Imprimer Envoyer á un ami

Sécheresse : toujours peu de pluie en perspective

13/09/2019

Mise à jour le 16/09/2019
 
Depuis le début du mois, il ne pleut pas ou très peu selon les régions ! Après un weekend estival et alors que le mois de septembre est déjà très sec sur la majeure partie du pays, les conditions restent anticycloniques cette semaine, surtout au nord du pays, sous l'influence de hautes pressions sans cesse réalimentées sur l'Europe de l'ouest. Une situation qui risque d'aggraver la sécheresse des sols déjà marquée. 
 

Un début d'automne météo anticyclonique

Depuis le début du mois, l'anticyclone n'est jamais bien loin du pays, avec une cellule de hautes pressions qui s'est régulièrement positionnée sur l'Atlantique, entraînant un flux de nord-ouest par moment bien frais, mais à tendance nettement anticyclonique. 
Pression au niveau de la mer - moyenne du 1 au 12 septembre 2019

Pression réduite au niveau de la mer en moyenne sur les 12 premiers jours de septembre 2019.  - © Météo-France

Peu de pluie dans les pluviomètres…

Septembre 2019 : Rapport à la moyenne mensuelle de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations
En moyenne sur la France, depuis le début du mois, le cumul de précipitations partiel est de 9,8 mm. Cette valeur n'est pas un record pour la période (huit années sont plus sèches depuis 1956), mais cache des disparités régionales assez importantes. 
En particulier, une très grande majorité de régions, dont le Limousin, le Centre, l'Auvergne, Rhône-Alpes, n'a pas dépassé les 5 mm depuis le début du mois. Ce faible cumul sur douze jours, notamment en fin de période estivale n'est pas inédit. Mais il fait suite à un déficit chronique de pluie dans certaines régions depuis parfois de longs mois.
 

Pas de pluie à Paris depuis le 18 août dernier !

Il n'a pas plu à Paris depuis le 18 août dernier. Depuis le 19, cela fait donc 26 jours qu'il n'a pas plu, et compte tenu des prévisions, cette série devrait dépasser les 30 jours... Une série potentiellement inédite depuis 1895 pour un second semestre (de juillet à décembre). Cette série est d'autant plus stupéfiante qu'elle succède à une autre période sans pluie de 27 jours, du 21 juin au 17 juillet 2019. Jamais Paris Montsouris n'avait enregistré deux séries « sèches » si longues (d'au moins 25 jours) dans la même année, a fortiori dans le même été !
 

Poursuite des conditions anticycloniques

Les prévisions à court et moyen terme indiquent qu'une puissante dorsale d'altitude va nous accompagner encore plusieurs jours, et probablement jusqu'à l'équinoxe d'automne le 23 septembre. Cette dorsale d'altitude sera associée à un temps estival ce week-end, jusqu'au nord du pays. Le rafraichissement des températures au nord la semaine prochaine ne remettra pas en cause la domination des hautes pressions, qui se positionneront durablement sur les îles britanniques. Cette situation dite de « blocage » devrait se maintenir plusieurs jours avec la bise sur le nord du pays, qui contribuera à l'assèchement des sols. Au sud, la chaleur résistera mieux, et pourrait de nouveau gagner le nord le week-end suivant... Dans tous les cas, mise à part un peu d'instabilité orageuse essentiellement sur le relief du sud, aucune perturbation pluvieuse d'envergure n'est prévue. La situation de sécheresse des sols superficiels risque donc de s'aggraver. 
 

​Une sécheresse des sols proche des records

Indice d'humidité des sols

Depuis le début de l'été l'indice d'humidité des sols superficiels est très faible sur l'ensemble du territoire. Ceci est dû au déficit de pluviométrie estivale (20% sur le pays, voire 30% à 60% sur certaines régions du centre, du nord-est et du sud-est) et aux fortes températures qui ont renforcé l'évaporation des sols.

Depuis la fin du mois août, il atteint des valeurs inférieures au premier décile (c'est-à-dire qu'il se situe parmi les 10% des valeurs les plus sèches depuis 1958 pour cette période l'année). Le déficit marqué de précipitations en septembre a encore renforcé l'asséchement des sols, l'humidité étant maintenant proche des valeurs records pour mi-septembre. Les faibles précipitations prévues pour les prochains jours et les températures qui vont rester élevées contribueront à maintenir cet état de forte sécheresse.

Consultez notre dernier bulletin de suivi hydrologique ici .
 
 

Actualité par Météo-France