Glossaire

dépression

Au sein de l' atmosphère évoluent certaines "régions" — à trois dimensions — qui le plus souvent se développent quelque temps avant de disparaître, quoique certaines d'entre elles puissent se maintenir durablement, et qui sont telles qu'à chacun de leurs niveaux d'altitude, la pression atmosphérique est plus basse que dans les zones avoisinantes au même niveau ; pareillement, l' altitude géopotentielle de chacune des surfaces isobares qui traversent ces régions est plus basse que dans les zones avoisinantes de la même surface : on appelle ces étendues tridimensionnelles de basses pressions des dépressions. Au niveau moyen de la mer , les pressions dans une dépression sont donc sensiblement plus basses que la pression atmosphérique normale , proche de 1 015 hPa . 

 On dit qu'à une altitude donnée, une dépression se creuse quand la pression diminue en son centre et qu'elle se comble, au contraire, quand la pression y augmente ; les mêmes vocables s'appliquent à l'altitude géopotentielle d'une dépression décelée sur une surface isobare donnée, où elle apparaît alors effectivement comme un creux plus ou moins approfondi. Selon la règle de Buys-Ballot , les vents , autour d'une dépression, tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère Nord, dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère Sud, et leur force y est d'autant plus élevée que les lignes isohypses (sur une surface isobare) ou les lignes isobares (au niveau moyen de la mer) entourant le centre de la dépression sont plus resserrées entre elles. La circulation générale de la basse atmosphère tend ainsi à être régulée en grande partie par des alternances de vastes centres d'action anticycloniques et dépressionnaires à caractère permanent ou semi-permanent : au nombre de ces derniers figurent par exemple la dépression d'Islande et (en été) la dépression thermique d'Asie centrale dans l'hémisphère Nord, la dépression des latitudes polaires entourant le continent antarctique dans l'hémisphère Sud. 

 Notons encore qu'un geste courant dans les maisons consiste à surveiller l'aiguille d'un baromètre , dont on craint l'évolution insistante vers de plus basses pressions. Ce geste n'est pas sans fondement, car aux latitudes tempérées, le passage d'une dépression s'accompagne souvent d'une perturbation atmosphérique associée à du mauvais temps.