2014

Bilan climatique du printemps 2014

(Printemps météorologique : mars - avril - mai)

Un printemps marqué par la douceur

La douceur de l'hiver a perduré durant ce printemps 2014, particulièrement sur un grand quart nord-est du pays où un temps sec et bien ensoleillé a dominé.

Les mois de mars et avril ont été marqués par une grande douceur sur l'ensemble du pays. Les températures ont ensuite été plus conformes aux normales* durant le mois de mai. Ainsi, sur une large partie du pays, la température moyenne du printemps a été supérieure aux valeurs saisonnières. Elle a même dépassé de plus de 1 °C la normale du Cotentin au Nord – Pas-de-Calais, sur un petit quart nord-est ainsi que de la vallée du Rhône au Languedoc. La température, moyennée sur la France et sur la saison, a été supérieure à la normale* de 0.9 °C.

Les pluies ont été peu fréquentes et peu abondantes sur la moitié est de l'Hexagone. Le déficit y dépasse généralement 40 %. Globalement proches des normales* sur la moitié ouest, les précipitations sont légèrement excédentaires en Normandie, dans le Poitou, sur les Pyrénées occidentales, ainsi que sur le nord de la Corse. En moyenne sur la France, la pluviométrie présente un déficit proche de 20 %.

Exceptionnellement généreux en mars sur la moitié nord, l'ensoleillement a été ensuite proche des valeurs de saison. Sur l'ensemble du printemps, il est proche des normales** sur la moitié sud du pays, et excédentaire sur la moitié nord.
 

*  moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010

 

Evolution des températures moyennes minimales et maximales quotidiennes en France pendant le printemps 2014 - © Météo-France

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Graphe de températures et précipitations au printemps de 1959 à 2014 (Taille réduite) - © Météo-France

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

 


        Carte France Ecart Normale Températures Printemps 2014 - © Météo-France   Carte France Ecart Normale Précipitations Printemps 2014 - © Météo-France

Carte France Ecart Normale Insolation Printemps 2014 - © Météo-France

(Cliquer sur chaque image pour l'agrandir)

 

Le printemps mois par mois :

Mars 2014 :

La douceur installée sur le pays depuis le début de l'année a perduré en mars, avec des températures supérieures à la normale pendant la majeure partie du mois sur l'ensemble du pays. Conformes aux normales de la Bretagne au Sud-Ouest ainsi qu'en Corse, les températures moyennes ont été généralement supérieures de plus de 1 °C à la normale sur le reste du pays, et localement  2 °C dans le Nord-Est. Moyennées sur la France, elles ont été supérieures aux normales de 1.1 °C.

Les précipitations ont été très déficitaires sur la moitié nord du pays, excepté de la Bretagne à la Vendée, où elles ont été proches de la normale. Le déficit dépasse 70 % de l'Île-de-France au Nord-Est, et souvent 80 % de Champagne-Ardenne à l'Alsace. Du Centre-Est au Languedoc-Roussillon, la pluviométrie présente un déficit généralement supérieur à 40 %. En revanche, sur la Côte-d'Azur, la Corse et l'ouest des Pyrénées, les pluies ont été une fois et demi à deux fois supérieures à la normale. En moyenne sur la France, les précipitations ont été inférieures à la normale* de près de 30 %.

L'ensoleillement a été généreux sur l'ensemble du pays, tout particulièrement sur la moitié nord où l'excédent dépasse généralement 40 %. Avec un excédent supérieur à 60 %, des records mensuels sont même battus de l'Anjou à la frontière belge ainsi qu'en Alsace et en Lorraine. En revanche, sur le pourtour méditerranéen, la Corse et la côte aquitaine l' ensoleillement est resté proche de la normale**.

Avril 2014 :

Durant la quasi-totalité du mois, le thermomètre a encore affiché des valeurs supérieures à la normale* sur l'ensemble du pays. Moyennées sur la France, les températures ont été supérieures aux normales de 1.9 °C, plaçant ce mois d'avril au cinquième rang parmi les plus doux depuis 1900, derrière 2007, 2011, 1945 et 1961.

Les précipitations ont été très déficitaires sur la moitié est du pays. Le déficit dépasse 70 % en Champagne-Ardenne, Lorraine et en Provence. Inégales sur la moitié ouest, les pluies ont été légèrement excédentaires de la Basse-Normandie au Centre ainsi que des Hautes-Pyrénées au Roussillon. En moyenne sur la France, la pluviométrie présente un déficit d'environ 30 %.

L'ensoleillement a été proche des valeurs saisonnières sur la majeure partie du pays, un peu plus généreux toutefois du nord de l'Aquitaine à la Loire-Atlantique, ainsi que du Massif central aux Ardennes.

Mai 2014 :

Beaucoup plus frais que les mois précédents, le mois de mai a été marqué par des températures légèrement inférieures à la normale*, hormis près des côtes de la Manche et de la Méditerranée. Dans le Sud-Ouest et sur les Alpes, les températures ont même été souvent inférieures de plus de 1 °C à la normale*. Moyennées sur la France, elles ont été inférieures aux normales de 0.3 °C.

Les précipitations ont été excédentaires de la frontière belge au nord de l'Aquitaine, particulièrement en Haute-Normandie et en Poitou-Charentes où les cumuls de pluie ont dépassé une fois et demi la normale*. Elles ont également été supérieures à la normale* sur l'ouest des Pyrénées. En revanche, elles sont restées déficitaires du plateau de Langres à l'Aveyron ainsi que sur les régions méditerranéennes. Sur ces régions, le déficit dépasse généralement 50 %, localement 80 % dans le Roussillon, le Gard et les Bouches-du-Rhône. En moyenne sur la France, la pluviométrie est conforme à la normale*.

L'ensoleillement a été proche des valeurs saisonnières sur la majeure partie du pays, mais légèrement supérieur à la moyenne** de la Vendée à la Bretagne.

*  moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010

 

Évènement marquant du printemps 2014

Un ensoleillement record dans la moitié nord du pays en mars 2014

En mars, le soleil a dominé sur la France, particulièrement du 4 au 20. Sur la moitié nord du pays, des valeurs records d'ensoleillement ont été enregistrées, dépassant souvent 200 heures sur le mois, notamment de l'Anjou à la frontière belge, en Alsace et en Lorraine.
 

Ville (département)

Nombre d'heures d'ensoleillement

Normale du mois

Rapport à la normale

Nombre de jours avec fort ensoleillement

(fraction d'ensoleillement > 80 %)

Ecart à la normale

Nancy (54)

237 heures *

129 heures

184 %

16 *

+ 11

Epinal (88)

228 heures *

131 heures

174 %

11

+ 5

Lille (59)

206 heures *

121 heures

170 %

10

+ 6

Strasbourg (67)

228 heures *

135 heures

169 %

15 *

+ 9

Bâle-Mulhouse (68)

224 heures

138 heures

163 %

15 *

+ 9

Le Mans (72)

225 heures *

134 heures

167 %

12

+ 6

Alençon (61)

218 heures *

131 heures

166 %

11

+ 6

Evreux (27)

200 heures *

122 heures

164 %

10

+ 7

Abbeville (80)

204 heures *

125 heures

163 %

11

+ 7

Chartres (28)

218 heures *

136 heures

160 %

10

+ 5

Saint-Quentin (02)

205 heures *

128 heures

160 %

11

+ 6

Paris-Montsouris (75)

203 heures

129 heures

158 %

11

+ 6

Rouen (76)

184 heures *

117 heures

157 %

8

+ 4

Angers (49)

213 heures *

136 heures

156 %

11

+ 6

Orléans (45)

217 heures *

141 heures

155 %

11

+ 5

Bourges (18)

228 heures *

151 heures

151 %

12

+ 5


* records depuis 1991 (début des capteurs électroniques)

Les records de Nancy, Lille, Strasbourg et Saint-Quentin sont également des records depuis 1950.
Les records de Bâle-Mulhouse et Abbeville sont également des records depuis 1964.
Le record d' Épinal est un record depuis 1988.