Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 26 février 2020

28/02/2020

L'hiver 2019-20 se caractérise par une douceur générale remarquable, qui prédomine depuis fin novembre et qui s'est encore accentuée en février. En ce qui concerne les précipitations, après un début d'hiver très arrosé, le mois de janvier a été très sec. Depuis, des perturbations pluvio-neigeuses traversent à intervalles réguliers la France, mais elles n'affectent véritablement que la moitié nord de la France, jusqu'au Alpes du Nord ; en outre, du fait de températures souvent très douces, la pluie remplace souvent les flocons, parfois jusqu'à haute altitude.
 

Les hauts sommets du Queyras proches de la frontière italienne, le 21 février 2020 : à droite, la pointe des Sagnes Longues (3032 m), à gauche, le Pain de Sucre (3208 m) et, au fond au centre, en Italie, le mont Viso (3841 m). © F. Tuzet.


L'enneigement en cette mi-février présente ainsi une physionomie différente selon le massif et l'altitude :

  •  dans les Alpes, il est très satisfaisant en altitude, au-dessus de 1800 m environ, tandis qu'il est nettement déficitaire en dessous, et ce d'autant plus que l'altitude est basse ;
  •  dans les Pyrénées, il est très déficitaire dans les trois quarts ouest de la chaîne, tandis qu'il reste assez bon dans le quart est en altitude ;
  •  en Corse, le manque de neige s'accentue, et il faut monter vers 2000 m pour commencer à trouver une couche de neige ;
  •  dans les massifs de moyenne montagne, un peu de neige fraîche est venue recouvrir les pentes qui étaient à nu jusque-là, mais l'enneigement reste bien maigre.


Par ailleurs, une caractéristique de l'enneigement commune à pratiquement tous les massifs est une épaisseur de neige souvent très irrégulière au-dessus de la limite de la forêt, à cause de vents violents qui ont dégarni les crêtes et les zones exposées au vent, alors que les pentes à l'abri sont au contraire bien enneigées.

 

Le manteau neigeux en montagne peut évoluer rapidement en fonction des conditions météorologiques.
 
Cette évolution peut être suivie sur notre site Internet, rubrique
« Montagne »
, ainsi que sur les applications mobiles de Météo-France (dont l'application Météo Ski).


 

Alpes du Nord

Après un temps très sec et souvent très doux de fin décembre à fin janvier, les perturbations ont repris le chemin des Alpes. Les chutes de neige ont cependant été souvent plus importantes en Savoie et dans le nord de la Savoie que plus au sud, et la limite pluie-neige a été très fluctuante, parfois très élevée, comme durant la nuit du 9 au 10 février, où il a temporairement plu jusque vers 2600 m d'altitude.
Aussi, si l'enneigement peut être qualifié de tout à fait satisfaisant en altitude, au-dessus de 1700 ou 1800 m, et même d'excédentaire au-dessus de 2000 m, il est en revanche inférieur à la normale en dessous, le manque de neige étant d'autant plus important que l'altitude est peu élevée ; le déficit est ainsi très marqué en dessous de 1400 ou 1500 m.
Les pentes sont souvent blanchies dès 500 à 700 m en Haute-Savoie et en Savoie, 800 à 1000 m en Isère. Mais l'enneigement ne débute en fait véritablement qu'entre 1100 et 1400 m dans les versants nord, entre 1500 et 1800 m dans les versants sud.
À 1500 m d'altitude en versant nord, l'épaisseur de neige au sol est assez importante en Haute-Savoie et dans le nord de la Savoie, comprise entre 80 cm et 1,10 m, moins ailleurs, 45 à 60 cm, et encore moins dans le sud de l'Isère, 15 à 30 cm. En versant sud, il n'y a une couche de neige significative, 20 à 30 cm, qu'en Haute-Savoie.
Plus haut, l'épaisseur de neige au sol devient partout rapidement importante avec l'altitude :
à 2000 m en versant nord, elle se situe souvent autour de 1,50 m, dépassant même les 2 m dans le Beaufortain et en Haute-Tarentaise, tandis qu'elle peine au contraire à dépasser 1 m en Chartreuse et dans le Vercors. En versant sud, les épaisseurs sont environ moitié moindres.
À 2500 m, le manteau neigeux est très épais : en versant nord, il y a le plus généralement entre 2 m et 2,50 m de neige au sol, jusqu'à près de 3 m en Haute-Tarentaise ; en versant sud entre 1,50 m et 2 m, un peu moins toutefois, autour de 1,20 m, en Maurienne et Haute-Maurienne. Mais l'épaisseur du couvert neigeux est en fait très irrégulière, les zones exposées aux vents étant généralement très peu enneigées, voire dégarnies.
 
Quelques hauteurs de neige au sol relevées le 26 février :
  •   à Avoriaz (1770 m, Chablais) : 1,40 m ;
  •   au Grand-Bornand (1270 m, Aravis) : 28 cm ;
  •   aux Arcs (2040 m, Haute-Tarentaise) : 2,12 m ;
  •   à Pralognan (1400 m, Vanoise) : 64 cm ;
  •   au Collet d'Allevard (1640 m, Belledonne) : 39 cm ;
  •   à l'Alpe d'Huez (1860 m, Grandes Rousses) : 1,41 m.

L'arc alpin, depuis la Méditerranée jusqu'à l'Autriche, vu par le satellite défilant Suomi-NPP le 25 février 2020. © Météo-France.

Alpes du Sud

Cela fait maintenant un mois qu'il n'a pas neigé de manière significative, et l'enneigement a lentement régressé durant cette période. Il reste bon en altitude, au-dessus de 1800 ou 1900 m, tandis qu'il présente un déficit plus bas, surtout dans les versants ensoleillés.
Dans les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence, l'enneigement débute entre 1200 et 1400 m selon le massif et l'exposition, mais, en versant sud, il ne s'agit que d'un saupoudrage et il faut monter jusqu'entre 1700 et 1900 m pour y rencontrer une véritable couche de neige au sol. Dans les massifs des Alpes-Maritimes, l'enneigement débute vers 1500 m en exposition nord, 1900 ou 2000 m en sud.
À 1500 m d'altitude, l'épaisseur de neige en versant nord est voisine de 45 cm dans la majeure partie des Hautes-Alpes, tandis qu'elle n'est que de 5 à 15 cm plus au sud, ainsi que dans le Dévoluy. En versant sud, il n'y a plus vraiment de neige.
À 2000 m, l'épaisseur de neige au sol est en revanche déjà importante pratiquement partout : en versant nord, elle est comprise entre 1,20 et 1,50 m dans les massifs des Hautes-Alpes, entre 1 m et 1,20 m plus au sud. En versant sud, elle est de 60 à 80 cm dans les Hautes-Alpes, de 30 à 50 cm plus au sud, mais de seulement 10 cm dans le massif du Mercantour.
À 2500 m, le manteau neigeux est épais : dans les versants nord, il y a autour de 2 m de neige dans les Hautes-Alpes, environ 1,50 m plus au sud ; dans les versants sud, autour de 1,50 m dans les Hautes-Alpes, 1 m à 1,20 m plus au sud.
Quelques hauteurs de neige au sol relevées le 26 février :
  •   à SuperDévoluy (1900 m, Dévoluy) : 70 cm ;
  •   à Serre-Chevalier / Le Monêtier (2200 m, Pelvoux) : 1,38 m
  •   à Puy-Saint-Vincent (1680 m, Pelvoux) : 93 cm ;
  •   à Ceillac (1670 m, Queyras) : 17 cm ;
  •   à La Foux d'Allos (1900 m, Haut-Var - Haut-Verdon) : 85 cm ;
  •   à Isola 2000 (1900 m, Mercantour) : 90 cm.


Le haut de la vallée qui mène de Molines-en-Queyras au col Agnel, à la frontière avec l'Italie, le 21 février 2020. Tout à droite, le Grand Queyras (3114 m). © F. Tuzet.

Corse

Depuis fin décembre, il règne un temps souvent très doux mais surtout sec, particulièrement en février. Les quelques passages perturbés qui ont touché l'Ȋle de Beauté n'ont souvent apporté de la neige qu'à des altitudes élevées, et les dernières chutes de neige importantes datent du 20 janvier. En conséquence, l'enneigement est actuellement très faible dans l'ensemble de la montagne corse, et les quelques centimètres de neige qui viennent de tomber ne changent rien à la situation.
La montagne est actuellement blanchie à partir de 900 m en versant nord, 1000 m en versant sud dans le massif du Cinto-Rotondo, à partir de respectivement 1100 et 1300 m dans le massif du Renoso-Incudine. Mais, dans ces deux massifs, il faut monter à 1900 m en versant nord et 2100 m en versant sud pour commencer à trouver une sous-couche de neige. Son épaisseur augmente ensuite rapidement avec l'altitude. Ainsi, à 2500 m dans le massif du Cinto-Rotondo, l'épaisseur totale de neige atteint en moyenne 1,05 m en versant nord, 95 cm en versant sud. Mais ces épaisseurs sont bien inférieures à la normale pour une fin février.
Quelques hauteurs de neige au sol relevées le 26 février :
  •   à la station automatique de Sponde (1980 m, Cinto-Rotondo) : 0 cm ;
  •   à la station automatique de La Maniccia (2360 m, Cinto-Rotondo) : 1,21 m, pour une moyenne à cette époque de l'année de 2,08 m.

 
Enneigement en Corse à la station Nivôse de la Maniccia à 2360 m d'altitude. © Météo-France.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pyrénées

Dans les Pyrénées, le manteau neigeux s'est constitué pour une bonne part durant le mois de novembre, qui avait été très hivernal. Ce manteau neigeux a ensuite été entretenu par des chutes de neige moins importantes. Mais, depuis fin janvier, le temps a été sec et surtout remarquablement doux : la température moyenne de la première quinzaine de février a été exceptionnelle, notamment à 1500 m d'altitude, où elle n'a jamais été aussi élevée depuis plus de 30 ans ; à titre d'illustration, dans une station de mesures météorologiques à cette altitude, elle a été de +8 °C, soit 5 degrés de plus que sa moyenne depuis 1985.
En conséquence, le manteau neigeux s'est régulièrement érodé au fil des semaines, et il est désormais partout très déficitaire à toutes les altitudes, sauf dans les Pyrénées-Orientales, où les hauteurs de neige sont globalement conformes aux normales pour une fin février, grâce aux importantes chutes de neige du 20 au 23 janvier, qui avaient touché avant tout le Canigou.
Entre 1500 et 1800 m, l'altitude des stations de ski, un enneigement aussi faible que cette année a déjà été observé plusieurs fois dans le passé. Cela n'a cependant pas été le cas au cours des années récentes, et il faut remonter presque dix ans en arrière, à 2011, pour retrouver un enneigement aussi faible. Plus loin dans le temps, d'autres premières quinzaines de février ont été peu enneigées : en 2008, 2007 et 2000. Encore plus loin dans le passé, il y en a également eu dans les années 1990, tandis que toute la décennie 1970 et une grande partie de la décennie 1980 ont été au contraire bien enneigées. À l'altitude de 1800 m, où il n'y a le plus généralement que quelques centimètres de neige, l'épaisseur moyenne de neige au sol à cette époque de l'hiver est de 90 cm.
L'épisode neigeux qui s'est produit le mardi 25 février et la nuit suivante a été faible dans les Pyrénées : il n'est tombé que 5 à 10 cm de neige dans les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Bigorre, et seulement 1 à 3 cm plus à l'est.
Ainsi, si les trois quarts ouest de la chaîne sont blanchis dès 1200 ou 1300 m d'altitude, il faut en fait monter à 1900 m en versant nord et 2100 m en versant sud pour commencer à trouver de l'ancienne neige. Dans les massifs des Pyrénées-Orientales, la neige recouvre le sol à partir de 1700 m en versant nord, 2000 m en versant sud.
Son épaisseur augmente ensuite partout rapidement avec l'altitude. À 2500 m, l'épaisseur totale de neige au sol en versant nord est le plus généralement comprise entre 1,20 m et 1,50 m, un peu moins toutefois dans les massifs du Luchonnais et d'Aure-Louron, autour de 1 m ; en versant sud, elle est comprise entre 40 et 80 cm, selon le massif. À ces altitudes élevées, le déficit d'enneigement se situe entre -35 % et -55 %.

Quelques hauteurs de neige au sol relevées le 26 février :

  •   à Cauterets-Lys (1920 m, Haute-Bigorre) : 65 cm ;
  •   à Saint-Lary (2100 m, Haute-Bigorre) : 45 cm ;
  •   à Superbagnères (1760 m, Luchonnais) : 1 cm ;
  •   à Beille (1790 m, Haute-Ariège) : 3 cm ;
  •   aux Angles (2100 m, Capcir-Puymorens) : 55 cm ;
  •   à la station Nivôse du Canigou (2150 m, Cerdagne-Canigou) : 1,22 m, pour une moyenne de 1 m.


Courbes d'enneigement de la Nivôse du Lac d'Ardiden et de la station auto de La Mongie, toutes deux situées dans le massif de Haute-Bigorre (Hautes-Pyrénées). © Météo-France.
(Cliquer sur le graphique pour l'agrandir)

Vosges, Jura et Massif central

Avec la douceur remarquable durant le mois de février, la neige avait presque entièrement disparu dans les massifs de moyenne montagne. Le temps à nouveau perturbé et frais depuis le 25 février a blanchi les pentes, mais la couche de neige récente reste très peu épaisse. L'enneigement reste par conséquent partout extrêmement déficitaire pour une fin février.

Dans les Vosges, les sols sont blanchis à partir de 500 ou 600 m d'altitude. Plus haut, l'épaisseur de la couche de neige récente varie entre 3 et 10 cm, selon l'altitude et les endroits.
L'épaisseur totale neige au sol à 1000 m d'altitude se situe ainsi entre 5 et 10 cm.
À 1200 m, elle est de 20 cm dans les versants nord, 10 cm dans les versants sud.
Quelques hauteurs de neige relevées le 26 février :
  •   à Vagney (800 m, Hautes-Vosges) : 1 cm ;
  •   à La Bresse (Hautes-Vosges) : 10 cm à 900 m, 20 cm à 1100 m ;
  •   au Markstein (1180 m, Hautes-Vosges) : 17 cm ;
  •   au Ballon d'Alsace (1150 m) : 3 cm.

Dans le Jura, il vient également de tomber un peu de neige, 5 à 10 cm.
Les sols sont blanchis à très basse altitude, 300 ou 400 m, mais il ne s'agit là que d'un saupoudrage. Plus haut, la couche de neige fraîche est d'environ 5 cm à 800 m, 10 cm à 1100 m, 20 cm à 1200 m.
À 1300 m, la couche de neige fraîche recouvre l'ancienne neige dans le Haut-Doubs et le Haut-Jura ; il y a ainsi au total environ 50 cm de neige au sol dans les versants nord, 30 cm dans les versants sud. Dans le Bugey - Jura gessien, à cette même altitude, les 10 à 20 cm de neige qui viennent de tomber reposent directement sur le sol.
Quelques hauteurs de neige relevées le 26 février :
  •   à Maîche et à Pontarlier (830 m, Doubs) : 5 cm ;
  •   à La Boissaude-Rochejean (1220 m, Doubs) : 6 cm ;
  •   aux Fourgs (1100 m, Doubs) : 2 cm ;
  •   à Chapelle-des-Bois (1100 m, Doubs) : 10 cm ;
  •   à Bois-d'Amont/Chalet-Gaillard (1230 m, Jura) : 40 cm ;
  •   à La Pesse (1130 m, Jura) : 9 cm.

Dans le Massif central, où il n'y avait plus de neige sauf dans les pentes peu ensoleillées d'altitudes les plus élevées, il est aussi tombé entre 5 et 10 cm de neige.
Les pentes sont blanchies à partir de 600 m ou 700 m d'altitude, mais il faut monter jusque vers 1300 m pour que la couche de neige atteigne une dizaine de centimètres.
Plus haut, à 1500 m, l'épaisseur totale de neige au sol reste très modeste : dans le massif du Sancy, elle est de l'ordre de 15 cm dans les versants nord, 10 cm dans les versants sud. Dans les monts du Cantal, ces épaisseurs sont de respectivement 20 et 15 cm.
Quelques hauteurs de neige relevées le 26 février :
  •   à Chastreix (1400 m, Sancy) : 9 cm ;
  •   à Super-Besse (1300 m, Sancy) : 9 cm ;
  •   à Prat-de-Bouc (1400 m, Cantal) : 5 cm ;
  •   à Saint-Anthème (1260 m, Monts du Forez) : 7 cm.

 

Actualité par Météo-France