Imprimer Envoyer á un ami

Climat : juillet 2019 le mois le plus chaud sur le globe ?

07/08/2019

Selon les chiffres publiés lundi 5 août par Copernicus Climate Change Service (C3S), le mois de juillet 2019 pourrait avoir été le mois le plus chaud sur le globe, dépassant très légèrement le précédent record détenu par juillet 2016.

Anomalie de température de surface de l'air par rapport à la normale à gauche sur le globe, à droite en Europe pour juillet 2019 Anomalie de température de surface de l'air par rapport à la normale à gauche sur le globe, à droite en Europe pour juillet 2019 - © Copernicus

Les chiffres de C3S, basés sur les réanalyses ERA5 issues du Centre Européen de Prévision, donnent les températures suivantes :

  • Juillet 2019 : anomalie de +0,563 °C* (valeur absolue d'environ 16,63 °C) ;
  • Juillet 2016 : anomalie de +0,527 °C* (valeur absolue entre 16,59 et 16,60 °C) ;

    d'où un écart de 0,036 degrés entre les deux mois, arrondi à 0,04°C dans la publication d'origine.

La marge étant très faible (moins de 0.04°C) et étant données les incertitudes sur l'estimation de la température globale (pouvant aller jusqu'à + ou - 0.1°C), on préfère paler au conditionnel. En tout cas, il apparaît avec quasi-certitude que juillet 2019 se situe parmi les deux mois de juillet les plus chauds sur la planète, au côté de juillet 2016 (quel que soit le classement réel de l'un par rapport à l'autre).

Juillet étant, en moyenne climatologique, le mois de l'année le plus chaud sur la planète, cela revient à dire, dans ce cas précis, que juillet 2019 et 2016 sont les mois les plus chauds tousmois confondus jamais observés sur la planète (on dispose de données de température globale depuis au moins la fin du 19e siècle).

D'autres bilans thermiques globaux seront publiés dans les prochaines semaines par d'autres services météorologiques (NASA, NOAA, JMA, Met Office...), permettant de préciser la première ou deuxième position (voire l'impossibilité de trancher clairement).

L'année 2016 reste à ce jour l'année la plus chaude (en moyenne sur les 12 mois de l'année) jamais observée sur la planète (anomalie de +0.63°C par rapport à la moyenne annuelle 1981-2010, là aussi selon le jeu de données ERA5). 2016 avait bénéficié d'un coup de pouce du très puissant El Niño de fin 2015 (événement connu pour augmenter la température globale dans les mois qui suivent), s'ajoutant à la tendance de fond du réchauffement climatique global.

* par rapport à la moyenne mensuelle globale climatologique de juillet calculée sur la période de référence 1981-2010 (qui est de 16,07 °C).

Actualité par Météo-France