Évènements remarquables

Retour sur la canicule d'août 2003

 

La canicule d'août 2003 a été exceptionnelle par sa durée (deux semaines) entre le 1er et le 15 août, son intensité et son extension géographique. L'été 2003 est le plus chaud jamais observé depuis 1950.

La situation météorologique d'août 2003
Il s'agit d'une situation météorologique classique en été avec des hautes pressions sur l'Europe de l'Ouest, mais avec deux caractéristiques singulières : sa durée est inhabituelle et elle amène de l'air très chaud et très sec en provenance du sud de la Méditerranée, près du sol comme en altitude. Les hautes pressions forment un obstacle au passage des perturbations orageuses. Les météorologistes qualifient ces situations de « phénomène de blocage ».

La situation météorologique vue par le modèle Arpège
Images du modèle de prévision Arpège de Météo-France. Les zones orangées correspondent aux masses d'air chaud, les zones en vert aux masses d'air froid.


MF1er août 2003




MF7 août 2003


 


MF13 août 2003




Une canicule d'une intensité exceptionnelle
Les records absolus de température maximale ont été battus au cours des douze premiers jours d'août 2003 sur plus de 70 stations météorologiques (d'un ensemble de 180 stations, échantillon représentatif des villes françaises).

A partir du 4 août, des températures supérieures à 35°C ont été observées dans les deux tiers des stations météorologiques, réparties sur l'ensemble des régions françaises. Des températures supérieures à 40°C ont été relevées dans 15% des stations, y compris en Bretagne ce qui n'était encore jamais arrivé depuis le début des mesures de température.

Sur la chronologie des températures durant l'été 2003, on remarque la montée progressive des températures maximales entre le 1er et le 5 août, d'une valeur proche des normales (24,8°C) jusqu'à une valeur de 37°C, ces températures se maintenant entre 36°C et 37°C jusqu'au 13 août.


MFChronologie des températures minimales et maximales, moyennées sur la France
(du 28 juin au 17 août 2003)


Le record absolu de température en France a été enregistré aux stations de St Christol-les-Alès et à Conqueyrac dans le Gard, avec 44,1°C, battant le record détenu par Toulouse-Francazal (44,0°C le 8 août 1923, valeur égalée plusieurs fois, notamment à Vallon-Pont-d'Arc dans l'Ardèche, les 6 juillet 1982 et le 30 juillet 1983).

Quelques records absolus de température maximale quotidienne battus en France en août 2003

Le nombre de jours où la température a dépassé les 35°C et les 40°C est exceptionnel, tout comme l'étendue géographique concernée. La majeure partie du territoire métropolitain a été touchée.


MFNombre de jours où la température a dépassé 35°C (du 1er au 18 août 2003)




MFNombre de jours où la température a dépassé 40°C (du 1er au 18 août 2003)




La canicule en Europe
La canicule d'août 2003 a également touché les pays voisins de la France comme le montrent les températures minimales et maximales des villes de Londres, Bruxelles, Madrid, Lisbonne, Paris et Orange.

MFTempératures minimales à Paris, Lisbonne, Orange, Bruxelles, Madrid et Londres (du 1er au 15 août 2003)

 



MFTempératures maximales à Paris, Lisbonne, Orange, Bruxelles, Madrid et Londres (du 1er au 15 août 2003)

Du 7 au 14 août 2003, à la station de Paris-Montsouris, les températures minimales ont été de façon quasi continue supérieures à 23°C. Parmi les stations comparées, seule Lisbonne enregistre des valeurs de températures minimales de cet ordre, mais avec une baisse du 9 au 11 août.

Pour les températures maximales, du 4 au 12 août, Paris-Montsouris et Orange restent largement au-dessus des 36°C. Il en est de même à Madrid avec des températures moins élevées.

L'Allemagne, la Suisse, l'Espagne et l'Italie ont aussi été concernées par l'épisode caniculaire, mais seule l'Andalousie a connu une canicule plus sévère que la France.
 

Bilan de la canicule d'août 2003 adressé par Météo-France au ministère de l'Equipement, des Transports, du Logement et de la Mer le 20 août 2003