Imprimer Envoyer á un ami

Changement climatique : premières projections haute-résolution à l’échelle de l’Europe

06/12/2013

Les projections climatiques régionalisées réalisées dans le cadre du projet Euro-Cordex viennent d'être rendues publiques. Elles permettent d'envisager le futur climatique de l'Europe à l'horizon 2100 avec une résolution spatiale inégalée de 12 km. Elles prévoient une hausse des températures en Europe de 1 à 5 °C d'ici la fin du XXIème siècle et révèlent des disparités saisonnières et régionales marquées. Les évènements extrêmes, pluies intenses et sécheresses par exemple, devraient être plus nombreux. 

 

Distribution moyenne annuelle des pluies intenses simulées pour le climat actuel par un des modèles de l'exercice Euro-Cordex à haute résolution soit 12km (à gauche) - cela correspond à la nouvelle génération de simulations - et à basse résolution soit 50km (à droite). Noter en particulier les différences le long des massifs montagneux en Corse. Ces distributions sont issues de simulations et non d'observations et contiennent donc des imprécisions.   

© Augustin Colette, INERIS

 

Le projet Euro-Cordex

Pour rédiger le premier volet de leur 5ème rapport, publié en septembre 2013, les experts du GIEC, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, ont analysé des projections climatiques réalisées à partir de modèles globaux du climat. Ces simulations sont suffisantes pour modéliser l'évolution du climat à l'échelle d'un continent. Leur résolution -100 à 200 km- est en revanche trop faible pour rendre compte des phénomènes locaux et des évènements extrêmes, que seuls des modèles régionaux peuvent décrire.

Depuis 2010, dans le cadre du programme Cordex, coordonné par le Programme mondial de recherche sur le climat, des simulations climatiques régionales sont réalisées sur différentes régions du globe : Arctique, Afrique, Europe, Amérique du Nord, Méditerranée, … La composante Euro-Cordex du projet implique une vingtaine d'organismes de recherche européens, dont Metéo-France, le CNRS, le CEA, l'UVSQ et l'INERIS1. Les chercheurs ont produit et analysé des projections sur l'Europe à l'échelle du XXIème siècle, à très haute résolution spatiale (12 km), en utilisant 3 scénarios de référence d'évolution des gaz à effet de serre retenus par le GIEC. Les simulations fournies par la communauté scientifique française ont été réalisées sur les supercalculateurs du CEA, de Météo-France et du GENCI.

 

Un continent au destin climatique contrasté

Les simulations Euro-Cordex montrent un réchauffement beaucoup plus rapide en Europe du Sud qu'en Europe du Nord en été. Le réchauffement hivernal devrait être, lui, plus rapide sur l'est et le nord de l'Europe. La distribution des précipitations sur le continent serait également affectée, avec des précipitations plus fortes sur le nord de l'Europe, et plus faibles sur le Sud. Les premières analyses confirment un accroissement sensible de la fréquence des événements extrêmes : pluies intenses, vagues de chaleur et périodes de sécheresses. En France, les projections climatiques font apparaître des précipitations plus abondantes en hiver, et des périodes sèches estivales plus nombreuses, notamment dans le sud du pays.

 

Mieux appréhender le changement climatique

Rendues publiques, et mises à disposition des scientifiques, ces données alimenteront de nouvelles études sur l'impact du changement climatique en Europe en matière de qualité de l'air, d'hydrologie et d'évènements extrêmes. Elles permettront de fournir de l'information climatique aux acteurs économiques, industriels et politiques, dans des domaines clefs comme l'énergie, la santé ou l'agriculture.

 

: Les laboratoires français concernés sont le Centre national de recherches météorologiques - Groupe d'étude de l'atmosphère météorologique (CNRM-GAME, Météo-France/CNRS), le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE/IPSL, CNRS/CEA/UVSQ) et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS).

 

Pour en savoir plus, consulter le communiqué de presse

 

 

Actualité par Météo-France