Imprimer Envoyer á un ami

Super cyclone Kyarr : deuxième cyclone le plus puissant en mer d’Arabie

28/10/2019

Mise à jour mardi 29 octobre
Le super cyclone Kyarr évolue, ce 29 octobre, en mer d'Arabie. Ce matin, il se situait à environ 500 km des côtes d'Oman et pointait en catégorie 4 de l'échelle Saffir-Simpson, avec des vents soutenus (moyennés sur 1 minute) estimés à 215 km/h et des rafales à 260 km/h.
 
Image du satellite METEOSAT 8 du 28 octobre 2019 à 02h30 UTC - Kyarr s'est métamorphosé en cyclone tropical très intense.
 Kyarr, un super cyclone en mer d'Arabie. © Météo-France.

Deuxième cyclone le plus puissant en mer d'Arabie

Issu d'une dépression tropicale formée en mer d'Arabie le 24 octobre, Kyarr a été catégorisé super cyclone dès le 27 octobre par l'IMD (Indian Meteorological Department), classe la plus élevée sur l'échelle utilisée dans ce bassin, ou en échelle Saffir-Simpson, dans le haut de la catégorie 4. Il y est resté jusqu'à la nuit dernière, avant de commencer à faiblir, repassant ainsi ce matin en catégorie « tempête cyclonique extrêmement intense ».
C'est le deuxième cyclone le plus puissant observé en mer d'Arabie, derrière le super cyclone Gonu  en 2007. 
Avec une pression de 915 hPa mesurée au coeur du cyclone, c'est aussi la deuxième plus basse pression mesurée dans le bassin de l'océan Indien nord derrière le cyclone Odisha en 1999, le plus puissant jamais observé dans le golfe du Bengale.

Évolution prévue

En raison d'un environnement moins propice à son entretien, Kyarr continuera à faiblir régulièrement dans les prochains jours. Il devrait d'abord très probablement se diriger vers l'ouest-nord-ouest jusqu'au 30 octobre (alors vraisemblablement en catégorie 3 ou 2), puis sa trajectoire devrait ensuite s'incurver au sud-ouest, en direction du golfe d'Aden, longeant les côtes d'Oman et du Yemen, sur plusieurs jours, pour se diriger vers l'île yéménite de Socotra tout en continuant à faiblir. Les bandes pluvieuses associées au cyclone pourraient ainsi arroser les côtes sud de la péninsule arabique ces premiers jours de novembre.

Une forte activité dans le bassin de l'océan Indien nord en 2019

Le bassin de l'océan Indien nord est relativement peu actif, avec en moyenne environ cinq systèmes par an. 
Les cyclones se forment habituellement entre avril et décembre, avec deux périodes privilégiées, l'une en mai-juin, et l'autre en octobre-novembre, la période de mousson étant peu propice à la formation cyclonique, en raison du cisaillement vertical associé aux vents de moussons. De plus, les cyclones ne se forment pas ou n'atteignent pas une forte intensité sur l'ouest de la mer d'Arabie, grâce à la présence d'air sec en provenance du désert de la péninsule arabique. 
 
Cette saison 2019 est la plus active en terme d'énergie cyclonique accumulée*, dépassant la saison 2007. Sans compter la tempête cyclonique Pabuk, née en mer de Chine méridionale, dans le bassin Pacifique Nord-Ouest, qui a changé de bassin en traversant la péninsule malaisienne, Kyarr est le 4e phénomène cyclonique de la saison dans l'océan Indien nord, après Fani, Vayu et Hikaa. Fani avait notamment atteint le stade de tempête cyclonique extrêmement sévère, avec des vents correspondant à la catégorie 4 de l'échelle de Saffir-Simpson.
Energie cyclonique dans l'océan Indien nord durant la saison 2019
Énergie cyclonique dans l'océan Indien nord durant la saison 2019. © Météo-France.
 
*À chaque cyclone est associée une énergie cyclonique accumulée, ou ACE, fonction de l'intensité de ses vents et de sa durée de vie. L'énergie accumulée au cours de la saison est ensuite calculée en additionnant les ACE des différents cyclones de la saison. 

Actualité par Météo-France