes de ski déjà bien enneigées

Alpes : des pistes de ski déjà bien enneigées

20/11/2014

Le week-end des 22-23 novembre, six stations alpines ouvrent une partie de leur domaine skiable*. Ces stations – La Clusaz, Montgenèvre, l'Alpe d'Huez, Courchevel, Val Thorens et Tignes – ont bénéficié de chutes de neige récentes et relativement abondantes. Val Thorens, plus haute station d'Europe, est habituellement la seule à ouvrir si tôt dans la saison.

Le Grand Galibier le 19 novembre 2014

Le Grand Galibier (3 228 m), situé près du point de jonction entre les départements de la Savoie, de l'Isère et des Hautes-Alpes, le 19 novembre 2014. © Météo-France / Daniel Goetz


Les premières chutes de neiges significatives de la saison hivernale 2014-2015 se sont produites le 4 novembre sur l'ensemble des Alpes françaises, où l'on relevait entre  15 et 40 cm  de neige au-dessus  de  2 000 m.
De nouvelles chutes ont eu lieu entre le 14 et le 18 novembre, d'abord au-dessus de 2 300 - 2 500 m, puis progressivement à des altitudes de moins en moins élevées, jusqu'à 1 000 - 1 200 m.
Au-dessus de 2 300  - 2 500 m, elles ont apporté de 50 à 100 cm supplémentaires sur une majorité de massifs.
Conséquence : un manteau neigeux plus épais que la normale** pour la saison (sauf dans certains massifs de Savoie), tout particulièrement dans les Alpes du Sud et le sud de l'Isère.

Voici quelques valeurs de hauteur de neige relevées le 20 novembre au matin en-dessous de 2 000 m d'altitude :
14 cm au Grand Bornand (1 270 m) en Haute-Savoie,
20 cm à Courchevel (1 780 m) et 23 cm à Valmeinier en Savoie,
16 cm à Saint-Christophe-en-Oisans (1 570 m) en Isère,
12 cm à Isola 2000 (1 860 m) dans les Alpes-Maritimes.
À plus haute altitude, on relève 33 cm à la station automatique de la Grande Paréi (2 240 m - Beaufortin), 80 cm à celle de l'Aigleton (2 240 m - Belledonne), 125 cm à celle des Écrins (2 980 m), 70 cm à celle du col Agnel (2 630 m - Queyras) et 80 cm à celle de Millefonts (2 430 m - Mercantour).

Le temps ensoleillé et très doux qui s'est installé le 20 novembre devrait persister durant le week-end. La neige devrait se tasser et fondre, au moins en partie, sur les versants ensoleillés. Elle devrait se maintenir sur les versants ombragés.


image satellite du 20 novembre 2014 12h UTC neige sur les Alpes


Image satellite du jeudi 20 novembre 2014 à 12h UTC.
Le temps est clair sur l'arc alpin et on distingue parfaitement la neige sur le relief. © Météo-France


* source AFP
** normale 1981-2010

 

 

20/11/2014

Dossier : en savoir plus sur le brouillard

Dossier : en savoir plus sur le brouillard

Dossier : en savoir plus sur le brouillard

20/11/2014

brouillard de rayonnement


Le brouillard désigne la suspension dans l'atmosphère de très petites gouttelettes d'eau réduisant la visibilité au sol à moins d'un kilomètre.
La saison la plus favorable à la formation de brouillard est l'automne avec les premiers refroidissements importants, souvent associés à des passages perturbés alternant avec des périodes anticycloniques.


Pour en savoir plus sur la formation et la prévision du brouillard et dangers qui y sont associés, consultez notre dossier.

 

19/11/2014

Des gelées toujours rares sur l’Hexagone

Des gelées toujours rares sur l’Hexagone

Des gelées toujours rares sur l’Hexagone

19/11/2014

Mercredi 19 novembre au petit matin, quelques rares gelées ont été observées sur le pays, avec  par exemple -1°C à Châtillon-sur-Seine en Côte d'Or. Ces quelques apparitions du gel ne remettent pas en cause la tendance constatée sur l'ensemble de l'année : 2014 reste remarquable par le faible nombre de jours de gel enregistré.

Au-delà du cas emblématique de Paris (lire notre article du 12 novembre) qui attend toujours sa première gelée de l'année,  de nombreuses villes ont connu cette année des gelées beaucoup plus rares que la normale. Ainsi, même s'il devait geler tous les jours jusqu'au 31 décembre, beaucoup de stations n'atteindraient pas leur moyenne annuelle* de jour de gel (température minimale inférieure ou égale à 0°C).

Voici, pour quelques villes, le nombre de jours de gelée observés du 1er janvier au 19 novembre 2014 et, entre parenthèses, la moyenne annuelle 1981-2010 :
Annecy : 22 (89)
Langres : 15 (73)
Bourg-Saint-Maurice : 50 (107)
Besançon : 11 (65)
Chambéry : 20 (74)
Saint-Etienne : 14 (65)
Poitiers : 5 (53)
Luxeuil : 38 (86)
Orléans : 7 (55)
Clermont-Ferrand : 16 (64)
Lyon : 4 (50)
Dijon : 23 (68)
Strasbourg : 22 (66)

 

nb jours de gel du 1 au 191114 et moyenne nov 

A gauche : nombre de jours de gel entre le 1er et le 19 novembre 2014
A droite : moyenne du nombre de jours de gel en novembre (1981-2010)
© Météo-France (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 

Par ailleurs, quand il a gelé cette année, les gelées sont restées peu intenses. Seules cinq villes de plaine - Ambérieu, Luxeuil, Charleville-Mézières et Colmar - ont connu en 2014  une forte gelée avec des températures inférieures ou égales à -5°C.

Jeudi 20 matin, le thermomètre pourrait descendre à 0°C ou en-dessous par endroits, du Nord-Est au Massif central et jusqu'à l'intérieur de la Provence. Les jours suivants, une masse d'air plutôt chaude devrait intéresser le pays, avec à la clef, au gré de la couverture nuageuse, des températures très douces l'après-midi, en particulier dans le Sud-Ouest, le Sud-Est et la Corse.

* : normale 1981-2010

 

 

18/11/2014

Intoxications au monoxyde de carbone : comment se protéger

Intoxications au monoxyde de carbone : comment se protéger

Intoxications au monoxyde de carbone : comment se protéger

18/11/2014

Lorsque les températures baissent, les risques d'intoxications au monoxyde de carbone augmentent. Avec une centaine de décès en moyenne par an, le monoxyde de carbone (CO) est la première cause de mortalité accidentelle par toxique en France. Entre le 1er septembre 2013 et le 31 mars 2014, 1 028 épisodes d'intoxication domestique au CO survenus par accident et impliquant 3 050 personnes, ont été signalés au système de surveillance de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Ces intoxications accidentelles se produisent majoritairement au domicile. Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz toxique, indétectable par l'homme. Il est émis lors de la combustion incomplète de bois, gaz, charbon ou essence.

En période de grand froid mais aussi de redoux ou encore d'intempéries inhabituelles, soyez vigilant : les appareils de chauffage sont davantage utilisés et leur fonctionnement peut être perturbé.
 

visuel sur le monoxyde de carbone Quels sont les principaux appareils et installations concernés ?

- chaudières et chauffe-eau
- poêles et cuisinières
- cheminées et inserts, y compris les cheminées décoratives à l'éthanol
- appareils de chauffage à combustion fixes ou mobiles (d'appoint)
- groupes électrogènes ou pompes thermiques
- engins à moteur thermique (voitures et certains appareils de bricolage notamment)
- braseros et barbecues
- panneaux radiants à gaz
- convecteurs fonctionnant avec des combustibles
 

Quels sont les dangers du monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone est très difficile à détecter car il est inodore, invisible et non irritant. Le CO inhalé prend la place de l'oxygène dans le sang, en se fixant sur les globules rouges. L'organisme n'est plus oxygéné correctement. S'en suivent maux de têtes, confusion mentale, nausées, vertiges, fatigue, malaises ou encore paralysie musculaire. Son action peut être rapide : dans les cas les plus graves, il peut entraîner en quelques minutes le coma, voire le décès. Les personnes intoxiquées gardent parfois des séquelles à vie.
 

Comment éviter les intoxications ?

Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent concerner tout le monde. Afin de limiter les risques, il convient d'adopter les gestes de prévention suivants :

Avant chaque hiver, faire systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d'eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié.

Tous les jours, et même quand il fait froid, aérer au moins 10 minutes son logement, maintenir les systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et de ne jamais obstruer les entrées et sorties d'air.

Respecter systématiquement les consignes d'utilisation des appareils à combustion indiquées par le fabricant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d'appoint en continu ; placer impérativement les groupes électrogènes à l'extérieur des bâtiments ; ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue, etc.


Que faire en cas d'intoxication supposée ?

Maux de tête, nausées, malaises, vomissements, etc. peuvent être le signe de la présence de monoxyde de carbone dans votre logement.

Dans ce cas:

  • Aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres.
  • Arrêtez si possible les appareils à combustion.
  • Évacuez au plus vite les locaux et bâtiments.
  • Appelez les secours :
    112 : Numéro unique d'urgence européen
    18 : Sapeurs Pompiers
    15 : Samu 

Ne réintégrez pas les lieux avant d'avoir reçu l'avis d'un professionnel du chauffage ou des sapeurs pompiers