Imprimer Envoyer á un ami

Canicule : une vague de chaleur sans précédent en juin

24/06/2019

La chaleur s'accentue encore nettement dès aujourd'hui et à partir de demain mardi, on attend 35 à 40 °C sur la grande majorité des régions. Un pic de chaleur à l'échelle du pays devrait être atteint jeudi et vendredi avec des températures proche des 40 °C jusqu'au nord de la Loire. 

Ces très fortes chaleurs persisteront jusqu'à samedi, particulièrement sur la moitié est. Des records de températures seront régulièrement battus.

 
Masse d'air et géopotentiel à 500 hPa
Masse d'air et géopotentiel à 500 hPa - © Météo-France

Jusqu'à 39 °C en région parisienne, 40 °C dans le Grand Lyon : les grandes agglomérations particulièrement vulnérables

Les agglomérations sont particulièrement vulnérables lors des épisodes de fortes chaleurs. La température y est en effet plus élevée qu'aux alentours. Ce phénomène appelé îlot de chaleur urbain est particulièrement marqué en période de fortes chaleurs. La semaine prochaine, Paris et Lyon seront exposées à des températures exceptionnelles pour un mois de juin, particulièrement en terme de températures minimales.

À Paris, on attend 32 à 34 °C dès lundi, avec des températures nocturnes supérieures à 20 °C. Mardi, le mercure atteindra 35 à 38 °C. Puis 36 à 39 °C à partir de mercredi jusque vendredi. Les minimales se situeront entre 22 et 24 °C.

À Lyon, on attend 34 à 36 °C en journée de lundi. La nuit, le mercure ne descendra pas sous la barre des 20 °C. De mardi à vendredi, il fera entre 37 à 40 °C avec des températures minimales comprises entre 22 à 25 °C. L'agglomération lyonnaise pourrait subir ces très fortes chaleurs jusqu'au weekend suivant. 

L'Îlot de chaleur urbain

La température en ville est en effet souvent plus élevée que dans les zones rurales alentour, en particulier la nuit. Ainsi on relève des différences nocturnes, de l'ordre de 2 à 3 °C en moyenne annuelle entre Paris et les zones rurales alentour. Ce phénomène, appelé îlot de chaleur urbain (ICU) est particulièrement intense lors de la conjonction de paramètres météorologiques, notamment en période de fortes chaleurs. L'îlot de chaleur urbain peut alors atteindre près de 10 °C en Ile-de-France . 

De l'air chaud en provenance du Maghreb et de l'Espagne

Ce week-end, des conditions anticycloniques avec de hautes pressions reviennent sur le pays à l'avant d'une dépression sur l'Atlantique. Un flux de sud s'installe entre les deux systèmes et fait remonter une masse d'air très chaud sur le pays en provenance du Maghreb et de l'Espagne.

Un épisode remarquable par sa précocité et son intensité

Cette vague de chaleur s'annonce exceptionnelle pour un mois de juin. Les vagues de chaleur et canicule touchent particulièrement l'Hexagone entre début juillet et mi-août. Cependant, ces dernières années, la France a connu des épisodes de fortes chaleurs précoces et tardives, comme juin 2017. Depuis 1947, seule la vague de chaleur du 18 au 28 juin 2005 avait été aussi précoce. L'épisode attendu s'annonce bien plus intense, sans précédent au mois de juin.

Quels sont les dangers d'une canicule ?

Canicule et fortes chaleurs représentent un risque important pour la santé. Le danger est toutefois plus grand pour les personnes âgées, les nourrissons et les enfants, les personnes handicapées, les personnes atteintes de maladie chronique ou de troubles de la santé mentale, les personnes qui prennent régulièrement des médicaments, les femmes enceintes et les personnes isolées. Les sportifs et les personnes qui travaillent dehors peuvent aussi être vulnérables. Les conséquences les plus graves peuvent être :

La déshydratation Ses symptômes : des crampes musculaires aux bras, aux jambes, au ventre et un épuisement qui se traduit par des étourdissements, une faiblesse, une tendance inhabituelle à l'insomnie.

Le coup de chaleur Le coup de chaleur (ou hyperthermie) survient lorsque le corps n'arrive plus à contrôler sa température qui augmente alors rapidement. On peut le repérer par une agressivité inhabituelle, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, des somnolences et une soif intense et/ou une confusion, des convulsions et une perte de connaissance. Il doit être signalé aux secours dès que possible.

Comment se protéger ? Consultez ici les conseils de comportement du Ministère des Solidarités et de la Santé https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

Changement climatique : des vagues de chaleur plus intenses et plus fréquentes

Le recensement des vagues de chaleur depuis 1947 montre une nette augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur : elles ont été deux fois plus nombreuses au cours des 34 dernières années que sur la période antérieure.

En France, leur fréquence et leur intensité devraient augmenter au cours du siècle. La fréquence des événements devrait doubler d'ici à 2050. En fin de siècle, ils pourraient être non seulement bien plus fréquents qu'aujourd'hui mais aussi beaucoup plus sévères et plus longs, avec une période d'occurrence étendue de la fin mai au début du mois d'octobre.

Le contrôle des émissions de gaz à effet de serre sera déterminant pour leur stabilisation dans la seconde moitié du 21e siècle. Avec une politique climatique conduisant à stabiliser le réchauffement climatique avant la fin du siècle, le nombre de jours de vagues de chaleur ne devrait augmenter que faiblement au cours de la deuxième moitié du 21e siècle. Sans politique climatique, il y a 3 chances sur 4 pour que le nombre de jours de vagues de chaleur augmente de 5 à 25 jours selon les régions par rapport à la période 1976- 2005.

 

Chaleur : chiffres-clé en métropole

19,9 °C : température moyenne en été (i.e. du 1er juin au 31 août)

Top 3 des températures maximales les plus élevées
44,1 °C le 12 août 2003 à Saint-Christol-les-Alès & Conqueyrac (Gard)
44 °C le 6 août 2003 à Conqueyrac (Gard)
43,9 °C le 4 août 2003 à Saint-Géry (Lot) 

Top 3 des températures minimales les plus élevées
30,5 °C le 1er août 2017 à Marignana (Corse-du-Sud)
30,3 °C le 4 août 2018 à Perpignan (Pyrénées orientales)
29,8 °C le 14 août 2003 Calvi (Haute-Corse) 

 

 

Actualité par Météo-France