Missions institutionnelles

Assistance météorologique à la navigation aérienne

© Météo-FranceAvec l'accroissement du trafic aérien, les services météorologiques de pointe sont devenus décisifs pour la gestion optimale des capacités des grandes plateformes aéroportuaires. L'information météorologique constitue en effet une aide précieuse à la décision, notamment lorsque les conditions atmosphériques sont susceptibles d'affecter la sécurité des vols et d'imposer des réductions significatives de capacité.

L'assistance météorologique à la navigation aérienne est l'une des principales missions de Météo-France. Cette assistance est régie depuis le 1er janvier 2005 par les règlements communautaires du Ciel Unique Européen (CUE). Ces règlements, qui s'imposent directement aux États membres de l'Union européenne et aux prestataires de services de navigation aérienne autorisés à opérer dans l'espace aérien de l'Union, laissent la liberté aux États de désigner un prestataire exclusif dans leur espace aérien. Pour la France, Météo-France, prestataire certifié et désigné par l'administration au titre du CUE, est chargé de rendre le service météorologique à la navigation aérienne dans l'espace aérien français.

Il met ainsi en œuvre son expertise en matière d'observation, de prévision et de recherche, pour fournir aux usagers aéronautiques les informations météo dont ils ont besoin pour assurer la sécurité et la régularité des vols, et améliorer leur pertinence et leur performance. Météo-France consacre près du quart de ses moyens à cette mission.

Une assistance au quotidien sur les aérodromes

En métropole, Météo-France fournit aux aérodromes un service météorologique totalement conforme à la règlementation OACI (Organisation de l'aviation civile internationale) et CUE (messages d'observation et de prévision servant à la planification des vols, messages d'avertissement sur des phénomènes dangereux pouvant affecter l'aérodrome, réponses téléphoniques aux contrôleurs, aux pilotes et aux exploitants d'aérodrome...).
Pour assurer ce service, l'établissement a équipé les aérodromes de stations météorologiques automatiques et de matériels spécifiques : télémètres pour mesurer la hauteur de la base des nuages, diffusomètres mesurant la visibilité, capteurs mesurant l'état du sol. Ces capteurs détectent si le sol est sec, mouillé, gelé ou enneigé et fournissent des informations sur la nature des précipitations verglaçantes.

Des outils d'aide à la décision pour les usagers aéronautiques

Météo-France développe des outils d'aide à la décision destinés aux usagers aéronautiques. L'établissement a par exemple mis au point Aspoc, un outil de visualisation et de suivi des zones orageuses convectives en métropole, qui permet aux contrôleurs aériens d'améliorer la gestion du trafic en anticipant les répercussions attendues des phénomènes météorologiques en cours. Météo-France développe également des outils de prévisions de passage en conditions de visibilité dégradée LVP (Low Visibility Procedures), essentiels pour réguler le trafic, réduire les circuits d'attente des avions en approche et les nuisances associées.

L'établissement a aussi développé, en lien avec les aéroports concernés, des sites Internet dédiés pour plusieurs plateformes à forts enjeux reprenant les concepts du « Collaborative Decision Making » préconisés par l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol). Ces sites permettent aux différents acteurs, prévisionnistes et usagers aéronautiques, de partager en temps réel l'information afin de fluidifier l'écoulement du trafic aussi bien en conditions nominales qu'en situations dégradées.

 

Copyright Météo-France / Pascal Taburet
Transmissomètre sur l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle © Météo-France / Pascal Taburet

 

Des activités de R&D pour construire le futur du Ciel unique européen

Dans le cadre de la politique communautaire des transports, les objectifs du Ciel unique européen (CUE) portent à la fois sur la sécurité des vols et sur la contribution à l'efficacité économique du trafic aérien, dans un contexte marqué par une pression sur les coûts et des exigences croissantes de performance. Le CUE s'est fixé pour objectifs à l'horizon 2020 :
-    d'accroître la sécurité d'un facteur 10,
-    de tripler le nombre de vols contrôlés,
-    de diviser par deux les coûts unitaires du système de gestion du trafic,
-    de réduire de 10% l'impact environnemental de chaque vol.  

Pour répondre aux objectifs fixés à l'horizon 2020, un programme de R&D de grande envergure, appelé SESAR (Single European Sky Air trafic management Research) a été lancé. Il est coordonné par l'Union européenne et Eurocontrol.
Dans ce cadre, Météo-France collabore avec ses homologues européens pour développer des services météorologiques sans "couture" aux frontières, standardisés, utilisables par l'ensemble des acteurs (compagnies aériennes, services à la navigation aérienne et exploitants d'aérodrome) et disponibles en temps réel au sol et en vol, intégrant une information quantitative sur l'incertitude des prévisions.