Actualités

06/03/2015

Forte tempête en Méditerranée les 5 et 6 mars

Forte tempête en Méditerranée les 5 et 6 mars

Forte tempête en Méditerranée les 5 et 6 mars

06/03/2015

Une violente tempête s'est abattue jeudi 5 mars sur l'Europe méridionale, affectant particulièrement le sud de la France, l'Italie, la Croatie, les Balkans. Une dépression, baptisée Anton, s'est rapidement creusée à partir du mercredi 4 mars en soirée en mer Tyrrhénienne. Elle a engendré de très violentes rafales de vent qui ont souvent dépassé les 150 km/h au cours de la journée de jeudi, atteignant même par endroits des valeurs records (185 km/h sur la côte orientale de la Corse, 200 km/h sur les hauteurs de Toscane et certains rivages croates). Vendredi 6 mars, la tempête, toujours très active s'est décalée progressivement vers les Balkans et les Carpates.

Image satellitaire mars tempête Anton

Animation satellite MSG3-MET10 - 5 mars 2015 de 07hUTC à 15hUTC. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


Violentes rafales de vents en Corse
Sur le sud de la France, c'est en Corse que le vent (de direction nord-est et nommé « Grecale ») s'est déchaîné avec le plus de vigueur. Un nouveau record absolu a été établi à la Chiappa dans les environs de Porto Vecchio, avec 185 km/h, devant les 180 km/h enregistrés le 27/02/1990. Au cours de la journée de jeudi 5, les rafales se sont généralisées à toute la côte orientale, avec par exemple 157 km/h relevés au Cap Sagro et 148 km/h à Conca.
Sur le continent, la tramontane a atteint 149 km/h au Cap Béar et 142 km/h à Vives (2e rafale la plus forte enregistrée depuis l'ouverture de la station en 1998). Le mistral, très soutenu a également soufflé jusqu'à 125 km/h en Avignon et 123 km/h à Arles.

Vent tempête Anton actu

 

Rafales de vent (en noeuds) prévues par le modèle ARPEGE entre le 4 mars 2015 18hUTC et le 6 mars 2015 18hUTC. En rouge et violet les rafales supérieures respectivement à 70 et 80 noeuds. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


Neige, pluie et vent dans le sud de l'Europe
Cette tempête a également affecté les pays méditerranéens bordant la mer Adriatique et la mer Tyrrhénienne avec des fortes pluies, de la neige en montagne à basse altitude (localement en-dessous de 500 m sur les Apennins et les Abruzzes) et de puissantes rafales rarement mesurées. Un vent de secteur nord-est (prénommé la « Bora ») a déferlé du relief dalmate vers les rivages de l'Adriatique, sur la côte entre Dubrovnik et Trieste régulièrement à plus de 100 km/h,  166 km/h à Split, et jusqu'à 210 km/h à Razancu (près de Zadar) et 214 km/h dans la région de Prizna. De fortes quantités de neige ont été localement observées sur les Abruzzes en Italie (50 cm à Sulmona, à  400 m d'altitude). Des pluies diluviennes se sont produites à Makarska (305 mm) et Dubrovnik (219 mm) en Croatie.

Une différence de pression remarquable entre le nord et le sud du continent
Au cours de la journée de jeudi, les hautes pressions présentes sur l'Atlantiques depuis quelques jours se sont étendues sur l'ouest de l'Europe tout en se renforçant, atteignant ainsi 1042 hPa à la mi-journée sur l'ouest de la France. Cette configuration a augmenté considérablement le gradient de pression* entre l'ouest du continent, sous influence anticyclonique, et la Méditerranée où se creusait au même moment la dépression Anton (995 hPa) se déplaçant vers le sud de l'Italie. Cette situation météorologique particulière est à l'origine de l'épisode de vents méditerranéens (Mistral, Tramontane, Grécale et Bora) observé sur le sud de la France, entre les Dolomites et les rivages adriatiques et une bonne partie de l'Italie.

*Lorsque la pression atmosphérique varie beaucoup au sein d'une zone géographique donnée, on parle de gradient de pression fort.

 

 

06/03/2015

Enneigement dans les massifs français au 5 mars 2015

Enneigement dans les massifs français au 5 mars 2015

Enneigement dans les massifs français au 5 mars 2015

06/03/2015

Depuis la mi-janvier, les épisodes neigeux ont régulièrement touché les massifs montagneux français. Ils ont apporté de la neige en quantités très variables selon les massifs, souvent en abondance. Les 1er, 2 et 3 mars, la pluie a touché les moyennes et hautes altitudes. Quant au 4 mars, la neige est tombée jusqu'en moyenne montagne, mais en très faibles quantités.
En ce début du mois de mars, l'enneigement est selon le massif, proche des normales ou bien supérieur :
- dans les Alpes, l'enneigement est globalement conforme aux normales, avec toutefois dans certains massifs un léger déficit ou excédent ;
- dans les Pyrénées, l'enneigement est partout très largement excédentaire, parfois proche des records, grâce aux chutes de neige exceptionnelles qui se sont produites fin janvier-début février puis les 24 et 25 février (autour de 1 m de neige fraîche) ;
- en Corse, l'enneigement est partout conforme aux normales ;
- dans les massifs de moyenne montagne, il reste plutôt bon bien qu'il ait plu à deux reprises au cours des deux dernières semaines.

Lire le point enneigement complet

Massif du Mont Blanc vu des Arcs le 28 février 2015

Le massif du Mont Blanc vu des Arcs le 28 février 2015.
 
 
Le sommet du Petit Arc vu depuis celui du Grand Arc (2484 m), au-dessus d'une mer du nuages qui recouvre la combe de Savoie, depuis Chambéry jusqu'à Albertville, le 28 février 2015
Le sommet du Petit Arc vu depuis celui du Grand Arc (2484 m), au-dessus d'une mer du nuages qui recouvre la combe de Savoie, depuis Chambéry jusqu'à Albertville, le 28 février 2015.
 
 

 

05/03/2015

Un hiver normal qui contraste avec 2014

Un hiver normal qui contraste avec 2014

Un hiver normal qui contraste avec 2014

05/03/2015

Hiver météorologique : décembre, janvier, février

Sans caractère exceptionnel, l'hiver 2014-2015 a connu plusieurs épisodes neigeux jusqu'en plaine. Les chutes de neige ont en revanche été très abondantes sur les Pyrénées pour la troisième année consécutive.

Hormis fin décembre, le thermomètre a affiché des valeurs plutôt douces pour la saison jusqu'à la mi-janvier, avec très peu de gelées en plaine. La France a ensuite retrouvé des températures hivernales. La température a été en moyenne proche de la normale* sur la majeure partie du pays, légèrement supérieure sur le flanc est, et au-dessous (0.5 °C) dans le Sud-Ouest. Moyennée sur la saison et sur le pays, la température a été supérieure de 0.2 °C à la normale*.

La pluviométrie a été légèrement excédentaire le long des côtes de la Manche, sur le sud de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, le nord de la Corse ainsi que de la vallée du Rhône au Var. En revanche, les cumuls de précipitations ont été très inférieurs à la normale* sur la région Languedoc-Roussillon, avec un déficit proche de 40%. Plusieurs épisodes neigeux se sont produits jusqu'en plaine et les massifs ont bénéficié d'un bon enneigement. Sur l'ensemble de la saison et du pays, la pluviométrie a été conforme à la normale.

Proche de la normale** dans le nord-ouest et le sud-est du pays, l'ensoleillement a été déficitaire des Pyrénées aux frontières du Nord et de l'Est. Le déficit a dépassé 30 % dans le Nord-Est. Seule la Corse a bénéficié d'un ensoleillement plus généreux, légèrement excédentaire.

 Consulter le bilan définitif complet de l'hiver 2014-2015.
 

*  moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010

 

 

 

05/03/2015

Focus sur les printemps extrêmes

Focus sur les printemps extrêmes

Focus sur les printemps extrêmes

05/03/2015

Après un début de semaine entre giboulées sur une large moitié nord et éclaircies et températures dignes d'un mois de mai sur sur l'extrême Sud-Est de l'Hexagone, la situation s'est inversée dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 mars. Le Sud-Est a en effet subi les effets d'une dépression avec des vents violents parfois tempétueux et des averses parfois sous forme de neige sur le relief en Corse. Avec le décalage vers l'est de cette dépression dès jeudi soir, le beau temps s'est généralisé sous l'influence d'un puissant anticyclone situé sur la Bretagne qui s' étend progressivement jusqu'au sud de la Russie.
Cette première semaine de mars a ainsi été marquée par des conditions météorologiques typiquement printanières.

Le printemps : saison de contrastes

Le printemps météorologique, qui commence le 1er mars et s'achève à la fin du mois de mai, est généralement une saison de contrastes. Dans l'hémisphère Nord, la durée du jour rallonge sensiblement et l'ensoleillement progresse. Ainsi, les journées froides et parfois humides, de plus en plus rares, alternent avec des journées de plus en plus douces, parfois orageuses, au gré de la position des anticyclones et des dépressions, et donc des flux dominants sur l'Hexagone.

En moyenne, sur l'Hexagone, la température normale* de la saison est de 11,6°C.

Petit tour d'horizon des printemps records en matière de température :

Depuis 1900, c'est le printemps 1962 qui a été le plus froid, avec une température moyenne de 9,4°C, soit 2,2 degrés sous la normale. Le printemps 2011 s'est révélé être le plus chaud avec une température moyenne de 13,6°C, soit 2 degrés au-dessus de la normale. Les trois printemps les plus chauds se sont produits au XXIe siècle. 2011 mis à part, il s'agit des printemps 2007 et 2003 (respectivement 1,6 et 1,2 degrés au-dessus de la normale).

 Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne depuis 1900
Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne* depuis 1900 © Météo-France (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


En ce qui concerne les précipitations, il tombe en moyenne** sur l'Hexagone environ  230 mm*** de précipitations chaque printemps. Depuis 1959, le printemps 2001 a été le plus pluvieux avec 348,4 mm, soit une anomalie de près de 52 % par rapport à la normale. Le printemps 2011, qui était déjà le plus chaud, est également le plus sec, avec 110,3 mm, soit une anomalie de -52 % par rapport à la normale.

Rapport à la normale des précipitations au printemps sur la France (1959-2014)
 Rapport à la normale** du cumul de précipitations au printemps en France depuis 1959 © Météo-France (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


* : Moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne. Cet indicateur thermique est constitué de la moyenne de la température saisonnière de 30 stations métropolitaines représentatives.
** : Moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations, calculée par la méthode Aurelhy.
*** : 1 mm = 1 L/m2

 

 

03/03/2015

Exposition André des Gachons : « Le ciel entre guerre et paix »

Exposition André des Gachons : « Le ciel entre guerre et paix »

Exposition André des Gachons : « Le ciel entre guerre et paix »

03/03/2015

Du 7 mars au 15 juin 2015, à l'occasion de la commémoration de la Grande Guerre, la ville de Châlons-en-Champagne a choisi de mettre en lumière l'artiste André des Gachons et son étonnante production d'aquarelles météorologiques réalisées notamment pendant la Première Guerre mondiale. L'exposition est présentée au Musée des Beaux arts et d'Archéologie. Co-organisée avec Treize (Paris), elle a été réalisée en partenariat avec Météo-France et avec le soutien de la mission du Centenaire.
 

André des Gachons, portraitiste du ciel

Portrait André des Gachons 1894Illustrateur de livres, peintre d'inspiration symboliste, créateur avec son frère Jacques du Théâtre Minuscule, fondateur de plusieurs revues, André Peyrot des Gachons est aussi un esprit curieux intéressé par les sciences. Observateur du Bureau central météorologique dès 1913 et jusqu'à sa mort en 1951, il appartenait au réseau des passionnés de météorologie qui ont, jour après jour, mesuré et soigneusement décrit l'état de l'atmosphère. Il a réalisé 70 000 aquarelles dont 9600 aquarelles météorologiques. 156 d'entre elles, mises à disposition par Météo-France, sont présentées dans le cadre de l'exposition. Ces œuvres sont mises en contexte avec le matériel d'archives, les instruments météorologiques utilisés dans la première moitié du XXème siècle ainsi que des documents rares sur la météorologie pendant la Grande Guerre (carnets de tranchées, registre des prévisions…) prêtés à cette occasion par Météo-France. Plusieurs dizaines d'œuvres issues des collections des Archives Nationales et de prêteurs privés viennent enrichir les différentes sections de l'exposition.

Portrait d'André des Gachons en 1894, collection particulière.
 

Visites guidées, ateliers et conférences

Des visites guidées, des ateliers pour les enfants et un cycle de conférences sont proposés au public. Certaines conférences seront animées par des représentants de Météo-France autour des thèmes suivants :
- une histoire de l'observation des nuages, jeudi 19 mars à 18h15 par Jean-Pierre Javelle, ingénieur de la météorologie, retraité de Météo- France;
- l'exposition « Ciels » de Météo-France en 1997 : André des Gachons redécouvert,
jeudi 2 avril à 18h15 par Martine Camblan, Centre de météorologie marine ;
- évolution des techniques d'observation du temps et du climat, jeudi 9 avril à 18h15 par Jean-Pierre Javelle ;
- les observations du passé pour les études climatiques d'aujourd'hui, jeudi 21 mai à 18h15 par Marie-Hélène Pépin, responsable de la documentation et Thiery Beaudenon, Centre de Reims.
 

Une exposition destinée à voyager

A l'issue de leur présentation au musée des Beaux arts et d'Archéologie de Châlons-en-Champagne, les aquarelles d'observations météorologiques seront exposées à Paris du 19 juin au 13 juillet par l'association Treize (11e arrondissement).

 

Planche de cirrostratus - 20 février 1916

Planche de cirrostratus - 20 février 1916 - archives de Météo-France
(Cliquer sur la planche pour l'agrandir)

 

Informations pratiques

« Le ciel entre guerre et paix »
Du 7 mars au 15 juin 2015
Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie
Place Godart
51 000 Châlons-en-Champagne
Tél. : 03 26 69 38 53
musee.mairie@chalons-en-champagne.net
Le site de l'exposition

Horaires :
Lundi au vendredi, de 14 h à 18 h, sauf le mardi
Samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Dimanche, de 10h à 12h et de 14h 30 à 18h30.