Imprimer Envoyer á un ami

La sécheresse s'aggrave au sud du pays

19/03/2019

Après un mois de février très sec, un changement de type de circulation atmosphérique en mars a entraîné une nette amélioration du niveau de sécheresse des sols au nord de l'Hexagone, alors que la sécheresse s'est aggravée dans le sud, et en particulier près de la Méditerranée.
En Corse, les niveaux d'humidité des sols sont à des records bas pour la période, correspondant plutôt à des niveaux habituellement observés à la fin du mois de mai.
 


Moyenne du géopotentiel à 500 hPa entre le 1er et le 18 mars 2019. Le courant d'ouest était particulièrement bien établi entre l'Atlantique et la Russie, avec des hauts géopotentiels en forme des Açores à la Méditerranée, et des bas géopotentiels marqués de l'Atlantique Nord au nord de l'Europe. © Météo-France.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

La figure ci-dessus montre un cas d'école de courant d'ouest sur l'Europe. Cette configuration météorologique correspond au régime de temps NAO+ (Oscillation Nord Atlantique positive), qui favorise, quand il est exacerbé, une grande douceur en hiver, un défilé de perturbations pluvieuses au nord de l'Europe et un temps sec près de la Méditerranée.
 

Précipitations contrastées
 

Les passages pluvieux de la première partie du mois de mars ont donc contribué à améliorer nettement la situation au nord avec des pluies efficaces et bénéfiques (cf. figure ci-dessous). En revanche, il n'est pratiquement pas tombé une goutte d'eau près de la Méditerranée dans le même temps avec des cumuls mensuels provisoires inférieurs à 1 mm. On peut citer par exemple 0 mm à Solenzara (Corse), 0,6 mm à Marseille Marignane, 0,8 mm à Perpignan. La sécheresse des sols s'est donc aggravée.

 

Quantiles du SWI aggrégé par département animé quotidiennement du 1er mars au 18 mars 2019. © Météo-France.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

 

En Corse, des sols très secs
 

En Corse, les sols sont actuellement particulièrement secs pour la saison. L'indice d'humidité des sols est même historiquement bas depuis quelques jours... Son niveau actuel correspond au niveau habituellement observé une fin de mois de mai. Mais surtout, l'indice d'humidité des sols a chuté à un rythme soutenu depuis le début du mois de février, où on se situait dans les 20 % les plus humides. On est passé de sols humides pour la saison à des sols extrêmement secs pour la saison en 6 semaines. Cet effondrement de l'humidité des sols est remarquable, notamment par sa précocité. Il est dû à la fois au manque crucial de précipitations, mais aussi à une perte en eau des sols par évaporation particulièrement précoce. Cette évaporation peut s'expliquer notamment par des températures maximales déjà assez élevées. Sur les 6 dernières semaines (du mardi 5 février au lundi 18 mars), on a même des moyennes de maximales records à Figari (17,2 °C en moyenne sur ces 6 semaines de fin d'hiver) et à Calvi (17,1 °C de moyenne).
 

Évolution de l'indice d'humidité des sols aggrégé en Corse sur les 6 dernières semaines. © Météo-France.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Actualité par Météo-France