Phénomènes météo

Les tempêtes

  1. Mécanismes de formation des tempêtes
  2. Formation de la tempête du 24 janvier 2009
  3. Tempêtes remarquables en France

Mécanismes de formation des tempêtes

Qu'est ce qu'une tempête ?

En météorologie, une tempête peut être décrite comme une zone étendue de vents violents générés par un système de basses pressions (dépression).

Deux domaines de la météorologie apportent des informations complémentaires : En météorologie marine, une tempête correspond à la force 10 de l'échelle Beaufort. Cette échelle, allant de 0 à 12, permet d'estimer la vitesse moyenne du vent en fonction de l'état de la mer. La force 10, qualifiée de tempête, correspond à des vents moyens de 89 à 117 km/h et des rafales de 110 à 150 km/h. En météorologie tropicale, on appelle « tempête tropicale » une dépression observée au niveau des latitudes tropicales ou subtropicales dont les vents moyens sont compris entre 62 et 117 km/h. Au delà de ces valeurs, la dépression devient « cyclone
tropical ».

Par analogie avec ces définitions spécifiques, les météorologues nomment « tempêtes » les rafales de vent approchant les 100 km/h dans l'intérieur des terres et 120 km/h sur les côtes. Lorsque le vent atteint ces valeurs, la dépression est elle-même qualifiée de tempête. Ce terme désigne à la fois une zone étendue de vents violents et la dépression génératrice.

Comment se forme une tempête ?

Une tempête est générée à partir du creusement d'une dépression, lorsque les conditions suivantes sont réunies : 
- un courant-jet très rapide (donc un fort contraste de température), 
- soumis à des fluctuations importantes : accélérations, décélérations, changements de direction ; 
- une dépression positionnée à gauche du jet.

Qu'est-ce que le courant-jet ?

Le courant-jet (ou jet stream) est un tube de vent très fort situé au sommet de la troposphère, première couche atmosphérique en partant du sol. C'est dans ces dix premiers kilomètres de l'atmosphère que se forment tous les phénomènes météorologiques. L'épaisseur de la troposphère varie suivant la latitude (plus on s'éloigne de l'équateur, plus l'épaisseur diminue) et la saison (la troposphère est plus épaisse en été). Son sommet, appelé tropopause, se situe entre 8 à 12 km d'altitude à nos latitudes. 
 

Structure de l'atmosphère


La présence du courant-jet est liée à un fort contraste de température aux moyennes latitudes avec d'un côté de l'air chaud d'origine tropicale, et de l'autre de l'air froid d'origine polaire. La vitesse du courant-jet est proportionnelle à ce contraste. Ainsi, dans certaines conditions, elle peut atteindre 400 km/h.

Les caractéristiques du courant-jet sont les suivantes :
- altitude : généralement entre 8 et 12 km
- épaisseur : quelques km
- largeur : une centaine de km
- longueur : plusieurs milliers de km
- vitesse : entre 100 et 400 km/h

Le courant-jet joue un rôle majeur dans la formation des dépressions qui circulent à nos latitudes. Les météorologues suivent en permanence ses déformations et la position des dépressions par rapport à ce vent d'altitude.
 

Le courant-jet : le rail des dépressions

Le déplacement d'une dépression suit de très près la position du courant-jet. Elle est généralement située du côté droit du jet tout en étant peu marquée et assez loin de celui-ci (phase 1). Puis, au fur et à mesure de son évolution, elle se rapproche du jet et se renforce. Lorsqu'elle passe sous le jet et se retrouve du côté gauche, son creusement s'accélère brusquement. La dépression atteint alors son stade de maturité (phase 2). Enfin, en s'éloignant du jet, elle perd de son activité (phase 3). 

Les météorologues ont surnommé le courant-jet « rail des dépressions », car il conditionne leur déplacement et leur activité. En moyenne, il est situé en été sur l'Atlantique nord, circulant au nord des îles britanniques, vers l'Islande et la Norvège. En hiver, il est plus rapide et circule plus au sud.

Vie et mort d'une dépression


Illustrations : Copyright Météo-France