Glossaire

direction (du vent)

  Curieux  

La direction du vent est l'une des deux grandeurs numériques qui, avec la vitesse du vent, caractérisent le vent au sens courant, c'est-à-dire, d'un point de vue physique, la composante horizontale de la vitesse de l'air . Cette composante étant décrite en un point A de l'atmosphère ou de la surface terrestre par une flèche, ou vecteur, d'origine A dans le plan horizontal passant par A, la vitesse du vent est la longueur de cette flèche (mesurée avec l'unité de longueur choisie pour représenter l'unité de vitesse) tandis que sa direction détermine l'orientation angulaire de la flèche par rapport à un axe horizontal passant par A, de direction et de sens immuables dans un référentiel lié à la Terre ; implicitement ou explicitement, l'axe ainsi choisi est toujours celui de la demi-droite issue de A et orientée vers le nord géographique (la direction du vent, en théorie, n'est donc pas définie aux pôles...).

Cependant, il est très important de se rappeler qu'en météorologie, cette "direction" du vent désigne toujours, en fait, la direction d'où vient le vent ; par rapport à l'axe horizontal sud-nord, elle repère donc, non pas la direction de la flèche du vent telle qu'on l'entend habituellement, mais la direction opposée : si par exemple le vent souffle en A vers l'est-nord-est, il sera de direction ouest-sud-ouest, et c'est l'angle de cette dernière direction avec l'axe de référence sud-nord qu'il conviendra alors de mesurer. Pour lever toute ambiguïté, cet angle est évalué de 0° (exclu) à 360° (inclus) en tournant autour de A toujours dans le même sens — celui des aiguilles d'une montre — dans le plan horizontal vu de dessus ; la direction ouest-sud-ouest, par exemple, correspond de la sorte à un angle de 247° 30' (le 0, quant à lui, peut servir à noter l'absence de direction du vent calme). Cette définition spécifique de la direction du vent est justifiée par une tradition naturelle, universelle et ancienne (on fait face au vent pour le repérer tel qu'il est déjà, porteur des qualités et des défauts amassés lors de son parcours) ; elle a pour conséquence que les pictogrammes représentant le vent, sur les cartes d'analyse objective ou de prévision météorologique, sont semblables à des hampes de flèche orientées dans le sens du vent, mais décalées vers l'arrière de façon à plaquer sur le site la pointe de la flèche et non son empennage (où est figurée la valeur de la vitesse).

De même que la force du vent regroupe dans des intervalles de valeurs les mesures précises de sa vitesse, la direction du vent est représentée par des intervalles égaux de valeurs angulaires, ou secteurs, plutôt que par la donnée de nombres précis, en raison de sa variabilité temporelle, de la commodité de sa représentation imagée (en particulier pour la réalisation de roses des vents) et des nécessités du codage. De ce point de vue, la représentation en secteurs cardinaux, tôt apparue sous forme d'un regroupement des estimations en 4, puis 8 directions cardinales, et affinée ensuite selon 16 (voire 32) directions, équivaut à un regroupement par secteurs, égaux à 22° 30' dans le cas de 16 directions cardinales : par exemple, l'ouest-sud-ouest correspond au secteur allant de 236° 15' (exclu) à 258° 45' (inclus) ; de même, le nord réunit les secteurs allant de 348° 45' (exclu) à 360° (inclus) et de 0° (exclu) à 11° 15' (inclus). Plus utilisées que ces représentations cardinales — sauf en météorologie marine — sont maintenant les évaluations de direction arrondies au multiple de 20° (ou de 10°) le plus proche, qui classent les directions suivant 18 (ou 36) secteurs ; ces derniers, alors, recoupent généralement les secteurs cardinaux, et le secteur de 20° qui est centré sur 240°, par exemple, regroupe une part du sud-ouest (entre 230° et 236° 15') et de l'ouest-sud-ouest (entre 236° 15' et 250°), tandis que le sud (de 168° 45' à 191° 15') chevauche 3 secteurs de 20° : celui qui est centré sur 180° et une petite partie de ceux qui sont respectivement centrés sur 160° et 200°.


  Initié  

Direction instantanée et direction moyenne

À mesure que le temps s'écoule, la composante horizontale du mouvement de l'air en un point donné de l'atmosphère ou de la surface terrestre varie en intensité et en orientation d'une façon non pas lente et régulière en général, mais saccadée, rapide et parfois ample : ce comportement habituel de l'écoulement de l'air, tel qu'évoqué dans les articles de La météo de A à Z relatifs au vent et à sa vitesse, conduit à distinguer en un site donné plusieurs sortes de vent afin de pouvoir estimer dans le temps la moyenne du vent d'une part, les effets de sa variabilité d'autre part ; or, ces distinctions s'appliquent aussi bien à la direction qu'à la vitesse :
 

  • la direction instantanée du vent, directement mesurable au sol par des girouettes en synchronisation avec des anémomètres, est fournie au terme d'intervalles de temps très brefs, par exemple une demi-seconde. Elle définit avec la vitesse instantanée du vent qui lui est associée le vecteur vent instantané mesuré à l'issue de chacun de ces intervalles ;

  •  
  • la direction moyenne du vent, mesurable au sol mais aussi en altitude (grâce à des ballons-sondes), est la moyenne de nombreuses valeurs successives de la direction instantanée sur un long intervalle de temps, par exemple 10 minutes. Elle définit avec la vitesse moyenne du vent qui lui est associée le vecteur vent moyen, qui est la valeur de référence de la mesure du vent à l'issue de cet intervalle ;

  •  
  • de même que sur un intervalle de temps donné l'on définit la vitesse maximale du vent comme la plus élevée des vitesses de pointe atteintes au cours de cet intervalle, il serait possible d'y distinguer un écart maximal à la direction moyenne, sans que l'instant de cet écart coïncide forcément avec celui de la vitesse maximale. Toutefois, les rafales sont caractérisées bien plus par l'intensité de leurs vitesses de pointe que par celle de leurs sautes de vent.

 

De façon analogue à la valeur de la vitesse du vent, la valeur de sa direction en un point et à un instant donnés est, sauf mention explicite du contraire, celle de sa direction moyenne. Le processus de mesure de cette valeur, au sol d'une part, en altitude — par radiosondage — d'autre part, est abordé conjointement avec celui de la mesure de la vitesse dans l'article de La météo de A à Z relatif à la vitesse moyenne du vent : le lecteur pourra éventuellement se reporter à cet article pour préciser cette question du processus de mesure, et aussi pour éclaircir une signification classique et toute différente de l'expression "direction moyenne du vent", liée à la climatologie ; notons que dans ce dernier cas, ce n'est pas la valeur brute de la direction moyenne qui contribue le mieux à décrire le régime climatique régnant sur un site géographique donné, mais plutôt la répartition des directions en fréquences suivant les différents secteurs d'une rose des vents.