Glossaire

occlusion

Lorsqu'un front froid en mouvement se rapproche d'un front chaud ou d'un front quasi stationnaire, l'espace atmosphérique situé entre les deux surfaces frontales se rétrécit et l'air inclus dans cet espace subit un soulèvement en bloc, qui s'accompagne fréquemment d'une intensification de la nébulosité et des précipitations ; de plus, dans les régions de l'atmosphère où ces deux surfaces finissent par se rejoindre, la masse d'air soulevée perd contact avec la surface terrestre et surmonte un front occlus, c'est-à-dire une trace frontale formant séparation en altitude entre la masse d'air antérieure et la masse d'air froid en progression relative derrière elle (ce front occlus est le plus souvent représenté par la projection horizontale de cette trace, qui dessine elle-même l'axe de la base du thalweg formé par l'air soulevé) : pareil processus de génération et de développement d'un front occlus s'appelle une occlusion.

Le cas de loin le plus classique d'occlusion est celui d'une perturbation tempérée se mouvant d'ouest en est et se structurant en un front chaud antérieur et un front froid postérieur qui traversent la dépression associée à la perturbation, durant la frontogénèse, en convergeant vers le centre de cette dépression : le soulèvement de l'air compris entre les deux fronts produit à maturité une occlusion qui, dans la majorité des cas, part de ce centre pour développer peu à peu un front occlus ; celui-ci constitue la branche supérieure d'un "lambda" dont les deux autres branches sont le front chaud et le front froid, et le déplacement du "point triple" du lambda, à mesure que ce point de repère s'éloigne du centre dépressionnaire, marque l'amplification du processus de frontolyse qui accompagne le comblement de la dépression.

L'apparition d'un front occlus signifie alors, dans les régions où il se dessine, la mise en contact de deux masses d'air considérées comme "froides" par rapport aux deux fronts qui les délimitent respectivement. Dans la majorité des cas, ces deux masses d'air ont des répartitions spatiales de température voisines et l'occlusion, qualifiée de "neutre", développe un front occlus décelable surtout par les cisaillements de vent et les précipitations qui s'y manifestent. Il peut cependant survenir que les deux masses d'air mises en contact soient de températures sensiblement différentes : alors, dans le cas d'une occlusion froide , l'air froid postérieur est plus bas et plus froid et la température décroît au passage du front occlus, tandis que la configuration inverse s'applique au cas de l'occlusion chaude, où l'air froid postérieur tend à s'élever ; la courbe dessinant la trace du front occlus en surface se place avant le front occlus (dans le sens ouest-est) dans le premier cas, après lui dans le second. On note souvent, dans les fortes dépressions, un recul du centre dépressionnaire dans l'air froid postérieur.

Le processus d'occlusion peut se déclencher depuis d'autres régions que celle du centre de la dépression : ce type de situation est parfois généré lors des  occlusions orographiques, par exemple, dans lesquelles la présence d'un relief freine ou bloque la progression de tout ou partie du front chaud ; lorsque l'occlusion fait se rejoindre ainsi deux portions des surfaces frontales à distance du centre de la dépression, il se produit une séclusion, qui détache et isole une masse d'air chaude vouée à bientôt se dissiper dans la masse d'air froid environnante pendant que se construit à proximité un nouveau système frontal. D'autre part, il arrive qu'un front occlus se recourbe jusqu'à poursuivre son développement dans la direction sud (ou nord dans l'hémisphère Sud), donnant ainsi lieu à de nouveaux passages nuageux dans un ciel de traîne : ce phénomène d'occlusion rétrograde peut être dû à un mouvement de la dépression dans le sens du front occlus initial ou à l'apparition d'un nouveau centre dépressionnaire.