Impacts du changement climatique sur les phénomènes hydrométéorologiques

Changement climatique et épisodes méditerranéens

Changement climatique et épisodes méditerranéensLa Méditerranée figure parmi les « hot-spots » mondiaux du changement climatique. La diminution des précipitations moyennes et l'augmentation de l'évaporation conduiront à une diminution des ressources en eau et à une augmentation de la sévérité des sécheresses, associées à des impacts sur l'environnement et les populations plus marqués qu'ailleurs.

Des conditions climatiques particulières

La présence d'une mer fermée bordée de reliefs, à l'est d'un vaste océan et au nord d'un des plus grands déserts du monde, confère au bassin méditerranéen un climat très particulier. Transition entre climats océanique, continental et désertique, le climat méditerranéen est aussi caractérisé par de fréquents épisodes extrêmes (vents violents, pluies intenses, sécheresse, etc.).

Parmi eux, les épisodes méditerranéens sont les plus destructeurs : ces pluies intenses provoquent des inondations souvent rapides (crues éclairs). Les phénomènes orageux à leur origine se produisent la plupart du temps en automne, quand l'atmosphère commence à se refroidir alors que la mer est encore chaude.

Un diagnostic difficile à établir sur les dernières décennies

L'analyse de la fréquence des événements pluvieux intenses méditerranéens (seuils journaliers de 150 mm ou 190 mm) depuis 1958 ne met pas en évidence de tendance d'évolution du nombre d'épisodes, qui reste marqué par une forte variabilité interannuelle. Ainsi l'année 2014 détient le record maximal du nombre de jours de pluie intense devant 1976, tandis que 2012 fait partie des années les moins affectées. Ce diagnostic ne renseigne pas sur l'évolution éventuelle de l'intensité moyenne de ces événements, objet de nombreux travaux de recherche.

Pluies diluviennes en région méditerranéenne depuis 1958
 

Vers des épisodes méditerranéens plus intenses à la fin du XXIe siècle

L'étude des précipitations reste un défi majeur pour les climatologues. Quelques tendances se dessinent néanmoins sur le bassin méditerranéen :

• une baisse des précipitations moyennes, visible à partir du milieu du XXIe siècle ;
• des épisodes méditerranéens plus fréquents et potentiellement plus intenses à la fin du XXIe siècle.

Au cours de ces dernières années, les simulations à l'échelle régionale se sont multipliées et affinent les tendances sur le bassin méditerranéen. Météo-France a réalisé plusieurs études sur les épisodes méditerranéens avec des modèles dont la taille de maille atteint une dizaine de kilomètres. Ces résultats sont en accord avec ceux de modèles européens de résolutions comparables mis en œuvre dans le cadre du programme international CORDEX*. Ils doivent cependant être confirmés avec une nouvelle génération de modèles dont la maille atteindra quelques kilomètres seulement.


Anomalie du nombre de jours de fortes précipitations

Cliquer sur le graphe pour l'agrandir.
 

Le programme HyMeX

La poursuite des travaux menés dans le cadre du programme international HyMeX** permettra également d'en savoir plus dans les années à venir. Initié par Météo-France et le CNRS, ce programme s'intéresse au cycle de l'eau en Méditerranée et aux extrêmes associés. Rythmé par différentes campagnes de mesures s'étalant entre 2010 et 2020, HyMeX permet déjà aux chercheurs de travailler sur des modèles climatiques adaptés au bassin méditerranéen dans le cadre de l'initiative MedCORDEX***.

Pourquoi le diagnostic est-il difficile à établir ?

La plupart des modèles climatiques simulent l'évolution du climat passé et futur à l'échelle mondiale. Leur résolution, de l'ordre de la centaine de kilomètres, est suffisante pour comprendre la dynamique de grande échelle de la planète et produire par exemple des moyennes de température. Mais à cette échelle, les spécificités régionales du climat ne peuvent pas être correctement représentées.

Pour étudier l'évolution du climat méditerranéen, les scientifiques doivent utiliser des modèles régionalisés, « focalisés » sur cette zone particulière.

La résolution insuffisante des modèles n'est pas le seul obstacle à l'étude des épisodes méditerranéens. De façon générale, tout ce qui à trait au cycle hydrologique reste assez incertain dans les simulations de changement climatique des premières décennies du XXIe siècle. Il est encore aujourd'hui difficile de discerner un signal climatique dans le « bruit de fond » de la variabilité naturelle avant le milieu du XXIe siècle.

 

* Coordinated Regional Climate Downscaling Experiment
** Hydrological cycle in Mediterranean Experiment
*** Composante de CORDEX centrée sur un domaine incluant la mer Méditerranée