2013

Bilan climatique de l’été 2013

(Été météorologique : Juin-Juillet-Août)

Après un début d'année maussade et malgré un mois de juin frais et agité, la France a connu un été agréable, chaud et ensoleillé avec toutefois une forte activité orageuse en juillet.
 

Températures

Après un mois de juin très frais, les températures ont été estivales en juillet et en août, avec une vague de chaleur dans la seconde quinzaine de juillet. Moyennées sur la saison et sur la France, les températures sont supérieures aux normales* de 0.4 °C.
 

Précipitations

Sur l'ensemble de la saison, les pluies ont été peu fréquentes mais parfois intenses et accompagnées de chutes de grêle remarquables sous les orages. En juin, les pluies ont concerné essentiellement la moitié ouest du pays, puis en juillet le quart sud-est, la Corse et les Pyrénées. Le mois d'août, en revanche, a été peu arrosé. Sur l'ensemble de la saison, le nombre de jours de pluie est sensiblement inférieur à la normale sur la quasi-totalité du pays. Les quantités recueillies sont, quant à elles, légèrement inférieures aux valeurs saisonnières.
 

Ensoleillement

Après un mois de juin peu ensoleillé, le soleil a largement dominé durant les deux mois suivants, notamment en juillet. Les durées d'ensoleillement mesurées sur l'ensemble de l'été sont supérieures à la normale** sur toute la France.
 

 Carte d'écart à la moyenne de la température moyenne  Carte de rapport à la moyenne des cumuls des précipitations
 Agrandir  Agrandir

 

 

L'été 2013 mois par mois


Juin
La température moyenne a été inférieure à la normale sur une large moitié ouest du pays, et plus particulièrement dans le Sud-Ouest où elle a été inférieure à celle-ci de plus de 1 °C. En revanche, le Nord-Est et Rhône-Alpes ont connu des températures plus conformes aux valeurs de saison. Moyennées sur le mois et sur la France, les températures sont inférieures aux normales* de 0.8 °C.

Le mois de juin a été marqué par de forts épisodes orageux, en particulier du 17 au 20 sur la majeure partie du pays. Des pluies intenses, des vents violents et des chutes de grêle significatives ont occasionné de nombreux dégâts. Les précipitations ont affecté particulièrement l'Aquitaine, le sud de Midi-Pyrénées ainsi que les régions s'étendant de Poitou-Charentes à l'Île-de-France : les cumuls y ont souvent été une fois et demie à deux fois supérieurs à la normale*. Dans le Sud-Ouest, des crues et des inondations historiques se sont produites près des Pyrénées. Le contraste a été très important avec les régions côtières de la Manche et le Sud-Est du pays où les déficits sont compris entre 40 et 60 %.


Déficitaire sur la moitié ouest du pays, l'ensoleillement a été légèrement excédentaire en Alsace ainsi que sur les régions méditerranéennes.

Juillet
Moyennées sur le mois et sur la France, les températures sont supérieures aux normales* de 1.9 °C, plaçant ce mois de juillet au 3ème rang des mois de juillet les plus chauds depuis 1900, après 2006 et 1983. Une période de très forte chaleur a concerné l'ensemble du pays du 15 au 27 juillet. Supérieures à 30 °C sur une grande partie du pays, les températures maximales ont localement dépassé 35 °C lors des pics de chaleur du 20 au 23 et du 25 au 27.

Après un début de mois peu arrosé, de fréquentes précipitations orageuses ont concerné une grande partie du pays durant la deuxième quinzaine de juillet, notamment dans le quart sud-est et en Corse où les cumuls de précipitations ont été une fois et demi à deux fois et demi supérieurs à la normale. Les épisodes orageux ont été localement particulièrement violents. Ils se sont accompagnés de pluies intenses, de fortes rafales de vent et parfois de chutes de grêle remarquables, occasionnant de nombreux dégâts. En moyenne sur la France, la pluviométrie a été excédentaire de près de 10 %.

L'ensoleillement a été très généreux sur l'ensemble de la France et exceptionnel sur le nord et la moitié ouest du pays, où de nombreux records ont été mesurés. Depuis 1991, début des mesures par capteur électronique, juillet 2013 est le mois de juillet le plus ensoleillé, devant 2006.

Août
Débuté très chaudement, le mois d'août a connu ensuite des températures proches des normales*. Moyennées sur le mois et sur la France, les températures sont supérieures aux normales* de 0.2 °C.


Les pluies ont été peu fréquentes sur la majeure partie du pays. Les cumuls de pluie sont très inférieurs à la normale* sur l'ouest du pays et le pourtour méditerranéen. Le déficit dépasse souvent 60 % en Basse-Normandie, Bretagne, dans les Pays de la Loire, en Provence et dans le Roussillon ainsi que localement dans les Ardennes et le Sud-Ouest. En moyenne sur la France, la pluviométrie est déficitaire d'environ 30 %.


L'ensoleillement a été généreux sur l'ensemble de la France, partout supérieur à la normale**. L'excédent dépasse 20 % de la Basse-Normandie au sud de la Bretagne et au Poitou-Charentes ainsi que sur le centre-est du pays.

 


Évènements marquants de l'été 2013

Épisode de fortes pluies et inondations historiques du 17 au 19 juin dans le Sud-Ouest

Les 17 et 18 juin, des pluies orageuses abondantes et régulières ont touché le relief pyrénéen ainsi que le sud de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées.

De l'est des Pyrénées-Atlantiques aux Hautes-Pyrénées et à la Haute-Garonne, les cumuls de l'ordre de 110 à 180 mm en moins de 48h présentent un caractère tout à fait exceptionnel. Cet épisode pluvieux a par ailleurs accéléré le processus de fonte nivale.

Sur le piémont, les plaines et coteaux des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne, ainsi que sur les Landes, des précipitations abondantes, de l'ordre de 30 à 60 mm en deux jours, ont été relevées mais elles n'ont pas de caractère exceptionnel. Elles sont survenues cependant après plusieurs mois particulièrement pluvieux, notamment le mois de mai, et les sols, totalement gorgés d'eau, n'ont pu absorber cet apport d'eau soudain. Ces importants cumuls de pluie ont engendré de fortes crues, notamment du Gave de Pau et de l'Adour.
 

 Carte de cumul des précipitations sur deux jours (17 et 18 juin 2013)
 Agrandir



 
Tornade en  Côte d'Or le 19 juin 2013

Des vagues orageuses remontant dans un flux de sud circulent sur la moitié nord du pays le 19 juin. Dans l'après-midi, des orages violents éclatent du Centre au sud de la Champagne et à la Bourgogne. Les cellules orageuses sont extrêmement virulentes sur la Côte d'Or et la Haute-Marne. On enregistre des rafales de vent atteignant 136 km/h à Chamblanc (21) et 160 km/h à Semoutiers-Montsaon (52).

Dans ce contexte d'activité orageuse intense, une tornade frappe le nord de la Côte d'Or en fin d'après-midi. Les dégâts qu'elle a provoqués à Etrochey et à Montliot-et-Courcelles, au nord de Châtillon-sur-Seine, correspondent à l'intensité 3 sur une échelle de 0 à 5 (échelle de Fujita), soit des vents estimés de 220 à 270 km/h. Dans un même temps, le vent maximal mesuré à Châtillon-sur-Seine, quelques kilomètres au sud, est seulement de 76 km/h.

Cette tornade est la plus forte recensée en France depuis la tornade de Hautmont le 3 août 2008, d'intensité 4.


Vague de chaleur sur la France du 15 au 27 juillet

 

 Indicateurs quotidiens des températures minimales et maximales juillet 2013
 Agrandir

 

Après un début de mois déjà chaud, suivi d'une légère baisse des températures après le 10, la chaleur s'est installée sur le pays à partir du 15 et un premier pic de chaleur a été atteint du 20 au 23 juillet avec des températures souvent supérieures à 34 °C du Sud-Ouest au Centre et à la Champagne-Ardenne, ainsi que dans l'est de l'Hexagone. Un second pic de chaleur s'est produit du 25 au 27 juillet, principalement dans le Sud le 25 puis du Sud-Ouest au flanc est avec des maximales à nouveau supérieures à 34 °C, notamment dans le Sud-Ouest, en Alsace et le long du couloir rhodanien où le thermomètre a localement dépassé 36 °C. 

Le 22, on relève 32.2 °C à Abbeville (Somme), 36.3 °C à Pontoise (Val d'Oise), 36.8 °C à Blois (Loir-et-Cher) ;
puis le 27, le thermomètre grimpe jusqu'à 37 °C à Gourdon (Lot), 38.4 °C à Sartène (Corse-du-Sud) et 38.7 °C à Colmar (Haut-Rhin).

Si l'épisode de chaleur a été relativement long, les températures maximales sont toutefois loin d'atteindre les valeurs de 1983, 2006 ou 2003.

Bien que cette vague de chaleur soit d'intensité modérée, sa durée de 13 jours la situe parmi les évènements les plus longs sur l'ensemble de l'historique disponible depuis 1947.

 Graphe des vagues de chaleur en France (période 1947-2013)
 Agrandir


* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010
** normale concernant l'ensoleillement : moyenne de référence 1991-2010