Imprimer Envoyer á un ami

Tempête Gloria : des précédents remarquables

21/01/2020

En Catalogne (surtout entre le nord de la province de Gérone, côté espagnol, et le sud des Pyrénées-Orientales), les épisodes pluvieux méditerranéens sont appelés « aiguats* » et font partie intégrante du climat de cette région. Ils se produisent en général lorsqu'une dépression s'isole et stagne entre l'Espagne et la Méditerranée occidentale, s'accompagnant d'un flux d'est à sud-est alimentant la Catalogne et les contreforts orientaux de la chaîne pyrénéenne en air humide méditerranéen.

Ces conditions sont réunies en ce début de semaine, si bien qu'un intense aiguat, accompagné de pluies abondantes en plaine et de fortes chutes de neige sur le relief, a démarré lundi soir sur les Pyrénées-Orientales et se poursuivra jusqu'à jeudi en début ou milieu de journée, soit une durée de 2 à 3 jours. Des cumuls de précipitations de l'ordre de 200 à 350 mm** en 48 à 72 heures sont envisagés, avec des hauteurs de neige pouvant avoisiner les 2 mètres au-dessus de 2 000 m d'altitude sur le relief du Conflent, du massif du Canigou ou du Haut-Vallespir.

Restez informés en consultant nos prévisions et la vigilance météorologique.

Cumuls de précipitations (en mm) prévus par le modèle ARPEGE entre lundi 20 à 18 h et jeudi 23 janvier 2020 à 18 h. Les plages de couleur en orange (>250 mm) voire rouge (>300 mm) balisent la zone potentiellement la plus touchée par cet intense « aiguat », située de part et d'autre de la frontière franco-espagnole
Cumuls de précipitations (en mm) prévus par le modèle ARPEGE entre lundi 20 à 18 h et jeudi 23 janvier 2020 à 18 h. Les plages de couleur en orange (> 250 mm) voire rouge (> 300 mm) balisent la zone potentiellement la plus touchée par cet intense « aiguat », située de part et d'autre de la frontière franco-espagnole.
© Météo-France.

 

Un épisode actuel remarquable pour un mois de janvier

Pour un mois de janvier (et saison hivernale de manière générale), l'épisode en cours (20 au 23 janvier 2020) s'annonce d'une rare intensité puisqu'on sera parfois au niveau des records mensuels sur des périodes de 24, 48 ou 72 heures. La station Météo-France du Cap Béar a d'ailleurs déjà battu son record de cumul de précipitation quotidien pour un mois de janvier avec 145,3 mm ce 20 janvier, battant les 106,0 mm du 19 janvier 1912 (mesures depuis 1879).

Ce qui est surtout remarquable dans l'épisode en cours ce sont donc les cumuls de précipitations très élevés (plus de 300 mm en 48 heures) en plein mois de janvier et plus généralement en hiver.

Jusqu'à présent, l'épisode le plus fort en 3 jours sur les Pyrénées-Orientales au cours d'un mois de janvier est celui du 15 au 17 janvier 1982 : jusqu'à localement 364 mm. La barre des 400 mm n'y a d'ailleurs jamais été dépassée hors de l'automne météorologique (période septembre-novembre).

C'est donc un épisode d'"aiguat" exceptionnel pour la saison, avec des quantités de neige en moyenne et haute montagne pouvant s'approcher des niveaux de 1986 (bien que beaucoup plus faibles aux basses altitudes).

Côté pluie, on restera bien en dessous des épisodes automnaux historiques, dont en particulier celui d'octobre 1940.

Octobre 1940, record historique de précipitation

Les aiguats sont statistiquement moins fréquents que les épisodes cévenols (qui se produisent entre Hérault, Gard, Lozère et Ardèche), mais potentiellement tout aussi diluviens. Le record métropolitain de pluie en 24 heures a d'ailleurs été observé pendant l'aiguat historique d'octobre 1940 : 1 000 mm à Saint-Laurent-de-Cerdans dans le Vallespir (haute vallée du Tech) le 17 octobre 1940. Avec des températures beaucoup plus élevées en octobre qu'en janvier, la composante neigeuse n'était pas un enjeu, contrairement à l'épisode en cours.

Cumul de pluie en 1 jour lors de l'aiguat du 17 et 18 octobre 1940

Comme pour le reste des régions méditerranéennes, les aiguats les plus remarquables se produisent à l'automne, entre septembre et novembre. Mais ces épisodes peuvent aussi se produire en hiver : dans des masses d'air plus fraîches qu'à l'automne, les cumuls pluviométriques sont généralement moindres (contenu atmosphérique d'eau précipitable plus faible dans de l'air plus froid) et le risque de crue éclair est moins important qu'en automne, mais des crues plus progressives des petits fleuves côtiers de la région (le Tech, la Têt, l'Agly, l'Aude, …) restent un enjeu potentiel, à quoi s'ajoute un risque de fortes chutes de neige (parfois collante) en montagne et un fort risque d'avalanches.

De tels épisodes associés à d'abondantes chutes de neige ont eu lieu dans le passé. Par exemple, on peut cite les épisodes pluvio-neigeux (neige à plus ou moins basse altitude) des 26-27 décembre 2008, 29 janvier 2006, 22-23 janvier 1992, 30-31 janvier 1986 ou 15-17 janvier 1982 et bien d'autres dans un passé plus lointain ( comme en février 1917). Ainsi : 

- Les 22 et 23 janvier 1992, un minimum d'altitude vient se caler au pied des Pyrénées puis se décale sur l'Espagne tandis que le champ de pression reste élevé sur la majeure partie de la France où les conditions anticycloniques dominent. Des chutes de neige parfois intenses se produisent sur le Languedoc-Roussillon. On relève jusqu'à 42 cm de neige à Perpignan et 52 cm à Carcassonne. Les cumuls de précipitations en 48 heures atteignent 100 à 200 mm sur une grande partie de l'Aude et les Pyrénées-Orientales avec 170 mm à Perpignan (66) et 190 mm à Fitou (11)

- Les 26 et 27 décembre 2008, tandis que des hauts géopotentiels sur les îles britanniques maintiennent un temps froid et sec sur le nord de la France, le sud est sous l'influence d'un minimum ibérique qui génère une tempête d'est sur la Méditerranée, des chutes de neige et de fortes précipitations sur les Pyrénées-Orientales et le sud de l'Aude avec des cumuls parfois supérieurs à 100 mm en 24 heures et atteignant en 48 heures 120 à 200 mm (maximum relevé : 213 mm à Opoul). On relève 30 à 90 cm de neige sur le relief et 5 à 20 cm en plaine.

 

Janvier 1986, record de neige

Si l'épisode d'octobre 1940 est une référence en termes de cumuls de pluie, l'épisode exceptionnel des 30 et 31 janvier 1986 est quant à lui une référence en termes de quantités abondantes de neige à basse altitude sur les Pyrénées-Orientales (à des altitudes durablement plus basses que l'épisode en cours). Il était tombé jusqu'à 2 m de neige dans le Haut Conflent (2 m à Mantet à 1 550 m et 1,80 m à Py à 1 023 m d'altitude) ou encore 1,50 m entre 500 et 800 m d'altitude le 31 janvier (1,60 m à Baillestavy à 585 m !). À l'époque, de grosses avalanches avaient eu lieu.

Hauteur de neige au sol lors de l'épisode du 30 et 31 janvier 1986
D'autres infos sur cet épisode.

 

 

*"aiguat" se prononce "aïgouate".
**1 mm=1l/m2.

Actualité par Météo-France