Imprimer Envoyer á un ami

En avril, ne te découvre pas d’un fil...

04/04/2019

Rarement l'adage n'aura été aussi justifié puisque nous venons de connaître une baisse brutale des températures en 48 heures au passage d'une perturbation active qui a balayé la France du nord-ouest au sud-est, qui s'est accompagnée de précipitations localement fortes comme sur l'extrême Sud-Est où les cumuls ont parfois dépassé les 100 millimètres en 24 heures (faisant suite à une séquence sèche exceptionnellement longue puisqu'il n'était pas tombé une goutte d'eau à Nice depuis le 3 février 2019). Il a neigé sur l'ensemble des massifs parfois à très basse altitude. Plus à l'ouest, le ciel dégagé de la nuit a favorisé le retour des gelées localement marquées.
 

De la pluie et de la neige...

Les cumuls de pluie en 24 heures (du 3 avril à 8 h au 4 à 8 h) ont parfois dépassé les 100 mm sur les Alpes-Maritimes comme à Peille (située sur les hauteurs à 1 100 m, entre Monaco et Menton) avec 127 mm, 110 mm à Sospel et 109 mm à Menton. À Cannes, il est tombé presqu'autant de pluie en 24 heures (90 mm) que du 1er janvier au 2 avril (93 mm). Les pluies ont revêtu un caractère orageux en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, un phénomène tourbillonnaire (possiblement une tornade) a été observé dans la région de Villeneuve-Loubet dans les Alpes-Maritimes. Il est à noter que le Languedoc-Roussillon a été peu concerné par cette perturbation mais le sera davantage par un autre front pluvieux balayant le sud de la France entre vendredi 5 et samedi 6 avril. La perturbation ayant été surplombée par la descente d'air froid d'origine polaire qui a envahi le pays, les limites pluie/neige se sont rapidement effondrées dans la journée de mercredi 3 et la nuit suivante pour finir pratiquement jusqu'en plaine. Ainsi, on a relevé ce jeudi 4 avril, en début de journée, 1 centimètre de neige sur l'aéroport de Bâle-Mulhouse, 2 cm dans l'agglomération grenobloise et 5 cm à Annecy à 455 mètres d'altitude. En altitude, les quantités ont parfois dépassé les 50 cm comme dans le massif de la Chartreuse en Isère, au col de Porte (à 1 325 m d'altitude) où l'enneigement est passé en 24 heures de 55 à 113 cm.

Évolution du vent, de la température et de la hauteur de neige au sol au col de Porte (38), du 28 mars au 4 avril 2019. © Météo-France.
 

Une nuit bien froide dans le nord et l'ouest

Cette masse d'air froid d'origine polaire, couplée à un ciel qui s'est dégagé dans la nuit, a favorisé des gelées parfois significatives sur un quart nord-ouest du territoire :
    • -4,2 °C à Beauvais (60) : il s'agit de la 5e nuit la plus froide pour un mois d'avril depuis l'ouverture de la station !
    • -3,6 °C à Châteaudun (28) ;
    • -3.2 °C à Pontoise (95) ;
    • -3,1°C à Fontainebleau (77) ;
    • -2,2°C à Blois (41) ;
    • -2,2 °C à Amiens (80) ;
    • -2,0 °C à Rouen (76) ;
    • -1,6 °C à Nantes (44), valeur située à 1,2 °C du record mensuel de -2,8 °C du 7 avril 2008 !
    • -1,3 °C au Mans (72) ;
    • -1,2 °C à Orléans (45) ;
    • -1,0 °C à Alençon (61) ;
    • -0,8 °C à Caen (14) et Rennes (35).

Ces valeurs sont basses mais pas forcément exceptionnelles. En avril, les gelées ne sont pas rares et l'on a pu parfois observer de fortes gelées en plaine (inférieures ou égales à -5 °C), le record sur le territoire métropolitain se situant vers les -8 °C (-8,5 °C à Charleville-Mézières dans les Ardennes le 8 avril 2003 ou -7, 8°C à Saint-Quentin dans l'Aisne le 12 avril 1978).


Températures minimales relevées en France dans la nuit du 3 au 4 avril 2019.
© Météo-France.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

 

À consulter

Actualité par Météo-France