Imprimer Envoyer á un ami

Europe : fraîcheur remarquable à l'ouest, records de chaleur à l'est

13/06/2019

La France et l'Europe de l'ouest connaissent depuis début juin des conditions automnales, fraîches et maussades... tandis que, plus à l'est, des conditions estivales parfois caniculaires se sont installées ! Entre les deux, des orages violents, parfois spectaculaires, touchent l'Europe centrale. 

Anomalie de températures sur l'Europe du 1 au 12 juin
Anomalie de températures sur l'Europe du 1 au 12 juin analysée par le modèle européens ECMWF - © Météo-France

 

Beaucoup plus chaud en Pologne qu'au Portugal !

L'anomalie chaude a été surtout forte de l'est de l'Allemagne aux pays baltes en passant par la Pologne avec des valeurs de 30 à 35 °C plusieurs jours de suite. Quelques records mensuels de juin ont été battus mercredi 12 juin, comme à Minsk avec 32,7 °C (battant les 32,5°C du 23 juin 1964) ou à Vilnius avec 34,1 °C (contre 33,4 °C le 29 juin 1940). Hier, 12 juin, la Lituanie a observé sa température la plus élevée jamais observée en juin avec jusqu'à 35,7 °C ! Il pourrait faire encore plus chaud ce jeudi 13 juin. 

On a également relevé 33,9 °C à Berlin à deux reprises les 3 et 5 juin.

Pendant ce temps-là... l'ouest du continent a connu ces dix derniers jours des conditions plus proches de l'automne que d'un début d'été métorologique (qui s'étend du 1er juin au 31 août) d'abord sous le joug de la tempête Miguel entre le 7 et le 8 juin puis sous l'infleunce d'une puissante goutte froide avec des températures de -26°C vers 5500 m d'altitude le 11 juin dans l'ouest de la France.

Voici pour quelques villes les moyennes des températures maximales du 1er au 12 juin 2019 avec l'écart à la normale (1981-2010) :

Villes

Température moyenne

Ecart à la normale

Varsovie

28,2°C

+7°C

Berlin

29,5°C

+8,5°C

Paris

22,2°C

+0,5°C

Dublin

15,1°C

-1°C

Madrid

26,9°C

-1°C

Porto

20,2°C

-2,5°C

 

Entre les deux masses d'air, des orages parfois violents

Des orages parfois violents ont éclaté à la limite de ces deux masses d'air, entre les descentes d'air froid et humide d'Atlantique nord vers l'Europe de l'ouest et les remontées d'air chaud et sec nord africain. 

Des chutes de grêlons de taille impressionnante jusqu'à 5 à plus de 10 cm de diamètre ont été observées. De tels grêlons peuvent atteindre un poids de plusieurs centaines de grammes (seuls les mouvements ascendants puissants à l'intérieur des cumulonimbus permettent de les maintenir en suspension dans l'atmosphère jusqu'à ce qu'ils tombent violemment sous l'effet de leur poids) et provoquent des dégâts importants au sol, comme cela a été observé notamment le 11 juin en Slovénie ou sur l'ouest de la Pologne. 

Actualité par Météo-France