Imprimer Envoyer á un ami

Plus de soleil en Bretagne... qu'en Corse depuis début juillet !

16/07/2019

La première quinzaine de juillet a été particulièrement ensoleillée sur une partie nord-ouest du pays, à la faveur des hautes pressions souvent bien installées entre l'Atlantique et les Iles britanniques.

Ensoleillement du 1er au 15 juillet 2019

La ville de Dinard, en Ille-et-Vilaine, se hisse en tête du podium des villes les plus ensoleillées de métropole, avec 194 heures et 20 minutes d'ensoleillement entre le 1er et le 15 juillet. C'est près de deux fois plus que la normale d'un début juillet. Dinard pulvérise ainsi son précédent record sur la période, qui datait de 1985. 

Avec une moyenne de 186 heures d'ensoleillement du 1er au 15 juillet inclus, la région Bretagne est la région la plus ensoleillée du pays. Viennent ensuite les Pays de Loire avec un ensoleillement de 185 heures. La Corse, avec 176 heures, est suivie de près par la Normandie avec 172 heures de soleil. 

Records battus en de nombreuses stations

Le record d'ensoleillement sur les 15 premiers jours de juillet a été battu sur 17 stations du réseau principal de Météo-France.

 

Plusieurs villes du Nord-Ouest comme Lorient, Nantes, Rennes ou Quimper ont même été plus ensoleillées qu'Ajaccio où l'ensoleillement a été proche des normales (185 heures) ! 

Pas une goutte de pluie à Paris-Montsouris depuis le 21 juin !

Cet ensoleillement va de pair avec un déficit de précipitations sur une grande partie nord du pays.

Cumul mensuel des précipitations juillet 2019

Il n'est pas tombé une seule goutte de pluie depuis le début du mois de juillet à la station de Paris-Montsouris. C'était arrivé une seule fois auparavant en 1959. L'absence de précipitations remonte même au début de l'été calendaire. Sur cette période, c'est totalement inédit sur cette station ouverte en 1872.

Cette absence totale de précipitations depuis le début de l'été calendaire a également été observée à Trappes (Yvelines), Chartres et Châteaudun (Eure-et-Loir).

Ailleurs, sur une grande partie de la moitié nord, les cumuls de pluie sur la période sont exceptionnellement faibles. Ils atteignent des niveaux bas record dans plusieurs stations : 

Station

Cumul (en mm)
depuis le 21/06/2019

Précédent record
sur la période

Paris-Montsouris

0

2,4 (2018)

Trappes

0

2,8 (1949)

Chartres

0

2,4 (2015)

Châteaudun

0

4,3 (2015)

Beauvais

0,2

4,3 (1952)

Orly

0,2

1,2 (1949)

Pontoise

0,2

3,3 (1955)

Le Bourget

0,2

1,5 (1949)

Melun

0,2

1,4 (2015)

Tours

0,2

2,0 (2015)

Romorantin

0,6

4,6 (2015)

Reims

0,6

1,2 (1949)

Orléans

1,0

1,6 (1952)

Poitiers

1,0

1,8 (2015)

Saint-Quentin

1,0

3,2 (2018)

Le Mans

1,2

3,8 (2015)

Saint-Dizier

1,4

5,4 (1964)

Nantes

5,8

9,4 (1948)

 

Actualité par Météo-France