Glossaire

Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

C'est en 1975 que fut fondé par plusieurs pays européens, dont la France, un centre météorologique nommé le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (en abrégé le CEPMMT ou, simplement, le CEP ) et destiné à réunir en permanence les moyens informatiques, financiers et humains nécessaires pour assurer la recherche, le développement et la production opérationnelle dans le domaine de la prévision météorologique à moyenne échéance. D'une part, en effet, ce domaine représente en météorologie le thème optimal pour fédérer les travaux permettant de faire progresser la prévision et la climatologie en recourant à des modèles numériques de prévision qui soient les plus avancés possibles ; mais d'autre part, il exige le regroupement de ressources considérables, qu'il est difficile de rassembler en dehors d'une coopération internationale.

Établi à Reading, en Angleterre, le "Centre européen" répond pleinement à cet objectif comme à ces exigences et constitue vraisemblablement l'organisme technique le plus perfectionné de la planète en matière de météorologie numérique. Le nombre de ses États membres est actuellement de 18 adhérents, auxquels s'ajoutent 7 États coopérants ; ce nombre a sensiblement augmenté depuis le temps de sa création, mais l'anglais reste l'unique langue de communication des quelque 170 personnes qui travaillent ainsi sur le site de l' ECMRWF (sigle du nom anglais équivalent, European Centre for Medium-Range Weather Prediction ). La cheville ouvrière des recherches et produits actuels de ce Centre est le fonctionnement opérationnel d'un modèle numérique à maille variable conçu de concert avec le modèle Arpège de Météo-France et implanté sur un superordinateur, où il fournit des prévisions à l'échelle synoptique jusqu'à une échéance de 10 jours ; ce modèle intègre les améliorations les plus récentes auxquelles peuvent recourir l'analyse objective et la prévision dans un environnement informatique très puissant, et notamment l'assimilation variationnelle quadridimensionnelle (avec inclusion de données satellitaires ), la prévision d'ensemble et les méthodes modernes de paramétrisation.

Les données et produits de prévision à moyenne échéance issus du modèle du CEPMMT sont communiqués aux États membres et, sous des conditions de cession ou de vente bien précises, aux États coopérants ainsi qu'à la communauté internationale ; à cette fin ont été conclues différentes procédures, notamment avec l'OMM et Eumetsat de même qu'avec l'Acmad. Un réseau de communication particulier à haut débit assure la transmission des résultats du Centre aux services météorologiques des États participants : parmi ces résultats figurent en très grand nombre des données archivées depuis 1979, actuellement en cours de réanalyse, et qui apportent au niveau mondial un matériel absolument essentiel pour la recherche et le développement en météorologie dynamique et en climatologie. La configuration et la physique du modèle du Centre sont elles-mêmes adaptables de façon à répondre soit à des recherches effectuées à des échelles spatio-temporelles diverses — c'est entre autres le cas pour les études consacrées à El Niño et de façon générale à la prévision saisonnière — , soit à des applications prévisionnelles particulières réalisées sur demande. L'inclusion de données plus précises et plus riches fournies par de nouveaux satellites météorologiques devrait prochainement renforcer cette efficacité et cette polyvalence du rôle joué par le CEPMMT au sein de la communauté météorologique européenne et mondiale.