Imprimer Envoyer á un ami

Extension de la banquise arctique : point au 6 novembre

06/11/2019

Après un regel automnal extrêmement poussif dans le bassin arctique en première quinzaine d'octobre, l'englacement s'est accéléré en deuxième quinzaine du mois, sauf côté Pacifique, où l'extension de la banquise demeure exceptionnellement basse pour la période. En moyenne sur le mois, octobre bat un nouveau record de basse extension de banquise...

Évolution au cours du mois d'octobre

Tout au long du mois d'octobre, en données quotidiennes, l'extension de la banquise arctique est passée (non montré) de la troisième place au début du mois d'octobre au record de basse extension du 13 au 30 octobre inclus (devant la courbe de 2016, précédent record bas pour cette époque de l'année). Puis, du 31 octobre jusqu'en ce début novembre, la courbe d'extension de 2016 est repassée en première place, reléguant celle de 2019 en seconde place...
 

Moyenne de la superficie des surfaces recouvertes par la banquise (« extent ») sur les mois d'octobre de 1979 à 2019. Le taux linéaire de déclin pour les mois d'octobre est de 81 400 km² de baisse par an, ou encore 9,8 % de baisse par décade, relativement aux moyennes 1981/2010. © NSIDC (National Snow And Ice Data Center).

En tout cas, en moyenne sur tous les jours d'octobre, on n'avait jamais observé une banquise si peu étendue en arctique depuis le début des mesures satellite en 1979. Ce record bas confirme la tendance au déclin observée ces dernière décennies (cf. figure ci-dessus).

Une reprise de l'englacement très inégale selon les secteurs


Représentation de la surface de banquise gagnée entre le 1er octobre (en bleu ciel très clair) et le 4 novembre 2019 (en bleu). Bien sûr, la couleur bleu marine décrit les zones non prises par les glaces au 4 novembre. Données du NSIDC (crédit NSIDC). On a rajouté sur cette carte deux cercles rouges indiquant les mers « les plus à la traîne » en termes d'englacement en ce début novembre. On a aussi indiqué, en vert, la localisation de l'archipel du Svalbard où on peut noter le retour de conditions de banquise proches des normales.


Le regel automnal a été particulièrement poussif durant la première moitié d'octobre, avant de connaître une accélération notable en seconde moitié de mois, notamment en mer de Laptev et en mer de Sibérie Orientale. On peut noter qu'autour de l'archipel du Svalbard, la banquise a retrouvé des conditions proches des normales pour cette époque de l'année, dans la continuité de l'hiver dernier, ce qui tranchait avec les hivers précédents. En revanche, la lisière des glaces est restée remarquablement plus nord que sa localisation normale en mers de Kara et de Barents, mais surtout côté Pacifique, en mer de Beaufort et en mer des Tchoutkches.

La mer des Tchouktches, qui ne montre toujours pas de signes convaincants d'embâcle, a sa courbe d'extension de banquise qui navigue en « eaux inconnues » de façon stupéfiante depuis le 15 octobre. Cette reprise extrêmement poussive côté Pacifique s'explique en partie par la synoptique météo peu favorable au froid dans le secteur en octobre, mais aussi à des mers qui ont eu le temps d'emmagasiner plein de chaleur durant la saison estivale, et relâchent à l'automne une quantité considérable d'énergie. En effet, le processus de refroidissement des mers pour lentement et progressivement atteindre le point de congélation (-1,8 °C en eau salée), libère dans l'atmosphère arctique énormément de chaleur dans les basses couches.

Actualité par Météo-France