Glossaire

Celsius (Anders)

Astronome et physicien suédois (1701-1744). Il participa en 1737 à l'expédition française que dirigeait le mathématicien Pierre Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759) et qui, en mesurant la longueur d'un degré d'arc de méridien en Laponie, permit de comparer sa valeur à la valeur connue de cette même longueur au Pérou, près de l'équateur, confirmant ainsi l'hypothèse du savant anglais Isaac Newton (1642-1727) sur l'aplatissement du globe terrestre aux pôles. Celsius, qui fut le fondateur et le premier directeur de l'observatoire d'Uppsala, mena des travaux astronomiques novateurs et établit l'existence d'un lien de cause à effet entre l'apparition d'aurores polaires et les perturbations du magnétisme terrestre. Il doit toutefois sa plus grande notoriété à la proposition qu'il fit d'attribuer la valeur 0 à la température du point d'ébullition de l'eau sous la pression atmosphérique normale, et la valeur 100 à celle de son point de congélation, en vue de poser les repères d'une échelle de température qui soit la plus commode et la mieux adaptée possible tout en évitant le recours à des chiffres négatifs en hiver ; lui-même élabora en 1742 un thermomètre fondé sur l'utilisation de ces repères, mais la phtisie ne lui permit pas de continuer ses recherches ni de considérer les arguments auxquels il se serait sans doute rendu, selon lesquels il valait mieux permuter les valeurs attribuées aux point d'ébullition et de congélation afin de mettre en concordance la lecture des variations de la température et les sensations naturelles de sa "croissance" ou de sa "décroissance".

Il n'est pas aisé d'indiquer à quel continuateur revient précisément l'honneur d'avoir mis en pratique cette inversion de l'échelle de température initiale : fut-ce le scientifique lyonnais Jean-Pierre Christin (1683-1755), qui conçut indépendamment dès 1743 un thermomètre de graduation moderne, ou bien s'agit-il des propres assistants de Celsius, ou d'autres chercheurs encore ? Toujours est-il que le plus illustre savant suédois de l'époque, le naturaliste Carl von Linné (1707-1778), put en 1745 présenter à l'académie de Stockholm un thermomètre utilisant l'actuelle échelle Celsius. Celle-ci, adoptée avec vigueur par la Révolution française, a vu son usage courant s'imposer bientôt en tous les endroits de la Terre, à l'exception des pays anglo-saxons, restés fidèles à l'utilisation de l'échelle Fahrenheit ; ce n'est pourtant qu'en 1948 que la Conférence générale des Poids et Mesures a prescrit d'associer à la désignation de l'échelle de température internationale — et du degré Celsius, son unité de repérage — le nom de son inventeur, jusqu'alors fortement concurrencé par les qualificatifs généraux de "centésimal(e)" et de "centigrade".