Sécurité des personnes et des biens

La Vigilance météorologique

La Vigilance météorologique a été mise en place le 1er octobre 2001. Accessible en permanence sur les sites Internet et les applications mobiles de Météo-France, la carte de vigilance signale si un phénomène dangereux menace un ou plusieurs départements dans les prochaines 24 heures et renseigne sur les précautions à prendre pour se protéger. Elle est actualisée au moins deux fois par jour, à 6h et à 16h.

Les informations de vigilance (départements concernés et bulletins de suivi) sont également consultables par téléphone au 05 67 22 95 00 (appel non surtaxé, tarif selon opérateur).

Vidéo : la vigilance météorologique


Ce dispositif est le fruit d'une réflexion menée après les tempêtes de 1999 qui a mis en évidence qu'une meilleure information de la population aurait pu limiter les conséquences dramatiques de ces évènements.

Fort de ce constat, l'ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des phénomènes météorologiques dangereux a décidé de mettre en œuvre un dispositif visant à informer simultanément les pouvoirs publics, les médias et la population sur des risques météorologiques potentiels, leurs conséquences attendues et des conseils de comportement adaptés.

Un des enjeux de ce dispositif était en effet de faire du grand public un acteur de sa propre sécurité, en l'informant largement. Ainsi la Vigilance météorologique a été construite sur la base d'un langage commun à tous :
-    une échelle de quatre couleurs correspondant à des niveaux de risque (vert, jaune, orange, rouge) ;
-    un découpage territorial unique, le département, adapté aux structures de planification et de gestion des crises ;
-    une échéance de 24 heures conjuguant une fiabilité correcte des prévisions et une anticipation suffisante pour l'action.

Elaborée et diffusée par Météo-France, la Vigilance météorologique est le résultat d'une collaboration avec de nombreux partenaires.
 

9 phénomènes météorologiques et hydrologiques


Depuis sa création, la Vigilance a connu de nombreuses évolutions. Conçu à l'origine pour 5 types d'aléas (vent violent, fortes précipitations, orages, neige-verglas, et  avalanches), le dispositif s'est étendu en 2004 aux canicules et grands froids et, en 2007, le paramètre « fortes précipitations » a été modifié en « pluie-inondation », intégrant ainsi l'information de la vigilance crues produite par la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) du ministère du Développement durable.

Depuis 2011, la Vigilance délivre aussi une information sur l'aléa Vagues-Submersion, coproduite avec le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, et l'aléa Inondation, produite par la DGPR.
Au total, la vigilance renseigne désormais sur 9 phénomènes météorologiques et hydrologiques.

 

Les épisodes de vigilance rouge depuis octobre 2001

24 cas de vigilance rouge ont été recensés au 13 janvier 2017 qui se répartissent comme suit :

Trois cas pour fortes précipitations*  :

  • 9 septembre 2002 dans le Gard
  • 3 décembre 2003 dans l'Hérault
  • 6-7 septembre 2005 dans le Gard et l'Hérault

* Ce pictogramme n'existe plus en tant que tel. Ce phénomène est désormais suivi au travers du pictogramme pluie-inondation

Douze cas pour pluie-inondation** dont  :

Cinq pour fortes précipitations :

  • 7 septembre 2010 dans le Gard et l'Ardèche
  • 10-11 octobre 2014 dans le Gard
  • 11-12 octobre 2014 dans l'Hérault et le Gard, puis le Gard seul
  • 13-14 octobre 2016 dans l'Hérault
  • 24 novembre 2016 en Haute-Corse

Six cas pour les crues :

  • 2-3 novembre 2008, dans 5 départements (43, 42, 03, 71, 58) (fleuve Loire)
  • 3-4 novembre 2011, dans 3 départements (Hérault, Aveyron, Lozère)
  • 18-19 juin 2013, dans les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques (Gave de Pau)
  • 6-10 février 2014, dans 4 départements (Finistère, Morbihan, Loire-Atlantique et Ille-et-Vilaine)
  • 29-30 novembre 2014, dans 2 départements (Pyrénées-Orientales et Aude) (rivière Berre, fleuve Agly)
  • 31 mai-5 juin 2016, dans 4 départements Loiret (45) – (crues du Loing amont et Ouanne puis Loing aval) et Seine-et-Marne (77) (pour Loing aval, Sauldre puis Seine) puis Eure (27) et Seine-Maritime (76) (pour la Seine aval)

Un cas pour de fortes précipitations et des crues

  • 29-30 septembre 2014 dans l'Hérault (fleuve Lez)

** Pictogramme introduit en 2007

Quatre cas pour inondation*** :

  • 6-7 mars 2013, dans les Pyrénées-Orientales (fleuve Agly)
  • 2-5 janvier 2014, sur le Finistère
  • 31 janvier au 1er février 2014, sur le Finistère
  • 28-29 novembre 2014, dans l'Hérault (fleuve Orb)

*** Pictogramme introduit en 2012 pour signaler le seul phénomène de crues

Trois cas pour vent violent :

  • 23-24 janvier 2009 (tempête Klaus), dans 9 départements de l'Aquitaine au Roussillon (64, 65, 40, 32, 31, 33, 47, 11, 66)
  • 27-28 février 2010 (tempête Xynthia), dans 4 départements de Vendée et Poitou-Charentes (17, 79, 85, 86)
  • 12-13 janvier 2017 (tempête Egon), dans 5 départements : Seine-Maritime, Somme, Oise, Aisne et les Ardennes (76, 80, 60, 02, 08)

Un cas pour avalanches :

  • 15-16 janvier 2013, dans les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques

Un cas pour neige-verglas :

  • 12 mars 2013, dans la Manche et le Calvados

 

Un dispositif précurseur

En 2001, la Vigilance météorologique était le premier dispositif d'information de ce type hors zones cycloniques. Depuis, de nombreux pays en Europe et ailleurs ont adopté des systèmes plus ou moins similaires. 

Le système de vigilance météorologique français a par ailleurs été retenu par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) comme bonne pratique dans le cadre du programme de réduction des Risques de catastrophes (Disaster Risk Reduction). Météo-France participe de ce fait à un groupe de travail OMM qui a pour objectif le partage et la mise en œuvre de bonnes pratiques à travers le monde. Des projets concrets sont ainsi en cours dans le sud-est de l'Europe, en Amérique centrale et aux Caraïbes dont Haïti, ainsi que dans le sud-est asiatique.

Météo-France a enfin contribué à la création de Meteoalarm, une carte de vigilance européenne, dans le cadre d'Eumetnet (The Network of European Meteorological Services), dont l'établissement est membre.
 

Le premier maillon de la chaîne prévention / gestion des risques météorologiques

La Vigilance météorologique est souvent assimilée à un dispositif d'alerte. Les deux termes renvoient pourtant à des procédures distinctes. La Vigilance météorologique n'est en effet que le premier maillon de la chaîne prévention / gestion des risques météorologiques. Elle constitue une  première information, un avertissement, qui dans de très rares cas  peut conduire à l'activation d'une procédure d'alerte des populations accompagnée de consignes comme l'ordre d'évacuation ou de mise à l'abri. Cette dernière est du ressort des autorités en charge de la sécurité des populations (préfectures, maires…).
 

Bilan vigilance 2015

Bilan vigilance 2015