Imprimer Envoyer á un ami

Épisode méditerranéen : pluies intenses et inondations dans le Var et les Alpes-Maritimes

25/11/2019

Le sud-est de la France a été frappé ce weekend par un épisode méditerrannéen intense. Il est parfois tombé en 48 heures l'équivalent de 2 à 3 mois de pluie. Face à ces pluies extrêmes, les cours d'eau déjà alimentés par des sols gorgés d'eau ont réagi très significativement et provoqué des inondations dramatiques sur l'est du Var et l'ouest des Alpes-Maritimes.
 
Infographie : cumuls observés entre jeudi 21 novembre et dimanche 24 novembre 2019

L'équivalent de plusieurs mois de pluies en seulement quelques heures

Ce week-end, un système dépressionnaire s'est mis en place entre le golfe de Gascogne et la Méditerranée. Il  a fait remonter une masse d'air doux, humide et instable sur le sud-est de la France dès vendredi.
 
Ce sont d'abord les Cévennes qui ont été impactées par de fortes pluies entre vendredi et samedi matin. En 24 heures, il est tombé l'équivalent de 1 mois de pluie sur les Cévennes. On a ainsi observé entre vendredi 12 h et samedi 12 h :
  • 281,6 mm à Loubaresse (07) ;
  • 241,8 mm à Saint-Maurice-de-Ventalon (48) ;
  • 235,3 mm à Vialas (48) ;
  • 232 mm à Barnas (07).
Sur la Côte d'Azur, les pluies ont commencé à s'intensifier dans la nuit de vendredi à samedi. Elles ont persisté jusqu'au dimanche. En effet, un petit centre dépressionnaire s'est formé au large de la Provence et a entretenu un flux de sud à sud-est très perturbé jusqu'en milieu de journée de dimanche.
 
Sur le Var, c'est l'épisode le plus important depuis celui des 4 et 5 novembre 2011. Il est régulièrement tombé l'équivalent de 2 à 3 mois de pluie en 48 heures, entre vendredi 12 h et dimanche 12 h  :
  • 353,1 mm à Tanneron ;
  • 291,7 mm à Fréjus (mont Vinaigre) ;
  • 259,6 mm à Entrecasteaux ;
  • 256,7 mm à La Martre ;
  • 213,6 mm à Draguignan ;
  • 202,1mm aux Arcs.
Sur les Alpes-Maritimes, il est tombé l'équivalent de 1 à 2 mois de précipitation en 48 heures :
  • 304,4 mm à Coursegoules ;
  • 266 mm à Caussols ;
  • 230,5 mm à Chateauneuf-Grasse ;
  • 209,8 mm à Valbonne Sophia Antipolis ;
  • 209,6 mm au Mas.

Animation : précipitations entre vendredi et dimanche

 

Des cumuls de précipitations en 24 ou 48 heures qui se produisent en moyenne tous les 20 à 100 ans

Sur les départements de la Lozère, de l'Ardèche ou de la Drome mais aussi sur le sud des Alpes-de-Haute-Provence, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône et l'extrême sud-est des Hautes-Alpes, les cumuls de pluie en 48 heures ont atteint des niveaux que l'on estime survenir en moyenne une fois tous les dix ans : on parle de durée de retour décennale.

Mais c'est sur le Var et les Alpes-Maritimes, que les cumuls les plus exceptionnels pour la région ont été atteints : les niveaux de durée de retour 10 ans ont souvent été dépassés. On a même atteint des niveaux de durée de retour 20 ans, 50 ans voire 100 ans, très localement, à Tanneron (83) avec jusqu'à 354 mm tombés en 48 h entre le 22 novembre à 14 h locales et le 24 novembre à 14 h locales.

Une humidification des sols très rapide 

En lien avec l'épisode fortement pluvieux qui avait frappé le pourtour méditerranéen fin octobre 2019, le niveau d'humidité des sols mi-novembre était proche de la normale sur les départements cévenols, mais plus humide sur la région PACA.

Les pluies survenues entre le 21 et le 24 novembre ont nettement humidifié les sols qui sont actuellement proches de la saturation des Bouches-du-Rhône à l'ouest des Alpes-Maritimes. Ils atteignent même des niveaux record sur le département du Var pris dans son ensemble.

Humidité des sols, écart à la normale 1981-2010 le 21 novembre 2019   Humidité des sols, écart à la normale 1981-2010 le 24 novembre 2019 
Humidité des sols sur le Sud-Est, écart à la normale 1981-2010 le 21 novembre à gauche et  le 24 novembre 2019 à droite - © Météo-France

 

Changement climatique et épisodes méditerranéens 

Les observations depuis le milieu du XXe siècle montrent que les événements pluvieux les plus extrêmes sont de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses sur le pourtour méditerranéen, .

L'augmentation de l'intensité et de la fréquence des précipitations extrêmes sur le sud-est de la France est très probablement liée au réchauffement climatique en cours. Pour le futur, les modèles de climat semblent s'accorder sur une poursuite de l'intensification des événementsde précipitation extrêmes dans cette région. Ces résultats doivent être consolidés par les travaux de recherche en cours sur le lien entre changement climatique et épisodes de pluies extrêmes.

On trouvera plus d'informations sur les sites ClimatHD ou DRIAS.

Actualité par Météo-France