Glossaire

Rossby (Carl-Gustav Arvid)

Physicien suédois (1898-1957). Au cours de sa vie, il s'intéressa à l'océanographie et à la météorologie, trouvant des analogies entre les mouvements des deux fluides : l'eau et l'air . En 1919, Carl-Gustav Rossby participa à l'"école de Bergen", en Norvège, auprès de Vilhelm Bjerknes. Entre 1920 et 1922, il étudia surtout l'hydrodynamique, la circulation générale des océans et, par la suite, l'atmosphère. Ayant obtenu une bourse d'études pour aller aux États-Unis, il fut engagé en 1926 au Weather Bureau de ce pays où, dans un bac circulaire rotatif de 3 mètres de diamètre, il entreprit de tester les mouvements de liquides de densités différentes pour essayer de simuler les mouvements ondulatoires dans l'atmosphère ; le liquide de plus forte densité simulait l'air froid, et celui qui était plus léger, l'air chaud.

Rossby abandonna ces tests pour des raisons techniques et se tourna alors vers d'autres sujets de recherche, entre autres l'étude de la stratosphère. À partir de 1928, il enseigna à Harvard et au Massachusetts Institute of Technology (le MIT). Jusqu'en 1947, hormis une interruption entre 1939 et 1941, il s'occupa de recherche et d'enseignement dans diverses universités américaines. Il contribua au lancement de la revue de météorologie Tellus , ainsi qu'à la création du Journal of the American Meteorological Society et du Journal of Marine Research . En 1939, il démontra que les ondes atmosphériques courtes se déplacent plus rapidement que les longues. À l'université de l'Illinois, située à Chicago, il s'entoura de collaborateurs efficaces et fonda une "école de Chicago" quelque peu semblable à celle de Bjerknes à Bergen ; grâce à cette collaboration, la connaissance de l'atmosphère et de ses mouvements allait faire de grands progrès. En 1940, Rossby proposa un essai de prévision à 5 jours — déjà ! — fondé sur un modèle de circulation générale de l'atmosphère. C'est en 1945, dans le Journal of Meteorology , qu'il publia son article sur la propagation des fréquences et de l'énergie dans certaines ondes, atmosphériques et océaniques.

En 1947, Rossby quitta les États-Unis et revint en Suède : il donna des conférences à l'Institut suédois de météorologie et d'hydrologie (alors sous la direction de Tor Bergeron) tout en gardant des contacts avec l'école de Chicago. Dans les années suivantes, Il se tourna de plus en plus vers les problèmes de chimie atmosphérique et de pollution : en 1956, il publia dans la revue Naturvetenskap un article, " Current problems in meteorology ", qui traitait de nombreux problèmes, dont celui du gaz carbonique et de son cycle, du tritium et du cycle hydrologique, et de la diffusion de la pollution dans l'air. Cet article sera repris après sa mort dans un livre qui lui a été consacré par ses étudiants et collaborateurs, dont Tor Bergeron, livre intitulé " The Rossby Memorial Volume ", où sont retracés les travaux qu'il avait effectués au cours de sa vie.

Rossby était également un grand partisan de la coopération météorologique internationale : à ce titre, ainsi qu'au titre de ses travaux, le Comité exécutif de l'OMM lui décerna un prix en 1957. Il décéda brutalement cette année-là, à 59 ans, lors d'une conférence.

Rossby a laissé son nom à plusieurs concepts bien connus des météorologistes : citons le régime, le diagramme, le paramètre, le rayon de déformation, le nombre et les ondes "de Rossby".