Prévoir le climat des 3 mois à venir

Qu'est-ce que la prévision saisonnière ?

Image satellite du globeLa prévision saisonnière consiste à prévoir la moyenne trimestrielle de paramètres météorologiques (température, précipitations) pour les mois à venir, à l'échelle d'une zone comme l'Europe de l'Ouest.

Il ne s'agit pas de prévisions classiques (limitées à une dizaine de jours) décrivant dans le détail des situations météorologiques.

La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen du trimestre à venir. Ces prévisions indiquent le scénario le plus probable parmi trois scénarios prédéfinis : proche, en dessous ou au-dessus de la moyenne. Ce qui donne pour la température « chaud », « normal » ou «froid », et pour les précipitations, « humide », « normal » ou « sec ».

On cherchera par exemple à déterminer si l'été prochain sera en moyenne chaud et sec ou froid et humide en Europe de l'Ouest.

Comment réalise-t-on des prévisions saisonnières ?

On utilise, comme pour les prévisions classiques, des modèles (simulations informatiques) planétaires. Mais ceux-ci reproduisent en plus le comportement d'autres milieux en forte interaction avec l'atmosphère, comme l'océan. À l'échelle de la saison, l'évolution de l'atmosphère est fortement influencée par la variation océanique. Elle peut engendrer par exemple des conditions favorisant un passage très au nord des perturbations atlantiques, ou qui vont modifier radicalement les zones soumises à de fortes pluies dans les tropiques, ou encore qui vont générer de fortes chaleurs et sécheresses.

Quelles sont les limites des prévisions saisonnières ?

Les performances des prévisions saisonnières sont très variables selon le lieu, la saison et le paramètre météorologique concerné. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et pour la température, meilleures en hiver qu'en été. Elles sont très informatives dans la ceinture inter-tropicale, sur le pourtour du Pacifique. En revanche, la prévisibilité de la température en Europe de l'Ouest, sans être nulle, reste faible. Ceci est dû aux caractéristiques de la circulation générale de l'atmosphère au-dessus de l'océan Atlantique aux latitudes tempérées.

Pourquoi réaliser des prévisions saisonnières alors que leur fiabilité est limitée?

Ces prévisions sont effectuées à l'échelle du globe, pas seulement sur le territoire métropolitain. Beaucoup de nos départements et territoires d'outre-mer se situent dans des zones pour lesquelles la fiabilité des prévisions saisonnières est bonne. Elles sont aussi très utilisées sur l'ensemble du continent américain, en Afrique de l'ouest et dans le sud-est asiatique.

Malgré leur fiabilité limitée à nos latitudes, ces prévisions présentent un intérêt pour les décideurs dont l'activité est météo-dépendante (énergie, assurance, agriculture, hydrologie). Quand une tendance se dégage, elles constituent une information supplémentaire par rapport à la "simple" climatologie (le climat moyen en un lieu et à une période donnée). Associées à d'autres données, elles permettent alors d'anticiper, de prendre des décisions à des échéances de l'ordre de quelques mois.

Météo-France a engagé des partenariats avec des entreprises des secteurs des assurances et de l'énergie, afin d'évaluer l'intérêt économique de telles informations. Des applications dans le domaine de la santé sont aussi en cours de développement dans les régions tropicales.

Les prévisions saisonnières peuvent-elles prévoir les canicules ou les vagues de froid ?

Les prévisions saisonnières ne permettent pas de prévoir des canicules ou des vagues de froid d'une durée de quelques jours à quelques semaines. Ces épisodes peuvent être prévus, mais seulement quelques jours à l'avance, par la prévision météorologique "classique". La prévision saisonnière s'efforce seulement de déterminer si la saison à venir sera plutôt plus chaude, plus froide que la moyenne ou simplement proche de la moyenne. Elle ne permet pas de prévoir l'intensité d'une séquence particulière d'une à deux semaines au cours de ces 3 mois.

Météo-France réalise-t-il des prévisions saisonnières ?

Météo-France produit mensuellement des prévisions saisonnières à plusieurs mois d'échéance à l'aide du modèle de climat CMRM-CM et en particulier de sa composante atmosphérique Arpège- Climat. Le modèle CMRM-CM est une des composantes du système multi-modèles «Euro-Sip», qui produit des prévisions saisonnières en mixant les résultats de 5 modèles (Français, Anglais, Américain, Japonais et le modèle du Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen Terme). La multiplication des sources de données renforce la prévisibilité des paramètres météorologiques à long terme.

Chaque mois, les climatologues de Météo-France examinent le système climatique global (observations des océans, de l'atmosphère et des glaces de mer) et analyse les résultats de différents modèles de prévision saisonnière (système Euro-Sip et autres modèles). Ils établissent, en collaboration avec des chercheurs spécialistes de la modélisation et des océanographes, une synthèse de ces prévisions saisonnières pour le trimestre à venir. Cette synthèse sert notamment à l'élaboration du bulletin disponible sur le site internet de Météo-France.

Qui réalise des prévisions saisonnières dans le monde ?

La plupart des grands centres de prévision numérique réalisent ce type de prévision : le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), des services météorologiques nationaux comme Météo-France, le Met Office anglais, les services japonais, coréen, chinois, indien, canadien, australien, marocain, le National Center for Environmental Prediction américain (NCEP).  Des organismes de recherche produisent aussi ce type de prévisions : le Max-Planck Institut en Allemagne, l' International Research Institute for Climate Prediction (IRI) aux Etats-Unis, ou le CPTEC (centre de recherche brésilien).