Imprimer Envoyer á un ami

Vendredi 26 juin : jour le plus foudroyé de 2020

29/06/2020

Après deux journées très chaudes à l'échelle du pays les 24 et 25 juin, l'arrivée vendredi d'un axe dépressionnaire par l'Atlantique a favorisé les ascendances dans une masse d'air instable, et conduit à une virulente dégradation orageuse entre la fin d'après-midi et la nuit. Près de 23 500 impacts de foudre au sol ont été recensés sur le réseau de Météorage sur la journée du 26 juin qui devient la journée la plus foudroyée de l'année 2020.

Orages sur le viaduc de Millau la nuit du 26 au 27 juin 2020 
Orages sur le viaduc de Millau la nuit du 26 au 27 juin 2020 - © Infoclimat / seziou

De la grêle

De nombreuses chutes de grêle ont été observées du Sud-Ouest jusqu'au Nord-Est en passant par le Massif central, comme en Ariège, dans le Gers, l'Aveyron, la Creuse, la Haute-Loire, le Cher, la Marne… Les grêlons avaient la taille d'une balle de tennis, localement, dans le secteur d'Aubusson dans la Creuse, avec 6 à 7 cm de diamètre.

De fortes intensités pluvieuses

Ces orages ont localement été associés à d'importantes intensités pluvieuses. On a mesuré jusqu'à 50 mm en 1 heure sur le réseau de Météo-France. Par endroit les importants cumuls ont conduit à des inondations, notamment dans l'agglomération de Reims.

Relevés entre l'après-midi et la nuit :

  • 62 mm à Lupersat (Creuse), dont 36 mm en 1 heure ;
  • 52 mm à Lunegarde (Lot), dont 35 mm en 1 heure ;
  • 51 mm à Voutezac (Corrèze), dont 50 mm en 1 heure, et 33 mm en seulement 18 minutes !
  • 50 mm à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), dont 26 mm en 1 heure ;
  • 44 mm à Braine (Aisne), dont 15 mm en 1 heure ;
  • 44 mm à Fresnoy-la-Rivière (Oise), dont 21 mm en 1 heure ;
  • 41 mm à Serignac (Tarn-et-Garonne) dont 34 mm en 1 heure.

Dans le secteur de Reims, les plus gros orages sont passés entre les mailles du réseau de pluviomètres. On relève 30 mm à la station de Reims-Prunay, située à l'est de la ville, dont 21 mm en 1 heure.

De violentes rafales de vent

Sous les orages, de violentes rafales de vent ont pu être mesurées. Ces fortes rafales sont liées aux courants descendants alimentés par les précipitations, qui au contact du sol s'étalent violemment. La présence d'une couche d'air sec, dans les couches moyennes de l'atmosphère, contribue à renforcer ces courants descendants par l'évaporation d'un partie des précipitations au cours de leur chute. Le passage de l'état liquide à l'état gazeux refroidit l'air qui devient plus lourd ce qui accélère la descente.

Plus fortes rafales relevées entre l'après-midi et la nuit :

  • 111 km/h à Savenes (Tarn-et-Garonne) ;
  • 108 km/h à Orval (Cher), 99 km/h à Muret (Haute-Garonne) ;
  • 95 km/h à Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne) ;
  • 95 km/h à Montauban (Tarn-et-Garonne) ;
  • 93 km/h à Eymoutiers (Haute-Vienne).

Actualité par Météo-France