Sécurité des personnes et des biens

Suivi des pollutions atmosphériques accidentelles

En cas d'accident sur une installation nucléaire, une bonne analyse de la circulation des masses d'air est déterminante pour estimer les transports de polluants. Ainsi, Météo-France apporte son expertise scientifique aux différents acteurs en charge de la gestion de la crise (préfecture, exploitant, Autorité de sûreté nucléaire - ASN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire - IRSN,  Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises - COGIC …). Météo-France fournit des prévisions météorologiques détaillées sur le site concerné et met également à disposition de l'IRSN des données et prévisions qui lui permettront de simuler l'évolution des rejets.

Enfin Météo-France simule, avec ses modèles numériques MOCAGE et PERLE, la dispersion des éléments radioactifs à partir des caractéristiques, réelles ou supposées, du rejet fournies par l'IRSN.  Les résultats de ces simulations sont analysés, en complément des siens, par l'IRSN qui peut ainsi déterminer les risques sanitaires et identifier les mesures de protection les plus adaptées.
 

Qui gère la crise en cas d'accident ?

En cas d'incident ou d'accident sur une installation nucléaire, lors du transport de matière radioactive ou en cas de découverte d'une source radioactive irradiante, un dispositif spécifique du plan départemental ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile) est activé. Sous la responsabilité du préfet du département où s'est produit l'accident, il permet l'organisation des secours. Afin de mettre en place les mesures adéquates, le préfet s'appuie sur l'expertise de l'Autorité de sureté nucléaire (ASN). La mission de l'ASN est d'assurer, au nom de l'État, le contrôle de la sûreté nucléaire et la radioprotection des populations et de l'environnement. Ses préconisations reposent sur des expertises techniques, notamment celles de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). En cas d'accident nucléaire, l'IRSN propose à l'ASN des mesures techniques, sanitaires et médicales pour protéger la population et rétablir la sécurité des installations.
 

Si l'accident survient à l'étranger ?

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a confié à Météo-France la responsabilité de Centre météorologique régional spécialisé (CMRS) pour les urgences environnementales, aux côtés de sept autres centres de prévision dans le monde. La zone de responsabilité de Météo-France couvre l'Europe et l'Afrique. Les CMRS ont pour mission de soutenir les autorités locales en cas de pollution accidentelle. Ainsi, quel que soit le lieu du rejet du polluant, un service météorologique est prêt à calculer sa propagation et les autres à prendre la relève en cas de défaillance.

Météo-France peut par ailleurs fournir à la demande de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, des prévisions de transport et de dispersion des polluants à partir des caractéristiques de rejets spécifiés par l'agence.
 

En cas de pollution chimique

En cas de dispersion dans l'air de substances chimiques nocives, par exemple lors d'un accident sur un site industriel ou lors du transport de matière dangereuse, Météo-France apporte aussi son expertise aux différents acteurs en charge de la gestion de la crise (préfecture, Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques – INERIS…). A la demande de l'INERIS, Météo-France peut simuler la dispersion des éléments chimiques à partir des caractéristiques, réelles ou supposées, du rejet fournies par l'institut. Ces simulations sont également effectuées avec les modèles numériques, MOCAGE et PERLE. Les résultats sont transmis aux experts de l'INERIS, pour déterminer les risques sanitaires et proposer les mesures de protection les plus adaptées.

Comme pour les accidents nucléaires, Météo-France s'est vu confié la responsabilité de Centre météorologique régional spécialisé (CMRS) pour les pollutions chimiques survenant en Europe et en Afrique.