Glossaire

isobare

L'adjectif "isobare" qualifie une figure géométrique, un état, un processus, un phénomène ou une mesure associés à une valeur constante de la pression d'un fluide ; en particulier, une parcelle de gaz de masse donnée subit une transformation isobare si, au cours de cette transformation, la pression garde une valeur fixe en tout point intérieur à cette parcelle. En l'absence d'autre précision, cet adjectif s'applique à la pression atmosphérique.

L'idée du maintien de la pression à une valeur fixe peut être associée à l'écoulement d'une durée, mais aussi à l'étendue d'un espace à un instant donné : on tend dans ce dernier cas à utiliser le mot "isobare" comme substantif afin de désigner des courbes ou des surfaces sur lesquelles, à cet instant, la pression garde partout la même valeur ; il faut alors bien distinguer si "une isobare" désigne une ligne isobare (pouvant être tracée sur quelque surface non isobare, par exemple celle du niveau moyen de la mer) ou une surface isobare (sur laquelle ne figurent pas de lignes isobares, puisque la pression y est en tout point constante).

Notons encore que la pression de l'air près d'un lieu donné de la surface terrestre subit par temps calme des variations relatives nettement plus lentes et moins importantes que celles de la température : ainsi, sur d'assez larges plages de temps, on peut considérer qu'en dehors du passage de perturbations, les évolutions en un tel lieu de l'atmosphère au sol restent régies par les lois des transformations isobares ; c'est en particulier le cas pour les processus quotidiens de refroidissement et de réchauffement qui précèdent et suivent le lever du soleil.