La prévision du temps

Le modèle à maille fine Arome

Les prévisionnistes de Météo-France disposent depuis décembre 2008 d'Arome, un modèle régional à maille très fine. Alimenté par les modèles de plus grande échelle, Arpège et Aladin, Arome fournit des prévisions détaillées au-dessus de l'Hexagone pour les échéances de 3 à 36 heures. Ainsi les prévisionnistes peuvent mieux prévoir certains phénomènes météorologiques de petite échelle et potentiellement dangereux : les orages, les pluies intenses, certains vents (brise de mer, effets liés au relief…), des brouillards ou encore la formation d'îlots de chaleur urbains en été. Développé par les chercheurs et prévisionnistes en collaboration avec des partenaires nationaux et européens*, Arome appartient à la dernière génération de modèles et bénéficie de cinq innovations majeures. 
 

Une maille très fine

Arome dispose depuis avril 2015 d'une maille de 1,3 km, soit une résolution horizontale six fois plus fine que celle d'Aladin. Ce saut technologique a été possible grâce à l'augmentation de la puissance de calcul de Météo-France en 2014. Réduire la maille conduit en effet à multiplier le nombre de points, le volume de données et les temps de calcul. 

Relief du modèle AROME-France à 1,3km sur la Savoie

Relief du modèle AROME-France à  1,3km sur la Savoie © Météo-France

L'intégration de nouvelles données d'observation

Accroître la résolution du modèle suppose une densité d'observations accrue permettant de décrire l'état présent de l'atmosphère le plus finement possible. Il est notamment essentiel d'injecter dans le système de prévision des données suffisamment détaillées sur les précurseurs des phénomènes à prévoir. 
Arome se distingue d'Arpège : il prend en effet en compte les observations de vent produites par la plupart des radars Doppler météorologiques. Arome intègre également les observations de précipitations fournies par ces mêmes radars. Toutes ces données renseignent sur la position des nuages à l'origine des pluies intenses et des orages ainsi que sur la distribution et l'intensité des précipitations. Enfin Arome intègre des données (issues des stations automatiques au sol, radiosondages, stations GPS, satellites …) plus nombreuses que les deux modèles Arpège et Aladin.

Une représentation plus réaliste des phénomènes physiques

Arome bénéficie d'une base de données orographiques récente et fine, qui contribue à une représentation très réaliste des zones de relief. Les nuages gris et bas sont par ailleurs représentés de façon réaliste grâce à une bonne représentation du processus de conversion de cristaux en neige dans les nuages d'hiver.
 

La prise en compte d'une grande variété de surfaces

La nature du sol influence directement les conditions météorologiques locales. Par exemple, en forêt, le vent est moins fort qu'au milieu d'une prairie. En ville, le béton accumule la chaleur le jour et la restitue la nuit (phénomène d'îlot de chaleur). Afin de mieux modéliser ces échanges entre l'atmosphère et les surfaces, chaque maille d'Arome est caractérisée par un type de surface. 
Le modèle est alimenté par Ecoclimap, une base de données mondiale développée par les chercheurs de Météo-France qui détaille environ 250 écosystèmes : lacs, mers et océans, surfaces urbanisées (villes, aéroports) et surfaces naturelles (végétation). Douze classes de végétation sont également définies : sol nu, rochers, neige permanente, arbres à feuilles caduques, forêt de conifères, parcs et jardins ... 
 

Une meilleure simulation des nuages d'orages

Autre atout : Arome tient compte des mouvements verticaux violents de petite échelle associés au développement des cumulonimbus, les nuages d'orages. Un modèle à maille plus large, comme Aladin, ne "voit" pas ces mouvements verticaux locaux. Avec sa maille de 1, 3 km, Arome est capable de les modéliser ainsi que le cycle de vie des systèmes nuageux qui produisent des précipitations. Il peut alors mieux simuler les phénomènes "convectifs", les systèmes pluvio-orageux. 


L'acronyme AROME signifie : Applications de la Recherche à l'Opérationnel à Méso-Echelle 

* Arome a bénéficié de développements réalisés par des laboratoires universitaires et par le consortium ALADIN regroupant 16 services météorologiques européens (Algérie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, République Tchèque, France, Hongrie, Maroc, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Tunisie, Turquie).