Glossaire

temps sensible

Parce que son rythme, ses variations, ses événements accompagnent le déroulement de la vie des hommes et leurs activités, l'état quotidien de l' atmosphère , comme d'ailleurs celui des cieux, participait autant chez les Romains à la signification du mot latin tempus que le "temps" proprement historique ou chronométrique ; ce n'est que peu à peu que les langues héritières du latin ont conçu un sens météorologique autonome, distinct des notions de durée et de destinée, quoique exprimé par le même mot : le "temps qu'il fait" est ainsi apparu significativement différent du "temps qui passe" en français vers le XII e siècle, et l'on note la même dualité dans le tiempo espagnol, le temps catalan, le tempo portugais et italien, et aussi (concurremment au mot d'origine slave vreme ) dans le timp roumain. (L'anglais, l'allemand ou le russe, par exemple, distinguent respectivement weather , Wetter ou pogoda du sens général time , Zeit ou vremia .) Pour les prévisionnistes francophones, cependant, fonder leurs exposés écrits ou oraux sur un terme porteur de deux acceptions distinctes, toutes deux très importantes et très courantes, risquait de multiplier les malentendus et les ajouts ; c'est pourquoi, chaque fois qu'il semble préférable de dissiper l'ambiguïté, le temps au sens commun de "la météo" est présenté sous l'étiquette synonyme de "temps sensible".

Cette expression désigne donc, en un lieu déterminé de la surface terrestre et à un moment donné (ou sur un intervalle de temps donné, y compris une fraction de journée), l'ensemble des éléments significatifs de l'état de l'atmosphère, tels que peut les ressentir un observateur situé en ce lieu. La nature et l'évolution de la couverture nuageuse (laquelle est parfois absente), la transparence de l'atmosphère entre les nuages — elle peut être pure, voilée, plus ou moins brumeuse... — , l'existence éventuelle de phénomènes atmosphériques de toute sorte tels que des précipitations (continues ou intermittentes, faibles ou fortes...) ou des orages (isolés ou généralisés, moyens ou violents...), enfin l'intervention de facteurs comme le vent , la température , l' humidité , sont les principales composantes d'un "portrait" concret du temps sensible, qui peut être aussi bien le temps observé que le temps prévu à certaine échéance ; présenter ce portrait évolutif de façon synthétique au moyen de cartes et d'exposés oraux ou textuels constitue alors une part essentielle des tâches météorologiques.

Bien qu'il ne soit pas impossible de préciser des valeurs numériques de la nébulosité et même de l' ensoleillement , ce sont plutôt des dénominations littéraires — aux définitions en fait bien précises — que les textes et les images des bulletins météorologiques proposent aux usagers pour dépeindre le temps sensible, et l'on y parlera par exemple de ciel assez nuageux , de belles éclaircies , de temps variable avec averses , de neige modérée, d'orages le soir... De plus, ces présentations sont systématiquement appuyées par la fourniture des valeurs de la température et des direction et vitesse du vent (en moyenne et par rafales ), auxquelles peuvent s'ajouter suivant les cas d'autres informations, comme les données de pression , de visibilité , de hauteur de précipitation ... ; certaines de ces informations s'appliquent à des domaines spécifiques (citons par exemple le cas de la météorologie marine , avec la TSM , H1/3 , l' état de la mer , la houle ). D'autre part, le suivi du temps sensible se doit d'être prioritairement attentif aux phénomènes susceptibles de porter atteinte à la sécurité des personnes ou des biens, comme l' orage et la grêle , le brouillard et le brouillard givrant , le verglas et les précipitations verglaçantes , les avalanches , la pollution atmosphérique , les tempêtes , les cyclones tropicaux ... ; en particulier, la vigilance météorologique peut être considérée comme issue d'un examen approfondi du temps sensible observé et prévu dans le cadre départemental.