Sécurité des personnes et des biens

Suivi des pollutions marines

Les pollutions marines (rejets volontaires ou accidentels de polluants dans la mer, par exemple des hydrocarbures) constituent un danger immédiat pour les écosystèmes marins, voire pour les populations quand elles atteignent les côtes.

Le plan POLMAR

L'organisation de la lutte contre les pollutions marines est fixée par le plan POLMAR. Elle est coordonnée par le préfet de la façade maritime concernée (Manche-mer du Nord, Atlantique ou Méditerranée) qui s'appuie au plan scientifique et technique sur plusieurs organismes. Parmi eux, le CEDRE (Centre de documentation et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux) joue un rôle de conseil sur les méthodes et techniques de lutte (choix du matériel, des produits utilisés…). L'expertise du CEDRE est complétée par celles de l'IFREMER (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer), de Météo-France, du CEPPOL (Centre d'expertise pratiques de lutte antipollution, organisme de la Marine nationale) et du CETMEF (Centre d'études techniques maritimes et fluviales).

Le rôle de Météo-France

En relation avec le CEDRE, Météo-France peut simuler la dérive des nappes de polluants et localiser des objets flottants à la surface de la mer avec MOTHY, son modèle de dérive en mer. MOTHY tient compte d'un grand nombre de données, en particulier des vents observés et des prévisions de vents effectués par Météo-France, mais aussi des courants marines plus profonds, analysés et prévus par le système d'océanographie Mercator Océan et le programme européen Mediterranean Forecasting System.
L'établissement fournit par ailleurs aux autorités en charge de la conduite des opérations (de lutte et de sauvetage) des observations et prévisions météorologiques précieuses pour les interventions en mer (des équipes de lutte contre la pollution ou de sauvetage).

Les trois préfectures maritimes de métropole sont chargées de lutter contre les pollutions marines, et le cas échéant, d'informer le public.