Imprimer Envoyer á un ami

Inauguration du radar du Moucherotte : mieux anticiper les risques hydrométéorologiques en Isère

10/09/2015

Pour prévoir le temps qu'il fera demain et les jours suivants, il faut déjà connaître le temps qu'il fait aujourd'hui. L'observation est le point de départ de toute prévision météorologique : les données qu'elle fournit constituent la matière première qu'utilisent les modèles de prévision du temps. Divers moyens complémentaires sont nécessaires pour décrire l'état actuel de l'atmosphère : stations au sol, satellites, radiosondages, capteurs embarqués sur les avions, et bien sûr radars. Ces derniers sont devenus au début des années 1960 irremplaçables pour détecter et quantifier les fortes précipitations, contribuant de ce fait à la sécurité des personnes et des biens.­

Météo-France exploite ainsi un réseau de radars hydrométéorologiques, baptisé ARAMIS, couvrant la plus grande partie du territoire métropolitain. Certaines zones, en montagne notamment, restent toutefois imparfaitement couvertes. Les plus anciens instruments en service ayant été installés il y a plus de 30 ans, il est également nécessaire de remplacer un certain nombre d'entre eux par des radars de dernière génération.

En 2011, Météo-France a donc lancé le projet PUMA, cofinancé avec le Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie via la Direction générale de la prévention des risques, afin de moderniser et compléter son réseau de radars. Ce projet prévoit l'installation de quatre radars sur de nouveaux sites dans des zones mal couvertes et exposées à des aléas liés aux précipitations, ainsi que le remplacement de radars anciens par des radars de nouvelle génération, au rythme moyen de deux radars par an. Cette action s'inscrit dans le cadre du Plan national sur les submersions rapides. L'objectif est de disposer, à l'horizon 2020, d'un réseau de plus de trente radars à la pointe de l'état de l'art et permettant d'assurer une excellente couverture du territoire métropolitain.

Le département de l'Isère a dès le départ constitué une cible prioritaire du projet. En 2012, une importante campagne de prospection s'est déroulée dans les massifs environnant l'agglomération grenobloise, afin d'identifier un site d'accueil approprié pour un nouveau radar. A son terme, le sommet du Moucherotte (1901m), sur la commune de Saint-Nizier-du-Moucherotte, a été retenu comme étant le site le plus favorable, et l'installation a été effectuée au cours de l'année 2014.

Le radar du Moucherotte fonctionne en continu (24h/24) depuis juin 2015 et est actuellement en phase de qualification. Les produits de ce radar devraient être déclarés opérationnels d'ici la fin de l'année. Les données collectées fourniront des estimations quantitatives précises des précipitations en Isère et contribueront à l'amélioration des prévisions de précipitation pour les prochaines heures sur le département.

 

Télécharger le dossier de presse :


Télécharger (957 ko)