Imprimer Envoyer á un ami

Passage de l'ouragan exceptionnel Irma sur les îles françaises des Antilles les 5 et 6 septembre 2017

14/09/2017

IRMA a été un ouragan exceptionnel de catégorie 5 (maximum de l'échelle Saffir/Simpson), très dévastateur et catastrophique pour de nombreuses îles des Petites et Grandes Antilles.

L'historique d'IRMA

Le 30 août 2017, la tempête tropicale IRMA naît à l'Ouest des îles du Cap Vert (cf figure 1). Pendant 24 heures, IRMA va suivre une trajectoire vers Ouest-Nord-Ouest et s'intensifier rapidement en ouragan catégorie 2 puis catégorie3 le 31 août, ce qui en fera le 2ème ouragan majeur de la saison 2017 après Harvey. Aux environ du 40ème degré de longitude et à plus de 19 degrés de latitude, IRMA infléchit sa route vers l'Ouest-Sud-Ouest en faiblissant légèrement (catégorie 2). Il devient alors une menace sérieuse pour l'arc Antillais.

IRMA va alors se renforcer continuellement pour atteindre la catégorie 5 le 5 septembre et son maximum d'intensité dans l'après-midi du 5 avec des vents moyens de l'ordre de 295km/h. Il gardera cette incroyable intensité à son passage sur Barbuda, St-Barth, St-Martin/Anguilla et les îles Vierges jusque dans la nuit du 6 au 7 septembre. Il longe ensuite les côtes Nord de Puerto-Rico, République Dominicaine et Haïti à une distance de plusieurs dizaines de kilomètres ce qui limitera un peu l'impact sur ces pays. Par contre, il n'épargnera pas Cuba, surtout le littoral nord du Centre du centre de l'île. Son virage vers le Nord plus tardif qu'anticipé, le fera atterrir sur les côtes Ouest de la Floride ( Naples – Fort Meyers) et non à proximité de Miami.

Son caractère exceptionnel

Si l'on se réfère aux bases de données existant depuis 1851, il n'avait jamais été observé d'ouragan avec des vents aussi forts (pas seulement estimés mais mesurés par les avions chasseurs de cyclone) affectant les Petites Antilles. Des ouragans aussi puissants voire un peu plus se sont déjà produits dans notre bassin mais uniquement en Mer des Caraïbes et dans le Golfe du Mexique (cf fig 2). Il s'agit du premier atterrissage d'un ouragan de catégorie 5 sur une île des Petites Antilles (cf fig 3). Les plus forts, encore dans la mémoire collective, de type Hugo (1989 Guadeloupe) ou Luis (1995 St-Martin) étaient de catégorie 4 lors de l'atterrissage avec des vents moyens jusqu'à 220-230km/h. IRMA a été considéré (mesures avions in situ, satellites, radars, scattéromètres, sondes, …) comme générant des vents moyens jusqu'à 290-295km/h). Une mission d'un avion «chasseur de cyclones» a même mesuré une valeur de rafales (10 secondes) à 317km/h au niveau de vol de l'avion, soit entre 2500 et 3000m d'altitude. Enfin, IRMA a été un ouragan majeur catégorie 5, avec des vents moyens sur une minute de 150kt ou plus (sup à 275km/h) durant 3 jours et demi, ce qui constitue un record mondial.

 


Télécharger (395 ko)