Imprimer Envoyer á un ami

Météo : plus de 25 °C à Nîmes, du jamais vu fin février !

24/02/2020

La France connaît en ce moment le quatrième pic de douceur du mois de février avec des températures remarquablement élevées depuis dimanche, principalement dans le Sud-Est. Ce temps particulièrement printanier, presque chaud, avec des températures maximales parfois au niveau des records, plutôt dignes d'un mois de mai que d'une fin février, s'est poursuivi ce lundi. 

Des records de douceur battus dans le Sud-Est

La grande douceur actuelle est surtout sensible sur un vaste quart sud-est du pays, là où le soleil domine très largement. Le mercure a atteint régulièrement 21 à 26 degrés ce lundi après-midi entre l'intérieur du Languedoc et l'intérieur de la Provence. Dimanche, le seuil de chaleur (des températures maximales supérieures ou égales à 25°C) a été ponctuellement atteint dans l'arrière-pays méditerranéen avec 25,9°C à Montclus (Gard), 25,4°C au Vigan (Gard), 25,2°C aux Mayons (Var). 
 
On a mesuré 25,1 °C ce lundi après-midi à Nîmes-Courbessac, un nouveau record mensuel pour février, battant les 24,6 du 28 février 2019 depuis le début des mesures en 1922.
 
Une douceur exceptionnelle à laquelle le Sud-Est s'est habitué ce mois de février 2020... À Perpignan, on a ainsi dépassé six fois la barre des 20°C ce mois-ci. Un nombre « d'après-midis printanières » record ! 
 
De nombreux records mensuels ont été battus dimanche ou égalés :
 
  • 24,1°C à St-Martin-de-Londres (Hérault, depuis 1947) égalant les 24.1°C du 22/02/2019 ;
  • 23,7°C à Lapalud (Vaucluse, depuis 1949), battant les 22.7°C du 28/02/2019 ;
  • 23,0°C au Cheylard (Ardèche, depuis 1951), égalant les 23°C du 16/02/1998 ;
  • 22,6°C à St-Jean-en-Royans (Drôme, depuis 1949), battant les 21.2°C du 27/02/1960 ;
  • 21,5°C à Mornant (Rhône, données depuis 1931), battant les 21.2°C du 27/02/1960 ;
  • 19,8°C à Annecy (aérodrome de Meythet, depuis 1970), battant les 19.3°C du 23/02/2017.
 
On peut signaler également
 
21,6 °C à Lyon /Bron, sa deuxième température la plus élevée en février, à seulement 0.3°C de son record mensuel ! (21.9°C le 15/02/1958)
 
20,7 °C à Bourg-Saint-Maurice (Savoie, 865m), sa deuxième température la plus élevée en février, seulement dépassée par les 21,3°C du 28/02/1960 ! C'est la première fois également que les 20 degrés sont atteints deux années consécutives en février à Bourg-St-Maurice depuis le début des mesures en 1946.

En février, pics de douceur... et tempêtes !

Chaque pic de douceur durant ce mois de février 2020 a été associé au passage d'une tempête, souvent sur le nord du pays (comme le 10, le 16 et le 23), parfois en Corse (tempête Hervé) le 3 et 4 février 2020.

Février 2020 : Pics de douceur et tempêtes
Février 2020 : pics de douceur et tempêtes. Indicateur thermique national en température moyenne quotidienne sur la France entre le 1er février et le 23 février, avec mention des tempêtes les plus marquantes ainsi que quelques températures remarquablement douces observées en concomitance. © Météo-France.

 

Dimanche 23 février, pas de véritable tempête, même si, localement, dans les Hauts-de-France on a dépassé les 100 km/h, comme à Abbeville, Boulogne, Dunkerque, avec une pointe à 131 km/h au cap Gris-Nez.

Le contexte : un flux océanique doux et perturbé

Ces tempêtes et pics de douceur simultanés sont cohérents avec la circulation atmosphérique qui a dominé pendant une grande partie de l'hiver, et particulièrement en ce mois de février : un régime NAO+ avec un courant perturbé d'ouest à sud-ouest très doux et perturbé, au moins sur le nord de l'Europe. À chaque tempête, une forte advection d'air océanique, parfois avec une origine subtropicale très marquée, notamment avec une rivière atmosphérique prenant sa source dans les Grandes Antilles, a entraîné ces pics de douceur sur le pays. 

Pressions moyennées sur les 23 premiers jours du mois
Pressions moyennées sur les 23 premiers jours du mois  en février 2020 :  le régime NAO+* illustré à merveille avec des hautes pressions entre les Açores, la péninsule Ibérique et la Méditerranée, et un bloc de basses pressions de l'Atlantique Nord au nord de la Scandinavie. Cette configuration a engendré des vents de sud-ouest dominants sur l'Europe. © Météo-France.
 

 

Actualité par Météo-France