Imprimer Envoyer á un ami

Voile : Pierre Le Roy, météorologue, termine 5e sa traversée de l'Atlantique !

17/12/2019

Navigateur et météorologue à Météo-France, Pierre Le Roy a terminé sa traversée de l'Atlantique en solitaire 5e au classement général de la Mini-transat. 23 jours seul à bord de son voilier pour rallier La Rochelle aux Antilles avec une escale aux Canaries !
Pierre Le Roy voile course
 
Traverser l'Atlantique en solitaire, c'était votre rêve. Quel a été votre sentiment à l'arrivée ?
Un grand soulagement ! J'ai fait une belle course. Terminer 5e sur 65 concurrents, c'est une très belle place. C'est l'aboutissement d'un projet de plus de 4 ans, je suis très heureux de l'avoir réalisé jusqu'au bout.
 
Comment s'est déroulée la course ?
J'étais dans un vrai challenge. La situation météo était super intéressante. Au départ de la première étape, plusieurs perturbations se sont enchaînées, j'ai fait une route rapide en allant chercher des bascules de vent au niveau des fronts des perturbations. Nous sommes descendus à fond le long des côtes portugaises avec du vent fort, plus classique dans la zone. 
Lors de la deuxième étape entre les Canaries et Le Marin aux Antilles, nous avons eu des vents portants tout du long, ce sont les alizées, avec sur la fin des grains.
 
Plus de trois semaines, seul à bord et sans contact avec le monde… comment avez-vous vécu la solitude ?
Au final, j'ai dû passer cinq à six jours sans vraiment croiser personne… Mais je n'ai pas trop souffert de la solitude. J'y étais préparé. Et dans ma tête, j'étais en permanence en compétition avec les autres concurrents. J'avais l'esprit toujours occupé à ce que je faisais. 
 
Vous n'avez jamais eu peur ?
Si… j'ai eu quelques moments très très chauds ! Au bout d'une heure de course, lors de la seconde étape, j'avais déjà couché le bateau, avec les voiles à l'horizontale, on appelle ça un départ à l'abbatée, c'était brutal,… Je suis reparti pour ensuite, dans la manoeuvre suivante, enrouler une de mes voiles autour d'un câble ! Les vents étaient forts, j'avais voulu faire trop vite. Au milieu de l'Atlantique, j'ai été pris dans des rafales liés aux grains. C'était l'apocalypse, j'ai cru un moment que j'allais casser tout mon matériel. Heureusement, j'ai pu repartir et arriver entier à bon port !
 
Comment voyez-vous l'avenir ?
Je ne vais pas arrêter là ! Je suis passionné par la voile et la météo. J'aimerais poursuivre les courses sur de plus gros bateaux pour participer à la transat Jacques Vabre, ou à la Route du Rhum.. 
 
Quel a été votre plus beau souvenir de la course ? 
Je ne suis pas sûr qu'un moment en particulier prenne le dessus, j'ai été vraiment heureux en mer lors de cette transatlantique. J'ai eu des longs moments de bonheur : à la barre, avec le bateau qui glisse simplement sur les vagues, dans un vent régulier. Avec en plus un beau coucher de soleil ou un peu de musique à bord c'était vraiment magique.

Actualité par Météo-France