Imprimer Envoyer á un ami

Le super-typhon Hagibis touchera le Japon avec des rafales à plus de 200 km/h

11/10/2019

Mise à jour le 11 octobre 2019
Ce vendredi matin 11 octobre, le super-typhon Hagibis est situé à un peu plus 700 km au sud-sud-ouest de Tokyo, et présente des rafales de vent encore extrêmement violentes, estimées à 260 km/h. Il devrait lentement baisser d'intensité en se dirigeant vers la baie de Suruga (préfecture de Shizuoka, au sud-est de la région de Chūbu) samedi avec des rafales voisines de 200-220 km/h. Le typhon poursuivra sa route vers le nord-est, menaçant la région de Tokyo qui pourrait subir de fortes pluies. La capitale japonaise pourrait également être balayée par des rafales à plus de 170/180 km/h.
 
Image du satellite Himawari-8 : le super-typhon Hagibis le vendredi 11 octobre 2019
 L'oeil du Super-typhon Hagibis vendredi 11 octobre. © Météo-France.
Le typhon Hagibis - image du satellite Himawari8 le 8 octobre 2019
Le typhon Hagibis – image du satellite Himawari8 le 8 octobre 2019. © Météo-France.
 

Hagibis menace le Japon

Le Japon, déjà touché il y a un mois par le passage sur l'agglomération de Tokyo du typhon Faxai, surveille l'évolution d'Hagibis.
Le super-typhon se dirige en effet vers le nord et devrait toucher la région de Chūbu sur l'île principale de Honshu, avec des rafales autour de 200-220 km/h, samedi matin (heure de Paris). En plus des fortes rafales de vent, la région pourrait connaître des précipitations intenses (300 à 400 mm de pluie), de fortes vagues et une surélévation du niveau de la mer au passage du typhon. 
Hagibis poursuivra ensuite sa route vers le nord-est. La région de Tokyo pourrait alors être menacée, notamment par les pluies diluviennes liées au typhon, mais aussi par des rafales à plus de 170-180 km/h.
 
Il y a encore des incertitudes quant à la trajectoire et l'intensité exactes de ce typhon. Vous pouvez suivre l'évolution d'Hagibis ici
 
Trajectoire prévue d'Hagibis par le JMA le 11 octobre 2019
Trajectoire prévue d'Hagibis du vendredi 11 au dimanche 13 octobre 2019 par la Japan Meteorological Agency. © JMA.

Une intensification remarquablement rapide

Ce typhon est remarquable par sa puissance, mais surtout par son intensification extrêmement rapide entre dimanche 6 octobre et lundi 7. En effet, il est passé du stade de tempête tropicale à la catégorie 5 en moins de 24 heures. Plus précisément, ses vents ont gagné 145 km/h en 18 heures, ce qui constitue l'intensification la plus rapide d'un typhon observée depuis le typhon Yates en 1996.

À son maximum (provisoire) d'intensité lundi 7 à la mi-journée, Hagibis pointait à 915 hPa avec des vents moyennés sur 1 minute maximaux à 260 km/h. Hagibis est le 4e cyclone de catégorie 5 de 2019 après Wutip (typhon du nord-ouest du Pacifique), Dorian et Lorenzo (ouragans de l'Atlantique Nord), le deuxième sur le bassin Pacifique.
 
 
L'échelle de Saffir-Simpson
 
Pour qu'une telle intensification ait pu avoir lieu, il a fallu qu'Hagibis bénéficie de la conjonction d'eaux de surface très chaudes (29 à 30 °C) sur lesquelles il a puisé son énergie et d'un environnement atmosphérique très favorable (faible cisaillement vertical1 et divergence d'altitude2) qui lui ont permis de maintenir sa structure.
 
Une phase classique dite de cycle de remplacement du mur de l'oeil (ERC pour Eyewall Replacement Cycle) s'est opérée ensuite et a provoqué une légère baisse de l'intensité du typhon3. L'oeil est actuellement renouvelé, très bien structuré. 

Des cyclones plus intenses avec le réchauffement climatique

 
Quel est l'impact du changement climatique sur les cyclones ? Les explications de Fabrice Chauvin, chercheur Météo-France au CNRM, à lire ici. 
 
1. Le cisaillement vertical du vent est la variation de vitesse et/ou de direction du vent avec l'altitude. Un faible cisaillement permet au cyclone de garder sa structure symétrique verticale et ainsi de se renforcer. 
 
2. Un écoulement divergent en altitude (les vents s'éloignent du centre) favorise l'évacuation des particules dans leur mouvement ascendant à l'intérieur du cyclone, entretenant les basses pressions en son sein.  
 
3. Dans le cas des cyclones intenses (de catégorie 3 ou plus) possédant un œil relativement petit, des bandes convectives se renforcent autour de l'oeil initial et tendent à former un second mur, se propageant vers le centre du cyclone et affaiblissant le mur de l'oeil intérieur. Ce processus se poursuit jusqu'à la formation par l'oeil « extérieur » d'un nouvel œil. Durant cette phase, les vents les plus violents associés au mur de l'oeil intérieur faiblissent, d'où un affaiblissement temporaire du cyclone. Une fois le processus terminé et le nouvel œil formé, le cyclone peut s'intensifier à nouveau.
 

Actualité par Météo-France