Sécurité des personnes et des biens

Suivi des cendres volcaniques

Les éruptions volcaniques explosives rejettent dans l'atmosphère des particules de roche pulvérisée pouvant atteindre jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres d'altitude. Ces particules très fines représentent un danger pour le trafic aérien. Pour assurer la sécurité des routes aériennes, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a désigné neuf Centres consultatifs sur les cendres volcaniques (VAAC, acronyme de l'appellation anglaise Volcanic Ash Advisory Center). Le service de prévision aéronautique de Météo-France, situé à Toulouse, est l'un de ces centres.

Ces centres travaillent en relation étroite avec les réseaux de surveillance de l'activité volcanique. Chaque VAAC s'est vu attribuer une zone de responsabilité. En cas d'éruption volcanique dans sa zone, le VAAC concerné a pour mission d'estimer l'étendue (verticale et horizontale) des nuages de cendres et de prévoir la trajectoire et la dispersion des cendres dans l'atmosphère, en fonction de l'évolution des conditions météorologiques. Ces prévisions sont fournies aux compagnies aériennes en support à leurs procédures de gestion des risques de sécurité ou SRA (Safety Risk Assesment).  Ainsi elles peuvent décider de maintenir, dérouter ou annuler leurs vols.

 
Les neuf VAAC et leurs zones de responsabilité
Les neuf VAAC et leurs zones de responsabilité


Zone de responsabilité de Météo-France

La zone de responsabilité du VAAC Toulouse opéré par Météo-France couvre l'Europe continentale, l'Afrique, le Moyen Orient et l'Ouest de l'Asie jusqu'à l'Inde. Cette zone compte de nombreux volcans, en particulier, l'Etna, le Vésuve, le Stromboli, le Nyiragongo ou encore le Nyamuragira. Le Nord Ouest de l'Europe, qui comprend notamment l'Islande, est surveillé par le VAAC de Londres, situé au MetOffice, l'agence météorologique britannique.
 

Moyens mis en œuvre par Météo-France

Pour prévoir le déplacement et la dispersion des nuages de cendres, Météo-France utilise le modèle numérique MOCAGE. A partir des caractéristiques de l'éruption (localisation géographique, heure de début et durée des rejets de cendres, densité, hauteur du panache…) et des données météorologiques, ce modèle permet d'estimer le déplacement prévu des cendres volcaniques et les zones de l'espace aérien potentiellement touchées. Les résultats des simulations sont transmis aux autorités en charge de la gestion du trafic aérien, à EUROCONTROL, ainsi qu'aux opérateurs du transport aérien qui prennent alors les décisions nécessaires pour garantir la sécurité de leurs vols.

Météo-France peut aussi, si besoin, déployer des moyens d'observation spécifiques. Lors de la crise du volcan islandais  Eyjafjallajökull, les avions de recherche ATR42 et Falcon 20 de Safire (unité mixte Météo-France/CNRS/CNES) ont ainsi été mobilisés. Les instruments de mesure embarqués ont permis de détecter, de compter et de prélever les cendres volcaniques pour analyser leur composition. Près de 50 heures de vol ont ainsi été réalisées. Elles ont apporté des informations cruciales pour les décisions de réouverture des espaces aériens aux avions de ligne.

Météo-France déploie en 2016 un réseau de 5 LIDARs fixes et d'un LIDAR mobile (Radars à lumière Laser) destinés à fournir des données qui complètent celles fournies par les satellites, permettant notamment d'améliorer l'observation des nuages de cendres (densité, taille, hauteur) et les prévisions du modèle de dispersion atmosphérique MOCAGE de Météo-France.