Glossaire

anémomètre

Les mesures in situ de l'une des principales grandeurs météorologiques, la vitesse du vent, sont réalisées à l'aide d'instruments appelés anémomètres. Ceux-ci sont disposés habituellement sur un pylône baptisé mât anémométrique , à une hauteur résultant à la fois de la nature du site d'observation (par exemple une bouée) et de l'objectif des mesures (par exemple des recherches sur les échanges sol-atmosphère) ; lors des mesures effectuées opérationnellement dans les stations météorologiques, cette hauteur est de 10 mètres.

Il existe de nombreuses variantes d'anémomètres ; citons :

  • celles qui, comme des éoliennes, transforment le mouvement de l'air en une rotation d'un appareil mobile autour d'un axe : plus la vitesse de l'air est élevée, plus cette rotation sera rapide. On emploie ainsi couramment des anémomètres à coupelles , dont le moulinet forme un axe vertical autour duquel tournent trois coupelles identiques. L'axe de rotation est horizontal, au contraire, dans les anémomètres à hélice ;
  • celles qui utilisent les variations de température ou de résistance subies par des capteurs chauffés électriquement, ces derniers perdant d'autant plus de chaleur que la vitesse de l'air est plus élevée : tels sont les anémomètres à fils chauds et les anémomètres à thermistance ;
  • celles qui recourent aux effets de la pression exercée par le vent sur des obstacles. Dans les anémomètres à plaque , par exemple, une palette est rattachée à un axe horizontal qui fait face au vent ; elle subit alors une inclinaison d'autant plus importante que la vitesse de l'air est plus élevée. Dans les anémomètres à pression , c'est une extrémité d'un tube qui s'ouvre face au courant aérien : grâce à ce tube, appelé  tube de Pitot — du nom de son inventeur, l'ingénieur et physicien français Henri Pitot (1695-1771) — , on peut mesurer la pression résultant de l'air en mouvement, qui est une fonction connue de sa vitesse ;
  • celles qui calculent la vitesse de l'air dans les trois dimensions spatiales en la déduisant de la mesure de la vitesse de propagation d'ultrasons dans l'atmosphère : ce sont les anémomètres soniques .

Notons encore que le principe de l'anémomètre peut se plier à des adaptations complémentaires. Ainsi, il suffit de porter un anémomètre à main à bout de bras, sans support, pour obtenir la valeur de la vitesse du vent. L'anémomètre girouette , quant à lui, fournit à la fois la vitesse et la direction du vent (ce peut être un anémomètre à hélice, dont l'axe horizontal fait office de girouette). L'anémomètre bidirectionnel (généralement un anémomètre sonique) est utilisé dans les campagnes sur la turbulence, où il mesure non seulement le vent au sens météorologique — horizontal, donc — , mais aussi la vitesse verticale de l'air. L'anémomètre enregistreur , appelé encore anémographe , enregistre la vitesse du vent de façon continue en traçant des anémogrammes , où apparaissent les rafales. Enfin, l'anémomètre totalisateur est un anémomètre à coupelles ou à hélice dont le nombre de tours, mémorisé par un compteur, indique en quelque sorte la distance parcourue par le courant aérien qui traverse le site où se trouve l'instrument.