Imprimer Envoyer á un ami

Pluies intenses à répétition dans le Sud-Est : quelles explications ?

13/10/2014

Le sud-est de la France fait face depuis la mi-septembre à des épisodes de pluies intenses à répétition. Comment expliquer cette situation ? L'a-t-on déjà connue dans le passé ? Le changement climatique est-il en cause ?

Une configuration météorologique particulière

L'Hexagone est depuis un mois sous l'influence d'un régime perturbé de sud-ouest piloté par un vaste système dépressionnaire positionné sur l'Atlantique.
Cette situation favorise la remontée sur la France de masses d'air chaud, très humide et instable en provenance de la Méditerranée. Par ailleurs la température de surface de la mer Méditerranée a été, en septembre, plus chaude que la moyenne sur toute sa partie nord-ouest1.

Du fait de cette température élevée, les masses d'air maritimes sont particulièrement chargées en vapeur d'eau. Avec la configuration géographique particulière de la côte languedocienne et des Cévennes, la conjonction de ces ingrédients conduit à ces épisodes de pluies intenses, typiques de cette région et de cette période de l'année : le contraste entre des masses d'air chaud et humide et des masses d'air sec et plus frais favorise le développement de pluies intenses, durables et parfois stationnaires.

Des situations déjà rencontrées dans le passé dans cette région

Le Gard, l'Ardèche, puis l'Hérault et la Lozère figurent en tête des départements où on observe le plus souvent des épisodes apportant plus de 200 mm de pluie en 1 jour en moyenne par an (Gard et Ardèche : en moyenne 1 fois par an, Hérault et Lozère : en moyenne tous les 1 à 2 ans)3.
La succession de ces phénomènes sur une courte période, telle qu'on l'observe actuellement, revêt toutefois un caractère remarquable, même si de telles séquences ont déjà été observées dans le passé.
Si en moyenne l'Hérault connaît un épisode de pluies intenses par an (≥ 200 mm en 1 jour), le département a en effet certaines années été frappé par plusieurs épisodes de ce type et dans certains cas sur des périodes de l'ordre d'un mois comme cette année : 3 épisodes en 2003, de même en 1995 …
Concernant le Gard, plusieurs années peuvent être citées : septembre 2002 (682.6 mm relevés en 24 heures  à Cardet), septembre 2005, l'automne 1963 ou encore les automnes 1958,1933 et 1907 avec pour chacun deux épisodes successifs.
A l'échelle de la région Languedoc-Roussillon, on peut mentionner les automnes 2010, 1995 (jusqu'en janvier 1996), 1997, 1976 comme étant extrêmement perturbés.
En 2012 et 2013, l'Hérault et le Gard ont en revanche été épargnés : ces départements n'ont pas connu d'épisodes marquants depuis celui de début novembre 20114.


Quid du changement climatique ?

On ne peut pas à ce stade attribuer au changement climatique des évènements ponctuels. Par ailleurs, on n'observe pas de tendance à l'augmentation du nombre d'épisodes de pluies diluviennes dans le sud-est de la France depuis qu'on peut les recenser de manière précise (à partir de 1958), y compris pour les épisodes les plus intenses.

On ne peut pas actuellement dire si les événements de pluies diluviennes dans le Sud-Est seront plus nombreux à la fin du siècle. Ces phénomènes sont d'une taille trop petite pour être reproduits par les modèles qui simulent l'évolution du climat.


Évolution du nombre annuel de jours de pluies

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Le graphique5 ci-dessus présente l'évolution du nombre annuel de jours de pluies supérieures ou égales à 100, 150 ou 190 mm en 24 heures sur les régions méditerranéennes de la France (à l'exception de la Corse) depuis 1958. On observe une variabilité interannuelle importante du nombre d'occurrences de fortes pluies quel que soit le seuil considéré. Pour le seuil de 100 mm, la moyenne est de 21 occurrences annuelles, les années record, dépassant les 30 événements, étant 1959, 1960, 1976, 1996, 2002 et 2003.


1. Source Mercator Ocean
2. 1 mm correspond à 1 L/m2
3. Source site Pluies extrêmes
4. Source site Pluies extrêmes
5. Source site du ministère de l'Écologie, du développement durable et de l'énergie