Glossaire

cellule orageuse

Le déroulement d'un orage résulte de la genèse, de l'activité et de la disparition d'un nuage particulier, le cumulonimbus, ou de celles d'un groupement plus ou moins organisé de nuages de ce genre. Ces nuages sont convectifs, et la cellule convective associée à un cumulonimbus d'orage est appelée une cellule orageuse. On peut de ce fait distinguer trois stades dans l'évolution d'une cellule orageuse : un stade de formation, où les courants ascendants de la cellule s'intensifient et constituent par convection humide un nuage cumuliforme de plus en plus puissant, généralement par l'intermédiaire d'un cumulus congestus qui se mue en cumulonimbus en commençant à s'étaler horizontalement au contact de la tropopause ; un stade de maturité, où la génération de courants descendants complète et entretient la cellule et s'accompagne des phénomènes caractéristiques de l'orage, tels qu'éclairs et tonnerre, averses (parfois de grêle) et front de rafale ; un stade de dissipation enfin, où la divergence des courants froids au niveau de la surface terrestre contribue à bloquer l'alimentation de la cellule en ascendances convectives.

Dans les cas courants, l'activité d'une cellule orageuse s'étend au-dessus d'une aire de l'ordre de la dizaine de kilomètres carrés et ne se prolonge guère au-delà de la demi-heure. Il arrive cependant qu'un orage soit façonné par une cellule géante, capable corrélativement d'une durée de vie plus importante, et que l'on nomme une supercellule ; les supercellules constituent un exemple de cas où les radars météorologiques ne peuvent positionner directement le cœur de l'orage, du fait que les courants ascendants sont dans cette région trop intenses pour que puissent y séjourner les précipitations les mieux identifiables sur les images radar (par le nombre et la taille des gouttes ou des particules de glace).

L'absence de déplacement d'une supercellule pendant plusieurs heures au-dessus d'un même territoire peut avoir un impact dramatique sur les personnes et les biens de ce territoire en y provoquant un accroissement rapide et démesuré de la hauteur de précipitation et en y déclenchant par conséquent des crues soudaines ; il en va de même pour le passage sur un même territoire d'une succession de cellules orageuses qui, à un instant donné, s'intègrent à des stades d'évolution différents dans un orage multicellulaire . De façon plus générale encore, le suivi en continu du parcours et du comportement des cellules orageuses lors de l'évolution de fortes perturbations représente la part essentielle de la prévision immédiate.