Imprimer Envoyer á un ami

Climat : un mois de mai souvent estival

03/06/2020

(Bilan climatique définitif du mois de mai 2020)

Dans la continuité du mois d'avril, la douceur a persisté la majeure partie du mois. Les conditions anticycloniques ont dominé sur le nord de la France durant le mois de mai favorisant un temps remarquablement sec et ensoleillé dans un courant de nord-est dominant. Certaines villes du nord-ouest ont enregistré des records absolus d'ensoleillement, tous mois confondus : Quimper et Le Touquet ont ainsi eu en mai plus de soleil que jamais, y compris en été, depuis le début des mesures.

À la faveur de températures maximales élevées et du déficit pluviométrique, les sols superficiels se sont nettement asséchés près des frontières du Nord et du Nord-Est. Sur le reste du pays, les passages perturbés ont été généralement moins fréquents que la normale mais se sont accompagnés de pluies parfois intenses et abondantes, notamment du 9 au 11 sur l'Aquitaine, l'Occitanie, la région Provence - Alpes - Côte d'Azur ainsi que de la Vendée à l'Île-de-France et au Nord-Est. Ces fortes précipitations ont provoqué des inondations en Gironde et dans les Landes.

Un ensoleillement exceptionnel sur le nord-ouest

L'ensoleillement, généreux sur l'ensemble du pays, a été exceptionnel d'un grand quart nord-ouest aux frontières belge et luxembourgeoise où de nombreux records mensuels ont été enregistrés. L'excédent a dépassé 20 % excepté sur le Sud-Est et la Corse où il a été plus conforme à la saison. Il a souvent atteint 20 à 50 % du Sud-Ouest au Nord-Est et 50 à 80 % du Nord-Ouest aux Hauts-de-France et au nord-ouest de la Lorraine. Le soleil a ainsi brillé 330 heures au Touquet (Pas-de-Calais) et 335 heures à Quimper (Finistère), records absolus tous mois confondus, mais seulement 237 heures à Tarbes (Hautes-Pyrénées), 247 heures à Dax (Landes), 262 heures à Grenoble (Isère) ou 264 heures à Nice (Alpes-Maritimes).

Rapport à la moyenne mensuelle de la durée d'ensoleillement en France en mai 2020

* Moyenne sur la période 1981-2010.
** Moyenne sur la période 1991-2010.

Des températures plus chaudes que la normale

Les températures moyennes ont souvent été supérieures aux valeurs de saison avec plusieurs pics de douceur tout au long du mois. Toutefois, un net refroidissement a concerné la majeure partie du pays du 11 au 16. Les températures ont été en moyenne proches des normales de la Normandie aux frontières du Nord et du Nord-Est, voire localement inférieures sur le Grand Est avec des nuits souvent très fraîches. Elles ont été 1 à 3 °C au-dessus sur le reste du pays. La température moyenne de 16,5 °C sur la France et sur le mois a été 1,5 °C au-dessus de la normale*, classant mai 2020 au 5e rang des mois de mai les plus chauds depuis 1900.

Evolution des températures minimales et maximales quotidiennes par rapport à la normale en France en mai 2020

Ecart à la moyenne mensuelle de la température moyenne en France en mai 2020

Une pluviométrie contrastée

La pluviométrie a été très contrastée. Du nord de la Nouvelle-Aquitaine à la vallée du Rhône et de la Bourgogne à l'Alsace, le déficit a souvent dépassé 25 %. Avec des précipitations quasi absentes, le déficit a été supérieur à 50 % de la Bretagne à la frontière belge, voire à 80 % sur le Nord - Pas-de-Calais où des records mensuels de faible pluie ont été battus avec seulement 2,4 mm à Dunkerque (Nord) et 2,6 mm à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). En revanche, suite à des épisodes pluvieux intenses, les cumuls ont atteint une fois et demie à deux fois et demie la normale localement dans l'Indre et plus généralement sur la Gironde, les Landes, l'Aude, le Tarn, l'Hérault et la région PACA.Les cumuls de pluie ont par endroits atteint 100 à 150 mm en 3 jours sur ces régions durant l'épisode pluvio-orageux du 9 au 11 mai.En moyenne sur le pays et sur le mois, la pluviométrie a été déficitaire de plus de 10 %.

Cumul mensuel des précipitations en France en mai 2020

Rapport à la moyenne mensuelle des cumuls de précipitations en France en mai 2020

Événements marquants de mai 2020

Épisode pluvieux intense du 9 au 11 mai

Sous l'influence d'une dépression située sur la Corogne le samedi 9 mai, puis d'une dépression près des Pyrénées, des pluies abondantes ont affecté le sud-ouest de la France pendant 3 jours. Cet épisode a provoqué de nombreuses inondations. Les départements des Landes et de la Gironde ont été placés en vigilance rouge « pluie-inondations ».

Dans l'après-midi du 10 mai, un passage pluvio-orageux a balayé les départements des Pyrénées-Orientales à la vallée du Rhône et s'est évacué en matinée du 11, donnant des cumuls qui ont dépassé 100 mm sur le nord de l'Aude, de l'Hérault et du Gard. En début de soirée du 10 mai, des pluies sont remontées de la Méditerranée et ont touché la région PACA, plus particulièrement les Alpes-Maritimes en donnant 80 à plus de 100 mm sur le sud du département.

Des orages parfois violents ont éclaté sur la moitié nord du pays, notamment le 9 de la Vendée au sud de l'Île-de-France et de la Champagne.

Cumuls des précipitations sur la France en 3 jours du 9 au 11 mai 2020

Retrouvez plus d'informations sur le mois de mai dans notre bilan complet du printemps 2020.

Actualité par Météo-France