Imprimer Envoyer á un ami

France : 2019 au 3e rang des années les plus chaudes

10/01/2020

2019 : au 3e rang des années les plus chaudes en France métropolitaine depuis le début du XXe siècle

Ecart à la normale des températures moyennes de 1900 à 2019 sur la France

2019 s'est caractérisée par un soleil généreux et la prédominance de la douceur tout au long de l'année avec deux vagues de chaleur d'une intensité exceptionnelle durant l'été. La pluviométrie a été très contrastée. Déficitaire jusqu'à fin septembre, elle a atteint, au dernier trimestre, un excédent proche de 60 % avec des pluies très abondantes sur le sud du pays. De septembre à décembre, les régions méridionales ont été frappées par de violents épisodes méditerranéens accompagnés de pluies intenses qui ont généré des crues et des inondations localement dévastatrices, notamment dans l'Hérault, le Var, les Alpes-Maritimes et la Corse.

Températures

Les températures sont restées en moyenne plus élevées que la normale excepté en janvier et en mai.

La température moyenne annuelle de 13,7 °C a dépassé la normale* de 1,1 °C, plaçant l'année 2019 au 3e rang des années les plus chaudes depuis le début du XXe siècle, derrière 2018 (+1,4 °C) et 2014 (+1,2 °C).

Deux épisodes de canicule ont concerné la France du 25 au 30 juin puis du 21 au 26 juillet. De nombreux records absolus ont été battus sur l'ensemble du pays. De plus, le nouveau record absolu de chaleur pour la France a été mesuré avec 46 °C le 28 juin à Vérargues (Hérault) dans le Sud-Est. Ainsi, l'été 2019 s'est classé au 3e rang des plus chauds derrière 2003 et 2018.

Précipitations

La pluviométrie a été proche de la normale en moyenne sur la France et sur l'année mais très contrastée. Suite à un dernier trimestre 2019 très pluvieux, la façade ouest de l'Hexagone, la région Provence- Alpes-Côte d'Azur et la Corse ont été bien arrosées avec un excédent de 10 à 40 %, voire localement plus sur la Côte d'Azur. Le cumul annuel de précipitations a été plus conforme à la normale sur le reste du pays, hormis de la Lorraine au nord de l'Auvergne ainsi qu'en Languedoc-Roussillon où le déficit a souvent atteint 10 à 30 %, voire localement plus sur le Gard et l'Hérault.

De janvier à septembre, les précipitations sont restées déficitaires. Ce déficit pluviométrique associé à des températures estivales très élevées a provoqué un assèchement remarquable des sols superficiels, du Grand-Est au Massif central ainsi que sur le pourtour méditerranéen en fin d'été et début d'automne. Les passages perturbés qui se sont succédé d'octobre à décembre avec des précipitations très abondantes ont contribué au retour à la normale de la pluviométrie annuelle.

Écarts à la normale des températures et rapports à la normale des précipitations en France entre 1959 et 2019

Ensoleillement

L'ensoleillement annuel, généralement proche de la normale** sur le sud de la France,a été excédentaire de plus de 10 %sur une grande partie de la moitié nord ainsi que sur le Massif central. L'excédent a atteint 20 % sur le Centre-Val de Loire ainsi que plus localement sur les Ardennes et l'Alsace avec 2 177 heures de soleil à Colmar (Haut-Rhin), valeur supérieure à celle enregistrée à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) avec 2 051 heures.

retrouvez notre bilan complet de l'année 2019 avec notamment les évènements remarquables de 2019. 

*Moyenne de référence 1981-2010.
**Moyenne de référence 1991-2010.

Actualité par Météo-France