Glossaire

vent moyen

En tout point fixe de l' atmosphère où il doit être mesuré, le vent , composante horizontale du mouvement de l' air , varie généralement au cours du temps de façon brusque, rapide et parfois importante, de sorte que sa mesure isolée à un instant donné, ou vent instantané , ne serait guère représentative de la valeur d'ensemble de ce mouvement horizontal au site où on l'observe, ni des écarts à cette valeur ; de plus, ces particularités du comportement dynamique de l'air se remarquent aussi bien pour la mesure de la vitesse du vent que pour celle de sa direction . Comme l'indiquent les articles de La météo de A à Z consacrés à ces deux thèmes ainsi qu'à la vitesse moyenne du vent , la valeur de référence de la vitesse et de la direction en un point et à un instant de mesure donnés sont donc la vitesse moyenne et la direction moyenne du vent en ce point et à cet instant, c'est-à-dire les moyennes des vitesse et direction instantanées sur l'intervalle assez long — généralement de 10 minutes — qui précède l'instant de mesure : le vent ayant ces vitesse et direction moyennes est le vent moyen, et le vent évalué en météorologie est, sauf mention explicite du contraire, ce même vent moyen, auquel les bulletins météorologiques font toujours référence, tout en mentionnant éventuellement la mesure observée ou l'intensité prévue des rafales (dont les vitesses peuvent parfois dépasser de plus de moitié celles du vent moyen).

Les articles précédemment cités rappellent aussi la différence qui s'établit entre les méthodes de mesure du vent moyen en altitude et en surface : dans le premier cas, cette grandeur s'obtient directement dans les radiosondages d'après le suivi de la trajectoire du ballon-sonde ; dans le second, elle doit effectivement se calculer à partir des mesures du vent instantané obtenues par un anémomètre et une girouette placés conjointement, par exemple, au sommet d'un mât anémométrique de 10 mètres de hauteur.

Sur les cartes météorologiques, le vent moyen est représenté par un segment de droite analogue à une hampe de flèche dont la pointe coïnciderait avec le cercle centré sur le site où est effectuée l' observation ou bien la prévision . Sur un tel pictogramme, la direction du vent , inverse de celle de la flèche, est portée par sa hampe, mais va de sa pointe à son empennage, que composent (si le vent atteint au moins 3 noeuds ) une ou plusieurs barres obliques placées du côté des pressions plus faibles (sur une carte de lignes isobares ) ou des altitudes géopotentielles plus faibles (sur une carte de lignes isohypses ) : les barres peuvent être, dans l'ordre, zéro, un ou plusieurs drapeaux triangulaires noirs figurant 50 nœuds chacun, puis zéro, une ou plusieurs barbules figurant 10 nœuds chacune, puis zéro ou une demi-barbule figurant 5 nœuds (celle-ci ne peut jamais être placée à l'extrémité de la flèche) ; pour obtenir le nombre des différentes barres, la vitesse du vent moyen en nœuds — arrondie au multiple de 5 le plus proche — est divisée par 50, puis le reste de la division divisé par 10, puis le reste du reste divisé par 5 (rappelons que 5 ou 10 ou 50 nœuds valent respectivement 9,26 ou 18,52 ou 92,6 km/h, ou encore 2,572 ou 5,144 ou 25,72 m.s - 1 ).