2013

Bilan de l’hiver 2012-2013


01/03/2013

 

(Hiver météorologique : Décembre–Janvier–Février)

L'hiver 2012-2013 en France s'est révélé plutôt frais, avec une pluviométrie sensiblement excédentaire et un ensoleillement déficitaire.

La température moyennée sur la France et sur la saison est inférieure de 0,3 ° à la normale*. Cette moyenne masque de brusques variations temporelles ainsi que des contrastes géographiques. La moitié ouest du pays a bénéficié de températures légèrement supérieures à la normale alors que la moitié est a connu des températures plus fraîches.

Les précipitations ont été particulièrement abondantes dans le Sud-Ouest ainsi que du nord de l'Auvergne au sud de la Bourgogne mais sont restées déficitaires en Languedoc-Roussillon et basse vallée du Rhône. Sur l'ensemble de la saison et du pays, la pluviométrie est supérieure à la normale* de plus de 15 %. Dans le nord du pays, les pluies se sont fréquemment conjuguées avec les chutes de neige, jusqu'en plaine, sans toutefois occasionner d'épaisseur au sol remarquable.

L'ensoleillement a été très faible cet hiver sur l'ensemble de la France, notamment dans un large quart nord-est où le déficit est compris entre 20 et 40 %. Seules les régions méditerranéennes ont bénéficié d'un ensoleillement légèrement supérieur à la moyenne**.
 


Température moyenne, hiver 2012 - 2013
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Cumul de précipitations, hiver 2012 - 2013
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Durée d'ensoleillement, hiver 2012 - 2013
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Évolution de la température en France au cours de l'hiver 2012 - 2013
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 

L'hiver mois par mois

Décembre 2012

Débuté fraîchement, le mois de décembre a connu ensuite des températures particulièrement douces sur l'ensemble du pays. Moyennée sur la France et sur l'ensemble du mois, la température a été supérieure de 1,2 °C à la normale.

Très déficitaire en Corse ainsi que du Languedoc-Roussillon à la Drôme et aux Bouches-du-Rhône, la pluviométrie a été globalement excédentaire sur la moitié nord de la France, les Alpes et le nord de l'Aquitaine. La Lorraine, le Bas-Rhin ainsi que Midi-Pyrénées  présentent quant à eux des cumuls de pluies proches de la normale. Moyennée sur la France, la quantité d'eau recueillie est excédentaire d'environ 30 %.

Globalement déficitaire dans le quart nord-est du pays ainsi que sur le nord des Alpes et du Limousin au nord de Midi-Pyrénées, l'ensoleillement est proche voire légèrement supérieur à la moyenne partout ailleurs.


Janvier 2013

Moyennée sur la France, la température mensuelle est inférieure de 0,3 °C à la normale. Les températures ont été très fraîches du 13 au 26, après un début de mois très doux. En toute fin de mois, elles ont dépassé les normales de 4 à 6 degrés sur la quasi-totalité du pays. Sur l'ensemble du mois, la température moyenne est plus fraîche sur le Nord – Pas-de-Calais, la Picardie et du Limousin au nord de Midi-Pyrénées que sur le reste du pays.

La pluviométrie a été supérieure à la normale dans le Sud-Ouest, sur le littoral provençal et sur l'ouest de la Corse, jusqu'à 1,5 à 2,5 fois la normale en Aquitaine et Midi-Pyrénées. Sur le nord du pays, les précipitations, essentiellement sous forme de neige, ont été déficitaires. Ainsi, la pluviométrie, très contrastée géographiquement, est néanmoins proche de la normale sur la France.

Excepté du Languedoc à la Provence et en Corse, l'ensoleillement a partout été très inférieur aux valeurs saisonnières, avec un déficit de plus de 50 % sur le nord-est du pays. Globalement sur la France, janvier 2013 est l'un des mois de janvier les moins ensoleillés depuis 1950 avec janvier 2004 et janvier 1970.


Février 2013

Après des premiers jours relativement doux, les minimales sont restées inférieures aux normales jusqu'à la fin du mois. Aucune région n'a été épargnée par le froid et toute la moitié est de la France a connu des températures particulièrement basses pour la saison. Moyennée sur la France, la température mensuelle a été inférieure de1,9 °C à la normale.

Les précipitations ont été déficitaires sur la pointe bretonne, le Cotentin, du Nord et de la Picardie aux Ardennes. Le déficit atteint 50 % du pourtour méditerranéen au sud du Massif central. En revanche, la Corse, le sud de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées ainsi que Poitou-Charentes et l'Aube ont été très arrosés. En moyenne sur la France, la pluviométrie a été proche de la normale. Les chutes de neige ont été fréquentes, y compris en plaine. L'enneigement a atteint des niveaux remarquables sur tous les massifs.

L'ensoleillement a été déficitaire en Corse, sur le piémont pyrénéen ainsi que de l'Alsace et la Lorraine au nord des Alpes et du Massif central. En revanche, la Bretagne a bénéficié d'un ensoleillement supérieur de 10 à 20 % à la moyenne.

*  moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010


Evénements marquants de l'hiver 2012-2013

Neige abondante sur tous les massifs, proche des records sur les Pyrénées

Une succession régulière d'épisodes neigeux durant cet hiver 2012 – 2013 a permis à tous les massifs de bénéficier d'un bon enneigement. Les chutes de neige ont été exceptionnelles sur le massif pyrénéen à partir de la mi-janvier (à un degré moindre sur les Pyrénées-Orientales). Des cumuls supérieurs à 4 mètres ont été mesurés sur plusieurs sites à des altitudes proches de 2000 m dans les Pyrénées centrales où ces valeurs n'avaient pas été observées depuis les années 1980. Le stock nival au 28 février est le plus important depuis 1959 devançant 1981 et 1972.
De nombreuses avalanches se sont produites en janvier et février particulièrement sur les Pyrénées occidentales, occasionnant des dégâts sur les routes et les habitations.  

Très peu de soleil dans le Nord-Est

Déjà déficitaire en décembre 2012, l'ensoleillement dans un large quart nord-est de la France a été exceptionnellement faible en janvier puis est resté inférieur à la moyenne** jusqu'à la fin de l'hiver. L'absence de soleil s'explique par la succession des passages perturbés sur cette région ainsi que par la persistance des brouillards et nuages bas en période anticyclonique.
Sur l'ensemble de la saison, l'ensoleillement présente sur cette région un déficit de 20 à 40 %, pouvant atteindre localement 50 %.

Des valeurs record de déficit d'ensoleillement ont même été mesurées en janvier :
- 11h27 à Auxerre dans l'Yonne (moyenne mensuelle pour janvier : 64h22) soit un déficit de 82 %
- 13h49 à Langres en Haute-Marne (moyenne mensuelle pour janvier : 61h39) soit un déficit de 78 %
- 15h24 à Dijon-Longvic en Côte-d'Or (moyenne mensuelle pour janvier : 63h54) soit un déficit de 76 %