Imprimer Envoyer á un ami

Des sols toujours très secs début octobre

04/10/2019

Malgré les pluies qui touchent l'ensemble du pays depuis le 21 septembre, la sécheresse des sols reste préoccupante sur de nombreuses régions. 
Carte sécheresse
Du Nord au Grand Est, du Centre-Val de Loire à la Bourgogne et au Massif Central ainsi que de la Savoie au pourtour méditerranéen notamment sur le Gard, l'Hérault, le nord du Vaucluse et le sud de l'Ardèche et de la Drôme, ces trois derniers mois sont restés particulièrement secs. 
Toutefois, la façade ouest du pays reste à l'abri d'une sécheresse sévère.
Le retour de la pluie sera bienvenu, mais ne devrait pas suffire à réhumidifier les sols lors des prochains jours.
 
Différents types de sécheresse
La sécheresse des sols superficiels (dite "agricole" *) ne constitue qu'une composante de la situation hydrologique globale. Les autres composantes de la sécheresse comme le débit des rivières ou le niveau des eaux souterraines sont suivies par les services du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES). Pour plus d'informations sur la situation hydrologique globale : consulter le site eaufrance.
 
 On distingue plusieurs types de sécheresses 
-    La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
-    La sécheresse des sols, dite "agricole", se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
-    La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces différentes sécheresses peuvent intervenir à différents moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

Actualité par Météo-France