Glossaire

ensoleillement

Lorsqu'une portion de surface terrestre, à un moment de la journée, reçoit le rayonnement solaire direct de façon suffisamment intense pour que les objets, corps et constructions qui s'y trouvent produisent nettement des ombres portées, cette portion de surface est dite soumise, à ce moment, à une insolation (on convient qu'il y a insolation si l'éclairement ainsi reçu est au moins égal à 120 watts par mètre carré). La durée pendant laquelle cette capacité à produire des ombres bien distinctes est susceptible de se manifester au cours d'une journée dépend de critères astronomiques — les heures de lever et de coucher du Soleil — , géographiques — l'environnement topographique de la portion de surface —, météorologiques — l'évolution de la nébulosité de la voûte céleste — ainsi que de facteurs plus contingents — des passages d'objets en mouvement, etc. Sur un site de mesure tel qu'une station météorologique, on fait en sorte que ces derniers facteurs n'aient pas l'occasion d'entrer en jeu : alors, la durée effective d'insolation, c'est-à-dire la somme des intervalles de temps durant lesquels il y a eu insolation entre les heures 0 et 24, définira l'ensoleillement de ce site pour la journée considérée. (Il est extrêmement courant que l'on utilise, à la place du mot "ensoleillement", l'expression moins précise "durée d'insolation".)

L'ensoleillement, qui se mesure généralement en heures et en minutes, est enregistré au moyen d'héliographes. Cette grandeur peut être fournie non seulement chaque jour, mais aussi, par addition, sur des périodes plus vastes, par exemple le mois, la saison ou l'année. Les estimations climatologiques de l'ensoleillement, en particulier ses moyennes saisonnières ou annuelles en un lieu donné, sont importantes en agrométéorologie, mais jouent aussi un rôle notable dans l'appréciation de la qualité de vie naturellement attribuable à telle ou telle région géographique en fonction des époques de l'année.